DE | FR

Biden menace Poutine: entretien sous haute tension

Mardi après-midi, le président russe et son homologue américain ont conversé par vidéoconférence pour tenter de désamorcer les tensions autour de la situation en Ukraine.
07.12.2021, 19:3308.12.2021, 07:06

Joe Biden et Vladimir Poutine ont débuté mardi après-midi une discussion par vidéoconférence. Le président américain veut tenter d'éviter une escalade militaire en Ukraine, face à son homologue qui veut marquer ses propres «lignes rouges» stratégiques.

Un sommet qui acte les tensions sans vraiment les dégoupiller:

  • Joe Biden a menacé Vladimir Poutine de «fortes sanctions» économiques s'il envahissait l'Ukraine.
  • Le président russe a exigé en vain des garanties sur un gel de l'expansion de l'Otan.

Une réunion de haute tension

Du côté américain

Tout dans les préparatifs de la Maison Blanche dit le haut degré de tension autour de cette vidéoconférence. A savoir:

  • D'abord, le choix du lieu: la «Situation Room», salle ultra-sécurisée d'où l'exécutif américain pilote les interventions militaires sensibles.
  • L'absence des médias. Il n'y aura donc pas de photographies ni d'amabilités échangées devant les journalistes, comme lors d'un récent sommet virtuel de Joe Biden avec son homologue chinois Xi Jinping, qui s'était tenu dans un salon de la Maison Blanche.
  • La symbolique dans le déplacement très matinal mardi du président américain au mémorial de la Seconde Guerre mondiale à Washington. Joe Biden s'y est recueilli en mémoire du 80e anniversaire de l'attaque de Pearl Harbor, ce tournant majeur dans l'histoire américaine.

Du côté russe

Le président russe, qui lui répondait depuis sa résidence de Sotchi, station balnéaire au bord de la mer Noire, a réclamé «des garanties juridiques sûres excluant un élargissement de l'Otan à l'Est», selon un communiqué du Kremlin.

Verdict?

L'entretien de deux heures a été «utile», à en croire le conseiller à la sécurité nationale américain Jake Sullivan, et «franc et professionnel», selon le Kremlin, un vocabulaire qui ne dégage pas une chaleur excessive. Joe Biden n'a pas fait de «promesses ni de concessions» face aux demandes de Vladimir Poutine.

L'ambition de Biden d'établir une relation «stable» et «prévisible» avec la Russie, exprimée en juin lors d'un sommet en personne entre les deux hommes à Genève, semble avoir vécu, au moins pour le moment.

Et, au sujet de l'invasion, où en sont les fronts?

Washington, l'Otan et Kiev accusent Moscou de masser des troupes à la frontière avec l'Ukraine en vue d'attaquer le pays. Le scénario rappelle 2014 et l'annexion russe de la péninsule de Crimée, puis le déclenchement dans l'est ukrainien d'un conflit armé qui a fait plus de 13 000 morts.

«La Russie n'a jamais eu l'intention d'attaquer qui que ce soit mais nous avons des lignes rouges»
Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence russe

Le Kremlin dément tout projet d'invasion. Et Moscou reproche à Washington de négliger ses propres préoccupations: l'activité accrue des pays de l'Otan en mer Noire, la volonté ukrainienne de rejoindre l'alliance atlantique et l'ambition de Kiev de s'armer en Occident.

Encore des sanctions?

Beaucoup d'observateurs, en Europe et aux Etats-Unis, pensent que Vladimir Poutine bluffe avec le déploiement de forces aux frontières de l'Ukraine, mais peu écartent complètement l'hypothèse d'une attaque.

Si Moscou devait passer à l'acte, un haut responsable de la Maison Blanche a prévenu que les Etats-Unis «répondraient favorablement» à une demande de présence militaire américaine accrue en Europe de l'Est et soutiendraient davantage l'armée ukrainienne.

Washington brandit aussi la menace de sanctions économiques contre le régime russe. Et assure qu'elles seraient plus douloureuses que celles qui se sont empilées sans grand effet sur la Russie depuis 2014.

«Nous savons bien que la partie américaine a une addiction aux sanctions»
Porte-parole du Kremlin

Joe Biden, qui avait qualifié Vladimir Poutine de «tueur», se doit de gérer habilement la crise ukrainienne, lui qui a déjà irrité les alliés traditionnels des Etats-Unis avec le retrait chaotique d'Afghanistan.

Le président américain a pris soin de discuter lundi avec des dirigeants européens, dont ceux de la France et de l'Allemagne, pour insister sur leur «détermination» commune à défendre la souveraineté ukrainienne.

Il rendra également compte de son entretien avec Vladimir Poutine au président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui s'est agacé ces derniers mois du refus des Occidentaux d'accélérer l'adhésion de l'Ukraine à l'Otan.

Le sommet Biden-Poutine à Genève

1 / 22
Le sommet Biden-Poutine à Genève
source: sda / saul loeb
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur les Etats-Unis

Google ignore le télétravail en s'offrant des bureaux à 2 milliards

Link zum Artikel

Cette jeune fille prête à tout pour réussir dans le porno

Link zum Artikel

La Californie veut une loi pour des rayons de jouets «non genrés»

Link zum Artikel

Après 30 ans d'interdiction, le retour des fusils d'assaut en Californie?

Link zum Artikel
Macron est en tête des sondages mais il n'est même pas encore candidat
Le président sortant Emmanuel Macron s'affiche en tête d'un nouveau sondage révélé samedi. Pourtant, il ne s'est pas encore officiellement annoncé comme candidat à sa réélection. Et personne ne sait quand il le fera.

Si l'élection présidentielle avait lieu dimanche, Emmanuel Macron arriverait largement en tête. C'est du moins ce que suggère un sondage réalisé pour le quotidien Le Monde, la Fondation Jean Jaurès et le centre de recherches politiques Cevipof, et publié samedi. Plus de 12 500 personnes y ont participé.

L’article