International
Technologie

La Silicon Valley est passée à l'ère de la frugalité

Après la voracité, la Silicon Valley est passée à la frugalité

This photo combo of images shows logos for Apple, Meta, Google and Amazon. The House on Thursday, Sept. 29, 2022, approved sharply scaled-down legislation targeting the dominance of Big Tech companies ...
En 2023, les GAFAM ne sont plus ce qu'elles étaient.Image: sda
Les géants des technologies semblent entrer dans l'ère de la sobriété, après avoir licencié des milliers de personnes.
03.02.2023, 05:3003.02.2023, 07:23
Plus de «International»

Alphabet, maison-mère de Google et YouTube, a déçu jeudi avec un chiffre d'affaires en légère baisse, à 76 milliards de dollars (69 milliards de francs) au quatrième trimestre 2022.

Son bénéfice net est ressorti inférieur aux prévisions des analystes à 13,6 milliards de dollars, au lieu de 20,6 milliards l'année dernière, d'après ses résultats. Le titre du numéro un mondial de la publicité en ligne perdait plus de 4% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse.

«Il est clair qu'après une période d'accélération significative des dépenses numériques pendant la pandémie, le climat macro-économique est devenu plus compliqué»
Sundar Pichai, patron d'Alphabet

«Position précaire»

«Google est dans une position précaire», a commenté Evelyn Mitchell, d'Insider Intelligence. «Ses récents licenciements sont le signe clair que ses profits sont médiocres». L'analyste souligne que les marchés s'intéressent particulièrement à YouTube, «dont les recettes publicitaires ont décliné pour la première fois au troisième trimestre».

La plateforme de vidéos subit la concurrence des formats longs, avec les services de streaming comme Netflix, et des formats courts et captivants imposés par la très populaire TikTok. Elle a aussi dû s'adapter aux changements règlementaires d'Apple, qui brident ses capacités à récolter des données pour vendre de la publicité ciblée.

«Sous pression»

Snap (Snapchat) et Meta (Facebook, Instagram) avaient déjà annoncé la couleur avec leurs résultats trimestriels, publiés mardi et mercredi: les deux entreprises séduisent toujours plus d'utilisateurs mais leurs bénéfices plongent.

Snapchat compte désormais 375 millions d'utilisateurs quotidiens - soit 17% de plus que fin 2021 - , qui passent de plus en plus de temps à interagir, selon l'application mobile. Mais l'entreprise a subi des pertes nettes de 288 millions de dollars, au lieu d'un bénéfice net de 23 millions il y a un an.

Quant à Meta, son profit pour la cruciale période des fêtes a été divisé par deux. Et en 2022, ses recettes publicitaires ont reculé pour la première fois depuis que le géant des réseaux sociaux est entré en Bourse en 2012.

Mais le marché s'est montré rassuré par des résultats meilleurs qu'attendus, et les promesses de sobriété de Mark Zuckerberg, le patron de la société. Il veut que 2023 soit «l'année de l'efficacité» et a précisé lors de la conférence téléphonique aux analystes mercredi que Meta cherchait à «retirer certains échelons, certains postes intermédiaires de management pour accélérer les prises de décisions».

«Les licenciements dans l'industrie de la tech vont s'accélérer pour réduire les dépenses, la publicité numérique va rester sous pression et les entreprises vont faire preuve de prudence pour leurs prévisions sur l'année. Une prudence qui a coûté des points à Microsoft la semaine dernière.»
Dan Ives, analyste chez Wedbush

Le marché s'est montré déçu que le groupe informatique table sur des revenus compris entre 50.5 et 51.5 milliards de dollars, à cause d'une demande plus faible qu'en 2022 pour les ordinateurs personnels. Et la croissance du «cloud» devrait continuer à ralentir après des années de croissance effrénée. (ats/jch)

9 inventions folles du CES de Las Vegas
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Trump est très différent en privé»: l'ambassadeur de Suisse se confie
Agent secret pour le renseignement suisse avant de devenir l'un des ambassadeurs les plus emblématiques du pays, le Valaisan Jacques Pitteloud va bientôt quitter Washington pour Bruxelles. Dans une grande interview à watson, il raconte ses cinq années passées aux Etats-Unis.

Ambassadeur suisse à Washington depuis 2019, le Valaisan Jacques Pitteloud nous raconte sa vision des Etats-Unis, l'image de la Suisse auprès des Américains et la relation entre nos deux pays. Cet été, il quittera son poste pour sa dernière mission diplomatique: ambassadeur de Suisse à Bruxelles et auprès de l'Otan.

L’article