International
Technologie

Microsoft se retire d'OpenAI

Microsoft se retire d'OpenAI

Microsoft a abandonné son siège d'observateur au conseil d'administration d'Openai, le développeur de ChatGPT.
Image: LightRocket
Microsoft a abandonné son siège d'observateur au conseil d'administration d'OpenAI, le développeur de ChatGPT, au moment où les régulateurs européen et américain accentuent leur surveillance du marché de l'intelligence artificielle (IA).
10.07.2024, 13:32
Plus de «International»

Le géant américain de l'informatique a fait part de son retrait dans une lettre envoyée à OpenAI mardi. «Ces huit derniers mois, nous avons assisté aux progrès importants du nouveau conseil d'administration et nous avons confiance en la trajectoire de l'entreprise».

«Nous ne pensons pas que notre rôle limité d'observateur soit encore nécessaire»
Microsoft.

Le retrait prend effet «immédiatement».

Depuis le début de leur partenariat en 2019, la société fondée par Bill Gates a investi environ 13 milliards de dollars dans OpenAI. Ce qui soulève des questions des deux côtés de l'Atlantique sur l'ampleur de son influence sur la start-up californienne, créée en 2015.

Microsoft avait obtenu un siège d'observateur, sans droit de vote, au conseil d'administration d'OpenAI en novembre 2023, après une passe d'armes sur le maintien ou non de Sam Altman à la tête de l'entreprise. Ce dernier est finalement revenu en place, soutenu par le géant de l'informatique.

Les deux entreprises commercialisent des services d'IA pour les développeurs et les particuliers, et rivalisent avec Google et les autres géants de la tech dans ce domaine.

Plusieurs enquêtes en cours

Les régulateurs en Europe et aux Etats-Unis ont commencé à se pencher sur la question de la domination du marché crucial de l'IA par une poignée de géants du numérique. Après enquête, le gendarme européen de la concurrence a cependant conclu en juin qu'«en l'état», Microsoft n'avait pas acquis un «contrôle durable» sur OpenAI.

Mais la Commission européenne a réclamé de nouvelles informations à Microsoft sur l'accord entre les deux entreprises «pour comprendre si certaines clauses d'exclusivité pourraient avoir un effet négatif sur la concurrence».

L'autorité américaine de la concurrence (FTC) a elle aussi annoncé une enquête sur les investissements de plusieurs milliards de dollars réalisés par Microsoft, Google et Amazon dans les principales start-up d'IA générative, Openai et Anthropic. Apple, qui devait à son tour obtenir un siège d'observateur au conseil d'administration d'OpenAI, a renoncé à celui-ci dans la foulée du retrait de Microsoft, ont rapporté plusieurs médias. (mbr/ats)

Le robot «Chat GPT» se comporte comme un humain
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Kamala Harris, l'«intrépide» qui se porte candidate pour terrasser Trump
La vice-présidente Kamala Harris a été propulsée par Joe Biden, juste après son abandon dimanche soir, pour dégommer Donald Trump. Et elle a accepté la mission dans la foulée, mais rien n'est encore sûr. Les républicains se préparent déjà à contrer l'actuelle vice-présidente.

Le président américain Joe Biden rend son tablier. En ce dimanche 21 juillet, les nombreuses voix qui ont demandé son retrait de la course présidentielle ont eu raison du démocrate de bientôt 82 ans.

L’article