International
ukraine

Attaque de drones sans précédent sur Kiev

Attaque de drones sans précédent sur Kiev

Dans une violente offensive nocturne, la Russie a mené une attaque de drones d'envergure sur la capitale ukrainienne, privant des dizaines de bâtiments d'électricité.
25.11.2023, 11:1425.11.2023, 18:46
Plus de «International»
epa10695216 A destroyed building at the site hit by falling debris from a rocket, in Stari Petrivtsi village near Kyiv (Kiev), Ukraine, 16 June 2023, amid Russia's invasion. Ukraine Air Force rep ...
L'attaque a privé d'électricité des dizaines d'immeubles d'habitation et des bâtiments.Keystone

L'Ukraine a accusé samedi la Russie d'avoir mené dans la nuit sa plus importante attaque de drones sur Kiev depuis le début de l'invasion du pays en février 2022.

Cette offensive intervient le jour de la commémoration par Kiev des «crimes» commis par les Soviétiques à l'époque de Staline contre les Ukrainiens pendant la grande famine des années 1930, qui a provoqué la mort de millions de personnes.

Samedi matin, l'armée de l'air ukrainienne a affirmé avoir abattu 71 drones d'attaque Shahed lancés dans la nuit par la Russie.

«La plupart d'entre eux ont été détruits dans la région de Kiev»

Cinq blessés

Cinq personnes, dont un enfant de 11 ans, ont été blessées au cours de cette offensive, ont indiqué les autorités locales de Kiev.

L'alerte aérienne dans la capitale a duré six heures et la chute de débris de drones a provoqué des incendies et endommagé des bâtiments dans la capitale, a assuré le maire de Kiev, Vitali Klitschko. «L'ennemi continue à semer la terreur», a-t-il déploré.

Coupures de courant

L'attaque a également provoqué des coupures de courant à grande échelle dans la capitale après la rupture d'«une ligne d'alimentation électrique», a indiqué le ministère ukrainien de l'Energie dans un communiqué.

«En conséquence, 77 immeubles résidentiels et 120 bâtiments dans la partie centrale de la ville sont privés d'électricité»
Le ministère ukrainien

Multiplication des attaques

Les attaques de drones, symptomatiques de la guerre en Ukraine, se sont multipliées au cours des derniers mois, menées par les forces de Kiev comme de Moscou.

La Russie a ainsi affirmé vendredi avoir détruit 16 drones ukrainiens, dans le sud du pays et au-dessus de la péninsule de Crimée, annexée par la Russie en 2014 et régulièrement ciblée par Kiev pour son positionnement stratégique en mer Noire.

Le même jour l'armée ukrainienne avait déclaré que ses systèmes de défense aérienne avaient abattu durant la nuit trois drones d'attaque de fabrication iranienne lancés par les forces russes.

Commémorations

L'attaque de samedi survient au moment où l'Ukraine commémore l'Holodomor, le nom de la famine qui a décimé le pays pendant l'ère soviétique il y a 90 ans.

«Plus de 70 (drones) Shahed pendant la nuit de la commémoration de l'Holodomor (...). Les dirigeants russes sont fiers de leur capacité à tuer»
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky

Dans un communiqué, le chef de l'Etat a ensuite jugé «impossible d'oublier, de comprendre et surtout de pardonner les horribles crimes de génocide que les Ukrainiens ont endurés au XXe siècle» lors de l'Holodomor. Zelensky a également remercié les pays qui ont officiellement reconnu cette famine comme un «crime délibéré» de génocide.

Holodomor qualifié de génocide

Mi-octobre, l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe avait qualifié cette famine de génocide, suivant les pas du Parlement européen un an plus tôt.

L'Ukraine avait perdu quatre à huit millions d'habitants dans la grande famine de 1932-1933, sur fond de collectivisation des terres, orchestrée selon des historiens par Staline pour réprimer toute velléité nationaliste et indépendantiste de ce pays, alors république soviétique.

La Russie refuse pour sa part catégoriquement la classification de génocide, invoquant le fait que la grande famine des années 1930 n'avait pas seulement fait des victimes ukrainiennes, mais aussi russes, kazakhes et parmi d'autres peuples. (dal/afp)

L'Ukraine a développé une «cape d'invisibilité» pour ses soldats
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Lorsque le tourisme devient la première industrie d'un lieu, il le tue»
Autrefois accueillis à bras ouverts, les touristes semblent désormais être de moins en moins les bienvenus. La preuve en est que les mesures visant à limiter leur afflux fleurissent à travers le globe. Sommes-nous devenus moins tolérants? Eléments de réponse.

C'est une première: fin avril, Venise a lancé un billet d'entrée pour les visiteurs d'un jour, forcés de débourser 5 euros pour visiter la ville. Pour l'heure, la mesure ne s'applique qu'à une trentaine de jours de grande affluence touristique. Son but: rendre la Cité des Doges «plus vivable», selon les autorités.

L’article