DE | FR
Image: Shutterstock

Elle se fait implanter une puce dans le cerveau pour arrêter de déprimer

Une équipe de l'Université de Californie a réussi à insérer un implant capable de neutraliser les parties du cerveau à l'origine d'une dépression chronique.
07.10.2021, 03:5607.10.2021, 08:42

Sarah, une femme de 36 ans vivant en Californie, souffrait de dépression chronique depuis cinq ans. Elle avait des envies suicidaires plusieurs fois par heure et était incapable de prendre des décisions sur des questions toutes simples, comme ce qu'elle devait manger. Elle a tout essayé pour traiter sa maladie, mais aucune méthode, y compris la sismothérapie, ne l'a aidée.

Jusqu'à ce qu'au mois de juin 2020, une équipe de l'Université de Californie lui insère un implant dans le crâne qui neutralise les parties de son cerveau à l'origine de sa maladie, selon un article publié mercredi dans le MIT Technology Review.

La sismothérapie, c'est quoi?
Cette méthode consiste à faire passer un courant alternatif entre deux électrodes placées de part et d'autre du crâne d'un patient afin de créer une crise convulsive généralisée, ou crise d'épilepsie, ayant des effets thérapeutiques.

Comment l'implant fonctionne-t-il exactement?

La jeune femme reçoit jusqu'à 300 décharges électriques pendant la journée, mais jamais le soir, afin de ne pas la stimuler pendant son sommeil. Par ailleurs, le traitement a nécessité un certain nombre d'étapes, comme le rapporte le New York Times:

  • Des électrodes ont été utilisées pour cartographier son activité cérébrale pendant 10 jours;
  • L'équipe a découvert que des niveaux élevés d'activité dans son amygdale annonçaient une dépression;
  • Les symptômes ont été compensés par l'implantation d'un dispositif de neurostimulation qui envoie de l'électricité dans une autre partie du cerveau.

La simulation du traitement utilisé pour Sarah, en images:

Un traitement déjà utilisé pour la maladie de Parkinson

Connu surtout sous le nom de «stimulation cérébrale profonde», ce traitement a déjà été utilisé par des dizaines de milliers de patients atteints de la maladie de Parkinson et d'épilepsie.

«C'est une procédure invasive et coûteuse qui nécessite des semaines de mise au point et une journée entière d'intervention chirurgicale. Elle ne convient donc vraiment qu'à ceux pour qui les autres traitements ont échoué.»
MIT Technology Review

Ces résultats ouvrent la perspective de traitements personnalisés pour les personnes atteintes de maladies mentales graves qui ne répondent pas à la thérapie ou aux médicaments.

«Reconstruire une vie qui vaut la peine d'être vécue»

Lors d'une conférence de presse, la patiente Sarah a expliqué que l'amélioration de sa santé mentale a été aussi rapide que puissante:

«Ma dépression a été maintenue à distance, ce qui m'a permis de commencer à reconstruire une vie qui vaut la peine d'être vécue»
Sarah

Roi Cohen Kadosh, spécialiste des neurosciences cognitives à l'université du Surrey, au Royaume-Uni, estime qu'il sera un jour possible d'offrir les avantages de l'implant de Sarah à d'autres personnes, à partir d'un dispositif situé à l'extérieur du crâne.

En parlant de bonne santé: Quand le yoga et la plage se donnent rendez-vous

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Omar Sy signe un contrat exclusif avec Netflix

Link zum Artikel

Trump a failli confier la direction de la Banque mondiale à sa fille

Link zum Artikel

Pourquoi le Royaume-Uni «a échoué face à la pandémie»?

Link zum Artikel

Une nouvelle commune vaudoise a été victime de cyberattaque

Link zum Artikel

Au Texas, un juge fédéral bloque la loi interdisant les avortements

La loi texane, entrée en vigueur le 1er septembre, interdit d'avorter une fois que les battements de coeur de l'embryon sont détectés. Joe Biden s'y oppose.

Un juge fédéral du Texas a bloqué temporairement mercredi une loi controversée interdisant la majorité des avortements dans cet Etat, dans le cadre d'une plainte déposée par le gouvernement américain. La loi interdit d'avorter après six semaines de grossesse, mais à la suite de cette nouvelle décision, le Texas ne peut temporairement plus l'appliquer:

La loi texane, entrée en vigueur le 1er septembre, interdit d'avorter une fois que les battements de coeur de l'embryon sont détectés, soit à …

Lire l’article
Link zum Artikel