International
ukraine

Ce qu'il faut retenir de la Conférence pour la paix en Ukraine

Ce qu'il faut retenir de la Conférence pour la paix en Ukraine

A general view of the Plenary session at the Summit on Peace in Ukraine at the Burgenstock, Switzerland, Saturday June 15, 2024. Dozens of world leaders converged on a Swiss resort Saturday to discuss ...
Au final, la déclaration du Bürgenstock est soutenue par plus de 80 pays et institutions.Keystone
La conférence du Bürgenstock a franchi un premier cap en envisageant un dialogue «avec toutes les parties». Un suivi ministériel et technique est prévu. Convaincre la Russie reste crucial.
16.06.2024, 22:2617.06.2024, 00:13
Plus de «International»

La conférence du Bürgenstock (NW) a accouché d'un premier cap avec la volonté à terme de dialoguer «avec toutes les parties». Un suivi ministériel et technique est annoncé. Le plus dur commence, persuader la Russie de s'associer au dispositif. Cette étape se confrontera à la réalité militaire sur le terrain.

Le bilan de la Confédération

Avec cette première étape, la Suisse confirme la nouvelle tendance de ses bons offices, le lancement d'initiatives qui ne peuvent être acceptées dans un premier temps par certaines des parties à un conflit. A quelques mois de la seconde présidence suisse du Conseil de sécurité de l'ONU, elle aura été au centre de l'attention internationale.

«Pour la première fois, nous avons parlé au plus haut niveau de paix en Ukraine»
La présidente de la Confédération Viola Amherd
epa11415524 Swiss Federal President Viola Amherd speaks during the Swiss closing press conference at the Summit on Peace in Ukraine in Stansstad near Lucerne, Switzerland, 16 June 2024. International  ...
Viola Amherd.Keystone

La question de «comment et quand impliquer la Russie» reste ouverte, a dit la présidente de la Confédération au terme de la conférence qui aura rassemblé le plus grand nombre de chefs d'Etat et de gouvernement jamais observé en Suisse.

Parmi la centaine de délégations, ceux-ci étaient près de 60, dont presque tous ceux du G7 et plusieurs pays du sud. Au final, la déclaration du Bürgenstock est soutenue par plus de 80 pays et institutions. En l'absence de la Chine, aucun membre du groupe des BRICS, un groupe de pays plus proche de Moscou, ne figure parmi eux, alors que le Brésil avait annoncé qu'il viendrait en observateur et que ni l'Inde, ni l'Afrique du Sud n'ont parlé en plénière.

Que dit la déclaration?

Dès dimanche après-midi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui salue un «succès» en Suisse, a tendu la main à Pékin et Brasilia. Il a dit à la presse être prêt à «écouter leurs opinions», même si elles sont différentes. «Je pense que la Chine peut nous aider», a-t-il affirmé, se disant convaincu que ce pays ne considère plus le président russe Vladimir Poutine comme un acteur important.

Dans la déclaration conjointe, les participants veulent à l'avenir «des étapes concrètes» pour associer «toutes les parties», soit la Russie.

«Nous pensons qu'atteindre la paix exige l'implication et le dialogue entre toutes les parties»
Un extrait de la déclaration conjointe

Ce texte insiste sur l'intégrité territoriale de l'Ukraine, incontournable pour Kiev, sur la Charte de l'ONU et sur le droit international.

Le terme «agression russe» n'y figure pas, mais le projet renvoie à deux résolutions de l'Assemblée générale de l'ONU qui en parlent. Les participants demandent la sécurisation de la centrale nucléaire de Zaporijjia et considèrent «inadmissibles» les menaces nucléaires.

Pour garantir la sécurité alimentaire, ils veulent également une navigation «libre» et «entière» et un accès aux ports de la mer d'Azov et de la mer Noire. Les quelque 20 000 enfants déportés doivent être rapatriés de Russie et les prisonniers de guerre et les détenus civils libérés.

Comment organiser les choses maintenant?

