DE | FR
La Turquie avait convoqué mardi les ambassadeurs de ces dix pays, jugeant «inacceptable» leur appel en faveur de la libération d'un opposant en particulier.
La Turquie avait convoqué mardi les ambassadeurs de ces dix pays, jugeant «inacceptable» leur appel en faveur de la libération d'un opposant en particulier.Image: shutterstock

Erdogan menace d'expulser dix ambassadeurs

Jeudi, Recep Tayyip Erdogan a menacé d'expulser les ambassadeurs de dix pays dont la France, l'Allemagne et les Etats-Unis. Le président turc ne digère pas l'appel de ces derniers en faveur de la libération de l'opposant Osman Kaval.
21.10.2021, 15:2021.10.2021, 17:06

«J'ai dit à notre ministre des Affaires étrangères que nous ne pouvons pas nous permettre de les accueillir dans notre pays», a déclaré Erdogan, selon des propos rapportés par plusieurs médias turcs, ce jeudi.

Dans un communiqué publié lundi soir, le Canada, la France, la Finlande, le Danemark, l'Allemagne, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, la Suède et les Etats-Unis avaient appelé à un «règlement juste et rapide» de l'affaire impliquant Osman Kavala. Un éditeur et philanthrope turc devenu la bête noire du régime. Il est emprisonné depuis quatre ans, sans n'avoir jamais bénéficié d'un jugement.

«Est-ce à vous de donner une leçon à la Turquie? La justice turque est indépendante»
Recep Tayyip Erdogan, président de la Turquie

Actes «inacceptables»

La Turquie avait convoqué mardi les ambassadeurs de ces dix pays, jugeant «inacceptable» leur appel en faveur de la libération de l'opposant Osman Kavala. Agé de 64 ans, cette figure majeure de la société civile est accusé de plusieurs choses:

  • Depuis 2013, le régime d'Erdogan l'accuse de chercher à déstabiliser la Turquie.
  • Il est notamment en ligne de mire pour avoir soutenu, dans la même année, les manifestations antigouvernementales connues sous le nom de mouvement de Gezi.
  • Osman Kavala a, par la suite, été incriminé d'avoir cherché à «renverser le gouvernement» lors de la tentative de coup d'Etat de 2016.

Sanctions de l'Europe

En décembre 2019, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) avait ordonné sa «libération immédiate». Mais en vain. Osman Kavala restera au moins jusqu'au 26 novembre en prison, a décidé début octobre un tribunal d'Istanbul, malgré les menaces européennes de sanctions contre Ankara.

La capitale turque a dernièrement aussi été menacée de sanction par le Conseil de l'Europe si l'opposant n'était pas libéré d'ici là. (ats/mndl)

Aucun rapport, mais vous avez déjà vu un train entrer en collision avec un camion?

Aussi dans l'actu...

Voici pourquoi le tirage au sort des juges est un vrai débat

Link zum Artikel

La Street Parade de Zurich (encore) utilisée pour propager des mensonges

Link zum Artikel

Panne du certificat Covid: Faut-il accepter ou refouler tout le monde?

Link zum Artikel

La grève pour le climat c'est ce vendredi, voici où ça va se passer

Link zum Artikel
La Chine a «inventé» un biologiste suisse et ça fait réagir Facebook
Le groupe Meta a supprimé des centaines de comptes Facebook liés à Wilson Edwards, un biologiste bernois inventé de toutes pièces pour mener une campagne de propagande en Chine.

C'est une histoire très particulière qui avait fait surface ce mois d'août: un dénommé Wilson Edwards, prétendu biologiste suisse, affirmait sur Facebook que les Etats-Unis faisaient pression sur les travaux de l’OMS sur l’origine du virus. Ses propos avaient été repris par les médias d'Etat chinois, ce qui avait poussé l'ambassade suisse à Pékin à réagir: elle avait découvert que cette personne n'existait pas.

L’article