DE | FR

Voici ce qu'il reste des hommes qui défendent Azovstal

Les portraits de combattants ukrainiens dans les bunkers de l'aciérie donnent un visage à la dernière poche de résistance à Marioupol.
12.05.2022, 10:2712.05.2022, 11:07

Orest fait partie de ces combattants du régiment Azov qui défendent le dernier bastion ukrainien à Marioupol: l'aciérie Azovstal.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, Oreste tweete depuis Marioupol de manière sporadique. Il s'est manifesté sur Twitter fin février, puis plus régulièrement à partir du 2 mai.

Il a par exemple écrit sur le «régime Asovstal», grâce auquel il ne pèse plus que 59 kilos. Ou encore commenté sous un selfie de lui-même avec un casque et un gilet militaires: «Cette photo serait parfaite en tant que "dernière photo" (...) Mais à mon avis, elle ne sera que le début – le début de notre libération et de notre victoire».

Mardi, Orest a posté sur Twitter des portraits de ses camarades. Les images sont sous-titrées d'une simple phrase: «Mon reportage photo le plus douloureux de l'Azovstal».

Des profondeurs des bunkers sous Azovstal, les égratignures ou les membres amputés traduisent la violence des combats acharnés entre les Ukrainiens et les soldats russes. Sélection.

image: Screenshot Twitter @Kozatsky_D
image: Screenshot Twitter @Kozatsky_D
image: Screenshot Twitter @Kozatsky_D
image: Screenshot Twitter @Kozatsky_D
image: Screenshot Twitter @Kozatsky_D
image: Screenshot Twitter @Kozatsky_D
image: Screenshot Twitter @Kozatsky_D
image: Screenshot Twitter @Kozatsky_D
image: Screenshot Twitter @Kozatsky_D
image: Screenshot Twitter @Kozatsky_D
Le régiment Azov, c'est quoi?
Le régiment Azov est une milice créée en 2014 par des nationalistes d'extrême droite, qui a ensuite été intégrée à la Garde nationale.
Le compte Twitter @Kozatsky_D révèle qu'Orest sympathise depuis quelques années avec les idées nationalistes de droite du mouvement Azov. watson a tout de même décidé de montrer ces images, car elles constituent des documents d'époque et donnent un aperçu rare des bunkers d'Azovstal.

Azovstsal

L'aciérie Asovstal – l'une des plus grandes usines sidérurgiques d'Europe – est devenue le dernier bastion de résistance pour les forces ukrainiennes dans la ville portuaire assiégée de Marioupol, assiégée par les Russes depuis fin février. L'Ukraine a annoncé que les derniers défenseurs de la ville s'étaient réfugiés dans l'aciérie.

Il s'agit d'un énorme complexe industriel fait de béton et de murs épais, de portes en acier et de couloirs souterrains renforcés.

Vidéo: watson

Depuis des semaines, les troupes russes tentent de prendre le contrôle du site. Le reste de Marioupol est déjà entièrement entre les mains des Russes: le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba a déclaré le 19 avril que la ville portuaire n'existait «pratiquement plus». L' Ukraine a signalé qu'au moins 95 % de Marioupol avaient été détruits par les bombardements russes pendant les combats.

Ces derniers jours, les civils restants ont été évacués en plusieurs étapes à travers les bunkers situés sous l'aciérie en direction des villes tenues par l'armée ukrainienne.

(yam)

En Russie, les enfants font de la propagande déguisés en petits tanks

Plus d'articles sur les tensions entre Russie et Ukraine

L'armée ukrainienne a-t-elle une chance de résister à une attaque russe?

Link zum Artikel

La crise ukrainienne fait planer le spectre d'une guerre en Europe

Link zum Artikel

Ukraine: le G7 prêt à imposer des sanctions aux «conséquences massives»

Link zum Artikel

Des risques élevés de guerre en Europe, selon ce haut diplomate suisse

Link zum Artikel

En cas de guerre en Ukraine, voici les pénuries qui nous guettent en Suisse

Link zum Artikel

La Russie préparerait une opération pour justifier l'invasion de l'Ukraine

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Tamise abrite une bombe à retardement qui peut exploser n'importe quand
A Londres, une épave datant de la Seconde Guerre mondiale s'avère être un vrai dilemme: il reste près de 1400 tonnes d'explosif à son bord. Le nouveau média romand, le Zournal, vous raconte.

Dans la Tamise, au centre de Londres, l'épave la plus dangereuse du monde appelée Richard Montgomery n'attend qu'un simple choc ou affaissement de la structure pour s'embraser. On vous raconte cette drôle d'histoire👇.

L’article