DE | FR
Des soldats allemands en 1945.
Des soldats allemands en 1945.Image: Shutterstock

«L'Europe est faible face à Poutine, comme les Anglais et les Français face à Hitler»

Tentation est grande d'aller puiser dans l'Histoire avec un grand H, des comparaisons avec la crise qui déchire actuellement l'est de l'Europe. Deux experts ont expliqué à watson les parallèles que l'on peut tirer... ou pas.
24.02.2022, 06:2824.02.2022, 07:10
Suivez-moi

La crise ukrainienne ravive des souvenirs douloureux - preuve en est les nombreuses comparaisons avec d'autres conflits historiques, qui fleurissent partout dans les médias et les discours politiques. Ces parallèles peuvent être utiles... mais, attention dans une certaine limite, avertissent deux spécialistes de l'histoire contemporaine.

La Guerre froide, par exemple?

La dernière crise diplomatique d'envergure mondiale est revenue à de nombreuses reprises. Par exemple, dans la bouche de la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock, qui a déploré vendredi dernier les «exigences datant de la Guerre froide» de la part de la Russie.

Christophe Vuilleumier, spécialiste de l'histoire de l'espionnage et de l'histoire suisse contemporaine, la comparaison entre la crise actuelle et la Guerre froide n'est pas pertinente.
Christophe Vuilleumier, spécialiste de l'histoire de l'espionnage et de l'histoire suisse contemporaine, la comparaison entre la crise actuelle et la Guerre froide n'est pas pertinente. image: linkedin

Mais ce parallèle ne tient pas la route, selon l'historien suisse Christophe Vuilleumier.

«Comparer la crise ukrainienne avec la Guerre froide, c'est une déclaration sensationnelle à l’emporte-pièce»

Un avis partagé par l'historien Laurent Tissot, pour lequel, la comparaison «n’est pas adéquate» - ne serait-ce que parce que les terrains géographiques ne sont pas les mêmes.

Laurent Tissot, professeur d'histoire à l'université de Neuchâtel, effectue un parallèle avec la Seconde guerre mondiale.
Laurent Tissot, professeur d'histoire à l'université de Neuchâtel, effectue un parallèle avec la Seconde guerre mondiale.Image: KEYSTONE

Comme un parfum de Seconde guerre mondiale...

En revanche, les deux historiens effectuent plus volontiers un parallèle avec les Accords de Munich, conclus dans la ville allemande en 1938, à la veille de la Seconde guerre mondiale.

Pour rappel, c'est quoi ces accords?
Signés dans la nuit du 29 au 30 septembre 1938 entre l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l'Italie, les Accords de Munich avaient pour but de régler la crise des Sudètes en Tchécoslovaquie et mettre fin à des mois de crise en Europe. Mais ils avaient aussi et surtout pour prétention de garantir la paix, en cédant aux exigences d'Adolf Hitler. Malheureusement, ce renoncement de la part des Français et des Anglais n'a eu pour effet que de retarder la guerre d'une année.
source: lefigaro.fr

«Il y une forme de parallélisme dans les positions des uns et des autres», confirme Christophe Vuilleumier. Aujourd'hui, «l'’Europe est relativement faible face à Poutine, tout comme l’ont été les Français et les Anglais face à Hitler».

Autre parallèle intéressant relevé par le spécialiste: l'Ukraine suscitait également l'appétit du Führer à l'époque. «C'est un lieu stratégique, une région disputée depuis très longtemps».

Des espoirs et des craintes similaires

En 1938, ajoute Laurent Tissot, «la plupart des gens pensaient que les Accords de Munich permettraient de trouver une issue diplomatique à la crise et d'éviter la guerre. Pourtant, d'aucuns ont mis en garde contre les objectifs d'Hitler. Malheureusement, ils ont eu raison». Dans le cas de l'Ukraine, «les espoirs et les craintes sont les mêmes: on espère que la diplomatie va l'emporter sur un conflit militaire».

Nous nous trouvons dans le même climat d'incertitude qu'en 1938: «Poutine va-t-il se contenter de ce qu’il a déjà pris ou va-t-il aller plus loin? Les Etats-Unis et Biden vont-ils se montrer plus agressifs?»

«Impossible de dire ce qui va se passer»
Laurent Tissot, historien

D'autres parallèles sont possibles...

Dans l'histoire récente, on a pu observer des conflits de même nature, signale Christophe Vuilleumier. «Je pense par exemple à la guerre de Géorgie, aux tréfonds de l’Europe, en 1991. Cette guerre civile a été également largement instrumentalisée d’un côté comme de l’autre par les Russes, en jouant le chaud et le froid sur la région pour assurer leur domination.»

L'historien cite également la guerre de Yougoslavie, ainsi que celle de Tchétchénie, à la fin des années 2000. «Dans tous les cas, ces conflits sont des guerres de faction, des guerres civiles, parmi les plus sanguinaires qu’on puisse imaginer.»

Tirer des leçons de l'histoire? Oui, mais...

«Évidemment, les Etats en jeu ne sont pas les mêmes. Ni les idéologies. Il faut tout replacer dans son contexte», prévient Christophe Vuilleumier.

De son côté, Laurent Tissot avertit sur le risque de coller des étiquettes aux uns et aux autres: «Certes, on se retrouve dans l'esprit des Accords de Munich, avec les Alliés d'un côté et les Nazis de l'autre. Mais...

«Cela va au-delà d'une simple représentation des bons et des méchants»

«Ce qu'on peut retenir de l'Histoire, c'est qu'il y a des moments où tout nous échappe, tout s'emballe. Comme lors de la Première ou de la Seconde guerre mondiale, on perd la maîtrise de certains évènements.»

Si Christophe Vuilleumier se dit assez pessimiste face à la suite des évènements, Laurent Tissot conclut avec un sourire pragmatique: «Il faut espérer que la maîtrise des différents facteurs restent entre les mains des acteurs».

Des Suisses en Ukraine: «Je suis encore plus déterminé à rester!»

Toute l'actu' brûlante sur l'Ukraine...

La crise russo-ukrainienne résumée en 3 points

Link zum Artikel

«Loi martiale», «séparatiste»: vous ne pigez rien? Voici le dico!

Link zum Artikel

Donald Trump persuadé qu'il aurait pu éviter la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

La communauté internationale réagit à l'offensive russe

Link zum Artikel

L'invasion russe provoque l'effondrement des marchés mondiaux

Link zum Artikel

Plusieurs villes et régions d'Ukraine frappées par des explosions

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Etats-Unis: Une fusillade dans une école primaire fait au moins 14 morts
Une fusillade dans une école primaire à Uvalde, au Texas, a fait plusieurs dizaine de morts et de blessés. Le suspect, un adolescent de 18 ans, est également décédé.

Quatorze élèves et un enseignant sont morts après une fusillade à Robb Elementary School à Uvalde, au Texas, selon le gouverneur Greg Abbott, cité par ABC News.

L’article