International
Twitter

La guerre d'Elon Musk contre Apple est finie

Elon Musk a parlé avec Apple: qu'adviendra-t-il de Twitter dans l'App Store

Après avoir «déclaré la guerre» à Apple et accusé la marque à la pomme de tous les maux, Elon Musk a assuré mercredi que le «malentendu» était résolu.
01.12.2022, 08:0201.12.2022, 18:17
Plus de «International»

Elon Musk et Apple se sont-ils rabibochés? C'est en tout cas ce qu'a annoncé le nouveau propriétaire de Twitter. Il a remercié mercredi soir Tim Cook, le patron d'Apple, de lui avoir fait visiter le «très beau siège» du groupe dans la Silicon Valley.

«Bonne conversation. Entre autres choses, nous avons résolu le malentendu au sujet de la possibilité que Twitter soit retiré de l'App Store. Tim a dit clairement qu'Apple n'avait jamais envisagé de le faire», a résumé Elon Musk dans un autre tweet.

Lundi, le fantasque entrepreneur avait affirmé qu'Apple «menaçait» de retirer Twitter de son App Store et «refusait» de «dire pourquoi», après une série de tweets belliqueux reprochant au fabricant de l'iPhone de faire de la «censure» et d'abuser de sa position dominante sur le marché.

Liberté d'expression supprimée

Le nouvel emportement du milliardaire intervenait alors que la relance de son projet phare, «Blue Verified», prévue pour vendredi, a été reportée, d'après la newsletter spécialisée The Platformer. Blue Verified, le nouvel abonnement à Twitter pour huit dollars par mois, mélange une formule payante existante (pour bénéficier d'avantages pratiques) et l'authentification des comptes, jusqu'à présent gratuite et réservée aux personnalités et organisations.

Son déploiement initial le 9 novembre s'est traduit par une éruption de faux comptes se faisant passer notamment pour des sportifs, des entreprises et Elon Musk lui-même. Il a été suspendu au bout de deux jours. Mais même s'il est bien mis en place, 30% du montant reviendra de fait à Apple et à Google, qui contrôlent les deux principaux systèmes d'exploitation mobiles, iOS et Android.

Toutes les applications mobiles qui veulent être présentes sur les smartphones doivent respecter les règles très similaires des deux entreprises américaines, de la modération des contenus au paiement d'une commission de 15% à 30% sur toutes les dépenses des utilisateurs. Sur les iPhone, l'App Store d'Apple est incontournable.

Elon Musk a accusé le groupe de Tim Cook de «supprimer secrètement la liberté d'expression» et d'appliquer une «taxe secrète de 30%». Mais il «a clairement besoin d'argent» et il «fait une crise parce qu'il ne veut pas payer Apple», estime l'analyste indépendant Rob Enderle. L'entrepreneur n'est pas le premier à s'insurger contre la «taxe Apple», comme la surnomment ses nombreux détracteurs.

Le patron de Spotify est ainsi monté au créneau mercredi sur Twitter, accusant à nouveau Apple de «s'accorder tous les avantages tout en nuisant à l'innovation et aux consommateurs». (ats/mndl)

Des mèmes sur l'automne, parce que c'est joli, l'automne:
1 / 16
Des mèmes sur l'automne, parce que c'est joli, l'automne:
source: watson
partager sur Facebookpartager sur X
Copin comme cochon: Les stories d'automne
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Apologie du terrorisme»: le camp Mélenchon rattrapé par le 7 Octobre
La cheffe du groupe France insoumise à l'Assemblée nationale, Mathilde Panot, est convoquée à la police pour des déclarations faites le 7 octobre, jour du massacre du Hamas. Les convocations au commissariat s'enchaînent pour les membres et sympathisants LFI. Engagé dans une procédure visant Rima Hassan, l'avocat Gilles-William Goldnadel livre ses «pronostics».

C’est un communiqué qui avait fait polémique, le mot est faible. Le 7 octobre à Paris, bien loin du massacre perpétré le matin même dans le Sud d’Israël, le groupe de La France insoumise (LFI) à l'Assemblée nationale avait publié sur X un texte qui commençait ainsi:

L’article