DE | FR
Katya, 16 ans raconte la guerre dans son journal intime.
Katya, 16 ans raconte la guerre dans son journal intime.Image: Shutterstock

«Je veux mourir»: Katya, 16 ans raconte la guerre dans son journal intime

Une adolescente ukrainienne a retracé dans son journal intime ses journées passées recluse au fond d'une cave. Le récit, glaçant, donne un visage et un nom aux horreurs subies par des milliers d'habitants de la ville de Marioupol.
05.04.2022, 11:5906.04.2022, 09:04
Suivez-moi

La forme, comme le fond, ont quelque chose de tristement familier. Un journal intime rédigé par une adolescente, confrontée bien trop tôt à l'horreur de la guerre. Le descriptif, cru et sincère, de son quotidien, passé enfermée dans un abri. Dehors, la mort. Dedans... la mort.

C'est un témoignage comme il en existe désormais des milliers. Mais contrairement à beaucoup, celui-ci ne s'est pas noyé dans le flot d'informations venu du front. Il a interpellé la gymnaste ukrainienne Lilia Podkopayeva, connue pour avoir déjà lancé plusieurs appels à l'aide pour les enfants victimes de la guerre dans son pays.

L'ancienne médaillée olympique a publié quelques extraits poignants du journal intime sur son compte Instagram, attirant l'attention de la presse nationale, dont le site d'actualité nv.ua.

«Il fut un temps où des journaux similaires étaient écrits par des habitants de la ville assiégée de Leningrad. Qui aurait pensé qu'une telle chose se reproduirait ? Et qui aurait cru qu'une telle chose arriverait en Russie, qui s'est transformée en horde?» s'est indignée l'ancienne athlète le 2 avril dernier.

Ce récit, c'est celui de Kayta, une Ukrainienne de 16 ans.

Dans son journal intime, l'adolescente retrace ses journées passées avec sa famille, coincés tous ensemble dans un sous-sol de Marioupol.

«Un enfer de feu»

Depuis un mois, la cité ukrainienne, située au bord de la mer d’Azov, est la proie d'une pluie d’obus. «Un enfer de feu, sans eau, ni électricité, ni gaz, ni téléphone», décrit sur place un envoyé spécial du Monde. Selon un colonel de l’armée ukrainienne, interrogé par ce même correspondant, 80% la ville serait actuellement occupé par les Russes.

160 000 personnes y seraient toujours bloquées, a précisé l'AFP le 1er avril dernier. Des milliers de civils privés de tout: vivres, matériel médical et produits de première nécessité. Et forcés de se terrer dans des abris et des souterrains, pour se protéger des bombes.

Du lieu et des circonstances précises dans lesquelles Katya se trouvait enfermée, on connait assez peu de détails. Dans les extraits de son journal publiés dans les médias, l'adolescente décrit: «Nous allions aux toilettes, dormions, mangions des restes dans le même sous-sol.»

Comme bon nombre d’habitants de Marioupol, la jeune fille et ses compagnons d'infortune se sont alimentés en brûlant ce qu’ils ont bien pu dénicher.

«Une fois, oncle Kolya a attrapé un pigeon, on l'a fait frire et on l'a mangé. Et puis on a tous vomi»

Liste macabre

Katya revient sur le premier décès survenu au sein de la petite communauté. La première d'une liste macabre. «Notre voisine est morte, et nous ne pouvions pas la porter dehors, et elle a commencé à sentir mauvais.» Avec une implacable dureté, elle se poursuit: «Quand ça s'est calmé, oncle Kolya l'a portée dehors... et lui-même s'est tué sur un fil électrique».

«Maman a beaucoup pleuré. Après la mort de papa, oncle Kolya était la personne la plus proche.»

L'Ukrainienne de 16 ans poursuit son sinistre décompte. «Maman s'est accrochée jusqu'au bout, trois jours avant notre évacuation, elle est morte».

Il lui faut alors protéger tant que se peut son petit frère de ce drame.

«J'ai dit à mon frère qu'elle était endormie et qu'il ne fallait pas la réveiller»

Lapidaire, elle poursuit son récit: «Mon frère n'arrête pas de venir voir maman et de lui dire: "Maman, ne dors pas, tu vas geler"».

La fuite

Finalement, les jeunes survivants parviennent à quitter la cave où ils étaient reclus depuis des semaines. Font-ils partie de ces quelque 3000 habitants de Marioupol, qui ont pu s'évader de la ville dans la nuit de vendredi à samedi dernier? Katya ne le précise pas.

