DE | FR
Wali a répondu à l'appel de Volodymyr Zelensky.
Wali a répondu à l'appel de Volodymyr Zelensky.image: radio canada

Wali, le sniper-star de la guerre, qui peut «livrer 40 morts par jour»

Quarante ans, une femme, un bébé, un tableau de chasse digne d'un jeu vidéo et un bouquin sur son quotidien de tireur d'élite en Afghanistan. Wali, superstar canadienne de la guerre, vient d'arriver en Ukraine. «Tuer, c'est facile.» Portrait, à bout portant.
10.03.2022, 12:2210.03.2022, 18:13
Suivez-moi

Wali est un tireur d'élite, ancien membre du Royal 22e Régiment, l'un des trois grands groupes d'infanterie des Forces armées canadiennes. Voilà pour le pedigree officiel. Le reste, c'est entre les lignes (de front et de bouquin), mais aussi sous les projecteurs que ça s'est construit. Wali est un pseudonyme. Si sa tronche a voyagé, sa véritable identité n'a jamais été dévoilée.

Jeudi matin, le sniper-star, 40 piges, a abandonné femme et bébé, fourré son ghillie suit dans un baluchon, avant d'aller prêter main-forte aux Ukrainiens. Dans un média canadien, il imagine déjà l'ambiance une fois dans la fournaise de la guerre, mais aussi l'accueil par les milices de Zelensky: «Tiens, sers-toi, il y a des lance-roquettes ici, des missiles là!» Surréaliste? Bah, un peu.

Contrairement à d'autres – au hasard, le député franco-suisse, Joachim Son-Forget, parti «aider l'Ukraine» en voiture sur un coup de tête (et sur Facebook) – Wali est un professionnel de la gâchette. On raconte qu'il «peut livrer 40 morts par jour». L'anecdote paraît glaciale, mais c’est un sniper. Tuer, c'est son job. Il tue comme on pourrait chasser la truffe. Avec précision et de la patience dans le viseur. Officiellement à la retraite, l'homme connaît visiblement la feuille de match des Russes et les gros engins ne l'effraient qu'à moitié:

«La doctrine militaire russe implique l’utilisation abondante de tirs de canon et d’artillerie. Ils rasent le terrain avec des bombes avant de faire entrer les fantassins. C’est une autre réalité. Je vais devoir réviser mes connaissances sur la façon d’abattre un hélico ou un tank»
Wali, tireur d'élite canadien.

Le sniper-star a également prévu de potasser le vocabulaire ukrainien. Dans son paquetage: un dictionnaire (en plus d'un masque à gaz et sa veste de combat qu'il emporte partout avec lui depuis ses premières aventures).

Un rambo intello

Après avoir été tireur d’élite au sein des Forces canadiennes pour des missions ponctuelles, notamment en Afghanistan entre 2009 et 2011, il s'envole tout seul pour l'Irak en 2015. Objectif? Faire la guerre au groupe armé Etat islamique où il a d'ailleurs failli y passer, «après l’explosion d’un véhicule piégé à quelques dizaines de mètres de lui». Sous ses airs de bourrin de salle de paint-ball, l'homme est, au contraire, décrit comme un «stratège», un «intellectuel de la guerre», un «fin connaisseur du terrain», un «passionné d'histoire». Une carrière qu'il a d'ailleurs racontée dans un bouquin, au sous-titre hollywoodien: «L'histoire non censurée de quatre tireurs d'élite en Afghanistan.»

Wali a réalisé un documentaire à son retour d'Irak en 2015. Ce teaser avait été diffusé dans l'émission canadienne «Tout le monde en parle».Vidéo: YouTube/Torche et Épée

Mardi soir, il était à la frontière polonaise. Le journal, La Presse, a pu le contacter pour poser un doigt sur ce qui se trame dans son esprit.

«On est en train de faire des provisions d’huile et de combustibles pour fabriquer des cocktails Molotov. On achète aussi des drones amateurs pour aider à faire de la surveillance»
Wali, au quotidien La Presse.

Wali n'a «rien contre les Russes». Il n'est pas en Ukraine par gaieté de coeur. «C’est un peuple chrétien et européen. C’est bizarre à dire, mais il y a une certaine affinité. Intuitivement, c’est du monde qui nous ressemble plus. Je ne les déteste pas.» Mais le quadragénaire a «ça» dans le sang. Impossible pour le sniper de laisser une «invasion tous azimuts se produire ainsi devant ses yeux.» Sur Radio Canada, entre deux rires francs, le verbe enseveli sous l'accent typique et juste avant qu'il n'enjambe la frontière, l'homme a voulu rassurer. Il n'est pas fou et tout est très réfléchi. Même s'il sait qu'il peut devenir une monnaie d'échange particulièrement délicate.

Sa femme, qui fêtera sans lui la première bougie de leur bébé la semaine prochaine (tout est décidément très romanesque, chez Wali), n'est pas la plus heureuse. Mais il faut assumer ses choix:

«Je savais que je m’embarquais avec un gars spécial quand je l’ai connu. J’ai toujours su que c’était une possibilité qu’il parte de nouveau. Il faut que je vive avec.»

Aussi mystérieux que surexposé, Wali est un soldat qui existe bel et bien. Il raconte aussi ce qu'il veut bien raconter. Mais on parie que Netflix a déjà acheté les droits pour conter son périple ukrainien?

140 réfugiés ukrainiens ont été évacués vers la Suisse

Plus d'éclairages sur ce qui se passe en Ukraine:

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Pas facile d'être russe en Suisse: «Je n’ose même plus dire le mot russe»

Link zum Artikel

L'objectif de Poutine en Ukraine? Etendre sa sphère d'influence

Link zum Artikel

Pourquoi personne ne peut se passer de l'Ukraine économiquement

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La fille de Poutine a un amoureux... et vous ne devinerez jamais son nom
Après avoir divorcé de son richissime époux, la fille cadette de Vladimir Poutine, Katerina Tikhonova, s'est trouvé un nouveau compagnon. Son nom? Igor Zelensky... Ça ne s'invente pas.

Parfois, le destin a un drôle de sens de l'humour. C'est sans doute pour cela qu'il a placé Katerina, la fille adorée de Vladimir Poutine, dans les bras d'un danseur de ballet... du même nom que l'ennemi juré du président russe. Nous avons nommé: Zelensky.

L’article