DE | FR

Facebook, Google et Twitter de nouveau convoqués pour désinformation

Image: sda
Les trois géants de la tech sont de nouveaux devant le Congrès américain. Au menu de cette convocation: les fausses rumeurs sur les vaccins contre le Covid-19 ou les affirmations mensongères sur les fraudes électorales lors des élections américaines de 2020.
19.02.2021, 05:48

Mark Zuckerberg, Sundar Pichai et Jack Dorsey, patrons respectifs de Facebook, Google et Twitter, sont de nouveau convoqués devant le Congrès américain, a annoncé jeudi la commission de la Chambre des représentants pour l'énergie et le commerce. Ils devront discuter de la désinformation sur leurs plateformes.

La commission évoque notamment les fausses rumeurs sur les vaccins contre le Covid-19 ou les affirmations mensongères qui ont circulé sur de prétendues fraudes électorales lors des élections américaines de novembre 2020. Ce type de désinformation «a exacerbé des crises nationales avec des conséquences graves dans la vie réelle en termes de santé publique et de sécurité», déclarent les élus dans un communiqué.

Les trois dirigeants répondront à leurs questions le 25 mars. Tous sont rompus à l'exercice: ce sera la quatrième apparition de Mark Zuckerberg depuis juillet, et la troisième pour Sundar Pichai et Mark Dorsey. Les auditions précédentes portaient notamment sur d'éventuelles pratiques anti-compétitives et sur la protection légale dont bénéficient les plateformes contre des poursuites liées à des contenus publiés par des tiers.

Les républicains ont, eux, l'impression d'être censurés par les réseaux sociaux, bien qu'ils s'en servent à loisir pour leurs campagnes électorales. Ils aborderont ainsi sans doute la question du bannissement de Donald Trump des principales plateformes.

Responsabilités des plateformes

L'ancien président américain a entretenu le mythe d'une fraude électorale massive ayant permis de lui «voler» l'élection, et a encouragé ses supporteurs à se rendre au Capitole. Le 6 janvier, des émeutiers ont ainsi violemment envahi le siège du Conrès américain lors de la cérémonie de certification de la victoire de Joe Biden. Ces attaques ont fait cinq morts et choqué le pays.

«Cette audition va permettre à la commission de continuer son travail sur la responsabilité des plateformes numériques dans la montée en puissance de la désinformation», ont ajouté les élus. «Pendant trop longtemps, les géants de la tech ont refusé de reconnaître le rôle qu'ils ont joué dans la fabrication et la propagation de fausses informations auprès de leur public.»

En plus des questions de société, Google et Facebook font face à des poursuites des autorités de la concurrence pour abus de position dominante. (ats/afp)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les hackers de Poutine sont nuls et Anonymous le prouve
Des activistes du net ont piraté le groupe de hackers pro-russes Killnet. Leurs objectifs? «Discréditer les hackers fidèles au Kremlin et de perturber leurs activités», écrivent les hacktivistes d'Anonymous sur Twitter.

La cyberguerre des hackers prend une nouvelle tournure: le collectif international d'hacktivistes (activistes hackers) Anonymous s'est lancé à la poursuite du groupe de hackers Killnet, fidèle au Kremlin. Ces derniers sont notamment connus pour leurs cyberattaques contre les institutions gouvernementales de différents pays de l'Otan.

L’article