«La déclaration reflète nos intentions», a estimé Zelensky qui avait estimé la veille qu'un second sommet devra aboutir «à la fin du conflit». Plusieurs Etats souhaitent l'organiser.

En attendant, des réunions de suivi sur les thématiques discutées au Bürgenstock seront prévues dans différents pays. Zelensky veut aller vite. Le dispositif ne doit pas prendre «des années», selon lui.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé une réunion ministérielle sur les questions humanitaires dans les prochains mois. De son côté, Berne est prête à continuer à «jouer un rôle actif» dans ce processus «long et plein de défis», y compris en organisant d'autres rencontres en cas de demande, selon Amherd.

Ukraine's President Volodymyr Zelenskyy hugs with Canada Prime Minister Justin Trudeau during the closing press conference of the Ukraine peace summit in Obb�rgen, Switzerland, Sunday, June 16, 2 ...
Zelensky et Trudeau.Keystone

Si Poutine vient en Suisse, Berne l'arrêtera pas

Et si Vladimir Poutine devait venir pour des négociations, la Suisse ne serait pas contrainte de l'arrêter, malgré le mandat émis contre lui par la Cour pénale internationale (CPI), selon elle. Berne va reprendre contact dans les prochains jours avec les pays qui n'étaient pas présents, y compris la Russie, a précisé Ignazo Cassis.

Les critiques contre le sommet

Pendant deux jours, le ton n'était pas unanime à la conférence. Les dirigeants occidentaux ont réitéré de vibrants soutiens à l'Ukraine, notamment la vice-présidente américaine Kamala Harris venue avec un paquet de 1,5 milliard de dollars d'assistance, auquel se sont ajoutés plus de 100 milions de la Norvège.

Mais des pays comme l'Arabie saoudite, le Ghana ou la Turquie auront clairement répondu à «l'éléphant dans la pièce». Une paix durable ne pourra être atteinte sans la participation de la Russie et celle-ci passera par la Chine.

Une rencontre «entre amis» ne suffit plus, selon le message relayé par plusieurs présidents africains. Mais aussi par celle de Slovénie qui estime que la Russie devra être présente dès le second sommet.

Face à ces appels à dialoguer avec la Russie, les exigences faites vendredi par Vladimir Poutine, soit que l'Ukraine renonce à rejoindre l'Otan et aux quatre régions orientales annexées par Moscou, ont été dénoncées par les dirigeants occidentaux présents. Une proposition de paix «stupide», selon les termes du premier ministre néerlandais Mark Rutte, probable futur chef de l'Alliance atlantique.

«Vous auriez dû être ici. Nous avons besoin de la participation de la Russie»
Le premier ministre néerlandais Mark Rutte au président russe

Tout en ajoutant que les règles communes de la communauté internationale valent pour tous.

«Aucun pays ne pourrait accepter des conditions aussi outrageuses», a renchéri la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. Selon elle, «Poutine ne veut pas sérieusement mettre un terme à la guerre».

Moscou «peut démarrer des négociations demain avec nous», affirme de son côté Zelensky. Il suffit de se retirer du territoire ukrainien, a-t-il ajouté, même si le président russe n'est selon lui pas prêt à cette approche. Et de considérer à nouveau que l'aide militaire à Kiev est insuffisante et trop tardive.

Un important dispositif de sécurité aura encadré la conférence. «Tout a bien fonctionné», a affirmé Amherd. Des milliers de soldats et de nombreux représentants des polices fédérale et cantonales auront été actifs. (chl/ats)

- La Suisse, Gaza et Poutine dans une partie de Uno
Video: twitter
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Le Burkina Faso veut interdire l'homosexualité
Le gouvernement militaire du Burkina Faso a adopté un projet de loi interdisant l'homosexualité, selon un compte-rendu officiel consulté par l'AFP jeudi.

Le gouvernement du Burkina Faso, pays sahélien dirigé par un régime militaire, a adopté en conseil des ministres un projet de loi qui prévoit notamment d'interdire l'homosexualité, selon un compte-rendu officiel consulté jeudi par l'AFP.

L’article