DE | FR
Image: sda

La Bosnie, l'autre dossier brûlant en Europe éclipsé par l'Ukraine

L'Union européenne (UE) est confrontée à la crise ukrainienne, mais également au dossier tendu de la Bosnie. Des visées sécessionnistes de l'entité serbe sont à l'origine des remous.
23.02.2022, 16:5923.02.2022, 17:46

Encore une épine dans le pied de l'UE. Alors que tout le monde a les yeux rivés sur les manœuvres de Vladimir Poutine, un autre pays est en proie à de préoccupants mouvements politiques. La Bosnie est sur le point de se désintégrer sous les coups de boutoir des sécessionnistes serbes menés par l'homme politique Milorad Dodik.

«L’Union ne peut avoir affaire à une Bosnie divisée, ceux qui œuvrent pour cela se trompent lourdement»
Josep Borrell, Haut représentant de l'Union européenne

Face à l'urgence ukrainienne, les autres membres de l'Union européenne ne peuvent nier la place importante que prend le dossier bosnien dès à présent. De plus, comme le souligne Le Monde, Moscou y joue (encore) un rôle prépondérant.

Le ministre autrichien, Adrien Schallenberg n'hésite pas à souligner que les Balkans ne sont «pas un terrain de jeu pour les acteurs non-européens (réd: non-membre de l'UE)», en visant la Russie. A savoir que la patrie de Poutine a apporté son soutien à Milorad Dodik, le leader de la Republika Srpska (République serbe de Bosnie), l’une des deux entités bosniennes, aux côtés de la fédération croato-musulmane.

Dodik, prêt à recréer des institutions bosno-serbes

Dodik, proche du premier ministre hongrois Viktor Orban, menace de recréer une armée serbe en Bosnie, si le pays ne se démilitarise pas. Et par conséquent, de remettre en cause les accords de Dayton signés en 1995, le traité à l'origine de la fin de la guerre d'ex-Yougoslavie.

Et voilà qu'intervient Washington, prêt à sanctionner Dodik. Londres leur a emboîté le pas, mais l'UE piétine. Prudente avec ses relations, elle a réagi mollement, rappelant son attachement pour «la Bosnie-Herzégovine en tant que pays unique et souverain».

La Serbie, pion majeur pour les pays anti-européens

L'Europe, face à la montée des pays antieuropéens, se voit molestée. A savoir que la Hongrie a signé un accord de partenariat stratégique avec la Serbie, devenue également une carte maîtresse pour la stratégie de la Russie et de la Chine (autre acteur qui joue contre les intérêts de l'UE dans la région).

Si bien qu'en novembre déjà, un rapport des Nations unies parlait des «plus graves menaces» pesant sur l’avenir de la Bosnie «depuis 1995».

D'après Majda Ruge, chercheuse au Conseil européen des relations internationales (ECFR):

«Le comportement de la Russie montre ses ambitions et sa tactique, ainsi que son désir de réduire l’influence de l’Ouest et de saper les projets politiques occidentaux dans l’ancien espace soviétique.»

La Russie tend vers une stratégie de nouvelle sécurité, marginalisant les Etats-Unis et l'Otan, pour l'étendre à des contrées où ces deux alliés assumaient habituellement un rôle majeur dans la sécurité. (svp)

La crise ukrainienne en images

1 / 13
La crise ukrainienne en images
source: sda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Poutine a fait transpirer son chef de l'espionnage

Plus d'articles sur les tensions entre Russie et Ukraine

L'armée ukrainienne a-t-elle une chance de résister à une attaque russe?

Link zum Artikel

La crise ukrainienne fait planer le spectre d'une guerre en Europe

Link zum Artikel

Ukraine: le G7 prêt à imposer des sanctions aux «conséquences massives»

Link zum Artikel

Des risques élevés de guerre en Europe, selon ce haut diplomate suisse

Link zum Artikel

En cas de guerre en Ukraine, voici les pénuries qui nous guettent en Suisse

Link zum Artikel

La Russie préparerait une opération pour justifier l'invasion de l'Ukraine

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Poutine s'empare de Marioupol, mais la situation se gâte vraiment pour lui
L'armée russe s’est emparée de Marioupol, la plus grande ville conquise jusqu'à présent. Mais la suite des opérations s'avère être plus sombre: un éminent chef militaire russe a déjà déclaré que l'opération dans le Donbas avait «échoué».

Les combats autour de Marioupol semblent pour l'instant terminés. Lundi, plus de 200 soldats ukrainiens ont été évacués de l'aciérie d'Azovstal, où la résistance s'était retranchée pendant des semaines. Plusieurs centaines de combattants se trouveraient encore dans l'aciérie, mais selon l'armée ukrainienne, ils devraient, eux aussi, être évacués.

L’article