Toutefois, les détails de sa fuite témoignent de l'horreur dans les rues.

«Les cadavres puent tellement. Il y en avait partout»

«J'ai couvert les yeux de mon frère avec le foulard de ma mère pour qu'il ne voie pas cela. Pendant que nous courions, j'ai failli vomir plusieurs fois».

Les jeunes fugitifs sont contraints de laisser derrière eux le corps de leur maman.

«Nous n'irons jamais sur sa tombe. Elle est restée dans la cave humide et sombre»

Des mots d'adolescente pour décrire l'horreur

Dans ses pages, Katya ne cache pas son désarroi. Son incompréhension. Sa colère.

«Ma mère n'a jamais, vous entendez, jamais rien fait de mal. Elle allait à l'église. (...) Et votre Dieu l'a emmenée. Le prêtre a dit que ma mère servait Dieu, mais qu'elle ferait mieux de le servir ici, en nous élevant.»

«Je ne crois plus en votre Dieu. S'il avait existé, nous n'aurions pas tant souffert», s'indigne-t-elle.

Le récit trahit à la fois une jeunesse volée et une maturité trop vite acquise. «Tu connais cette sensation de douleur?» s'interroge la jeune fille de 16 ans auprès de son ami de papier. «Une fois, je suis tombée amoureuse d'un garçon», raconte-t-elle. «Mais il n'est pas tombé amoureux de moi. Je pensais que c'était ça, avoir mal».

«Mais il s'est avéré que ce qui fait mal, c'est de voir sa mère mourir devant soi»

L'abandon

L'adolescente détaille enfin cet appel passé à son oncle, en Russie. Espoir douché. «Tu sais ce qu'il m'a dit au téléphone aujourd'hui?» s'étrangle Katya auprès de son confident. «"Katya? Quelle Katya? Ma fille, je ne te connais pas. De quelle guerre, de quelle Katya tu parles?"».

Elle relate ensuite comme il lui écrit un peu plus tard, au moyen d'un téléphone jetable: «Katya, ne m'écris pas. C'est dangereux pour moi et ma famille.»

Trop, c'est trop. Sur le papier, elle explose: «Je les déteste! C'était sa soeur!? Comment est-ce possible?»

La triste conclusion

Sur les dernières pages de son journal, l'orpheline assène:

«Je veux mourir, mais je ne peux pas»

«Tu sais, je pense que je vais retourner à Marioupol. Et je vivrai au même endroit. Et chaque fois, le même jour, je descendrai au sous-sol d'une nouvelle maison pour déposer des fleurs.»

Katya achève son récit sur un dernier conseil: «Serre tes enfants dans tes bras. Sinon, tu risques de disparaître. Ils ne se souviendront pas de ton odeur. Si je survis et que j'ai des enfants plus tard, je les étreindrai tout le temps.»

L'histoire se répète

L'histoire de Katya n'est évidemment pas sans rappeler celle d'une autre adolescente, dont le journal intime est resté mondialement célèbre. Daria Kalenkiuk, directrice exécutive pour le centre d'action Anti-Corruption en Ukraine, n'a pas hésité à faire le rapprochement.

«Pendant la Seconde Guerre mondiale, des enfants ont tenu des journaux intimes dans les camps de concentration et les villes occupées par les nazis. L'histoire se répète.» Inlassablement.

Les images glaçantes de Marioupol vue du ciel

Plus d'articles sur la guerre en Ukraine

«Les Russes veulent faire tomber l'Est pour mieux revenir sur Kiev ensuite»

Link zum Artikel

Le dégel dévoile les cadavres des soldats russes et c'est un problème

Link zum Artikel

Kiev séduit les déserteurs russes en masse, mais Moscou a une riposte

Link zum Artikel

Comment Poutine met en scène son «chien sanguinaire» en Ukraine

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Twitter défend sa stratégie et Elon Musk réplique (à coups de caca)
Lundi soir, le patron de Twitter s'est fendu d'une longue explication sur les mesures prises pour lutter contre les faux comptes et les spams. Le fantasque Elon Musk lui a répondu... de manière pas très délicate.

Le fantasque entrepreneur, qui s'est mis en tête de racheter Twitter en déposant une offre à 44 milliards de dollars à la fin avril, a semé la confusion sur ses intentions la semaine dernière. Il a affirmé un temps que l'opération était en suspens, en raison de ses doutes sur la proportion réelle de spams et de faux comptes sur la plateforme.

L’article