DE | FR
image: shutterstock.com

Une Ukraine neutre mettrait-elle fin à la guerre? Réponse en 5 points

En Ukraine, on se demande si le pays devrait devenir neutre. Pour la Russie, il s'agit d'une exigence pour en finir avec la guerre. Est-ce la solution? Explications.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
31.03.2022, 16:5931.03.2022, 17:40
David Schafbuch / t-online
Un article de
t-online

«Ce point des négociations est pour moi compréhensible et il est discuté. Il est même examiné en profondeur», avait encore déclaré Volodymyr Zelensky le week-end dernier. Il était question que le président ukrainien réfléchisse, dans le cadre des négociations avec la Russie, à la question de savoir si et comment l'Ukraine pourrait devenir un pays politiquement neutre à l'avenir.

Pour le Kremlin, c'est l'une des revendications centrales pour mettre fin à la guerre. Mais la neutralité est-elle réaliste? Et à quoi pourrait ressembler un tel état?

Un aperçu.

Que signifie exactement politiquement neutre ?

Dans le passé, les conférences de paix de La Haye de 1899 et 1907 ont défini ce que signifiait la neutralité. Un Etat neutre doit rester en dehors des opérations de combat et ne peut pas prendre parti en cas de guerre. Si la guerre éclatait, un Etat neutre ne rejoindrait aucune partie belligérante et n'interviendrait pas dans les combats.

Cependant, un Etat neutre a le droit de défendre son territoire s'il est attaqué. Les mouvements de troupes par les parties belligérantes ou les livraisons aux personnes impliquées ne doivent, toutefois, pas se faire via le territoire d'un pays neutre. Un Etat peut rester neutre dans un seul conflit ou déclarer une neutralité permanente.

Quels sont les différents modèles

La Russie a évoqué deux Etats qui pourraient servir de modèles pour l'Ukraine: l'Autriche et la Suède. «C'est une variante qui est en cours de discussion et qui pourrait être vue comme un compromis», a déclaré mi-mars le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, sur les négociations avec l'Ukraine.

Le cas autrichien

La neutralité de l'Autriche a été décidée en 1955. Le pays était auparavant occupé par les quatre puissances victorieuses après la fin de la Seconde Guerre mondiale. En tant que compromis entre les puissances occidentales et l'Union soviétique, le pays s'est engagé à être impartial. Après quoi, tous les soldats alliés l'ont quitté. Depuis, la «neutralité perpétuelle» s'applique. Elle aussi ancrée dans la constitution. A ce jour, l'Autriche n'a appartenu à aucune alliance militaire telle que celle de l'Otan. De leur côté, les autres pays ne sont pas autorisés à installer des bases militaires en Autriche.

Cependant, un rapprochement s'est opéré au fil du temps: depuis 1995, l'Autriche est impliquée dans le programme de l'Otan «Partenariat pour la paix» (comme la Suisse). Ce partenariat permet essentiellement une coopération entre l'alliance et des Etats non membres. Le pays est également membre de l'Union européenne depuis 1995. Bien qu'il ne s'agisse pas d'une alliance militaire, l'UE favorise également, dans une certaine mesure, une politique et un système de sécurité communs.

Le Chancelier fédéral autrichien Karl Nehammer.
Le Chancelier fédéral autrichien Karl Nehammer.image: keystone

La fin de la neutralité n'est, toutefois, pas un problème en Autriche, pas même à cause de la guerre en Ukraine. Les livraisons d'armes à Kiev sont catégoriquement exclues. Cependant, l'espace aérien autrichien reste ouvert aux livraisons d'armes par d'autres pays.

Le Chancelier fédéral Karl Nehammer a déclaré récemment:

«L'Autriche était neutre, l'Autriche est neutre, l'Autriche restera neutre»

La discussion sur le sujet était terminée, selon lui. Dans la population, 63% ont déclaré que l'Autriche ne devrait «en aucun cas» renoncer à sa neutralité pour l'adhésion à l'Otan.

Le cas suédois

En Suède, la neutralité a une tradition encore plus ancienne. Le pays suit cette voie depuis plus de 200 ans après avoir été contraint d'abandonner la Finlande qui faisait alors partie de la Suède, dans la guerre avec la Russie. Contrairement à l'Autriche, la neutralité n'est pas inscrite dans la constitution. Elle doit plutôt être comprise comme un principe directeur.

Au fil du temps, le pays est également devenu de plus en plus libre d'interpréter sa neutralité. Comme l'Autriche, la Suède a rejoint l'UE en 1995. Le pays entretient également des liens étroits avec l'Otan. L'armée participe actuellement à la grande manœuvre de l'organisation «Cold Response». Contrairement à l'Autriche, l'adhésion à l'Otan semble être une option de plus en plus sérieuse là-bas. Le pays a également déjà fourni des armes à l'Ukraine. Plus récemment, l'approbation de l'adhésion à l'Otan était passée à environ 50%. En conséquence, le statut du pays est désormais souvent qualifié de «non-aligné».

Qu'est-ce que cela signifierait pour l'Ukraine d'être un Etat neutre?

Il est clair qu'une Ukraine neutre ne cherchera plus à rejoindre l'Otan. La raison principale: la Russie a répété à plusieurs reprises qu'elle se sentait menacée par l'élargissement de l'alliance. Certes, l'adhésion est actuellement stipulée comme un objectif dans la constitution de l'Ukraine. Cependant, avant que la guerre n'éclate, de nombreux pays de l'Otan avaient souligné que l'adhésion de l'Ukraine n'était de toute façon pas sur la table. Le président Zelensky a également longtemps été ouvert à ne pas poursuivre l'adhésion.

Le président a, lui aussi, ses propres exigences envers la Russie: premièrement, le Kremlin doit retirer ses soldats du pays. Il doit y avoir des garanties de sécurité suffisante qui permettraient à l'Ukraine de renoncer à l'adhésion à l'Otan.

Que signifient les garanties de sécurité ?

L'Ukraine exige que les autres Etats promettent un soutien militaire au cas où le pays serait à nouveau attaqué à l'avenir. Cela pose plusieurs problèmes: la Russie exige non seulement une Ukraine neutre, mais aussi une Ukraine démilitarisée. Les exemples de la Suède et de l'Autriche montrent que ces pays neutres doivent presque inévitablement avoir leur propre armée. Dans les cas extrêmes, ils n'ont droit à aucun soutien d'autres pays ou de l'Otan.

Volodymyr Zelenskyy: Le président ukrainien examine si l'Ukraine pourrait devenir un État neutre à l'avenir.
Volodymyr Zelenskyy: Le président ukrainien examine si l'Ukraine pourrait devenir un État neutre à l'avenir.image: keystone

L'Ukraine insiste donc pour que d'autres pays s'engagent à l'avenir en tant que puissances protectrices afin qu'il n'y ait pas de nouvelle guerre d'agression contre le pays. Cependant, on ne sait absolument pas qui conviendrait à cela: «Je n'ai tout simplement pas l'imagination pour un format fiable», déclare Claudia Major de la Science and Politics Foundation dans une interview avec t-online, elle précise:

«L'Otan ne veut déjà, en aucun cas, être entraînée dans le conflit. En conséquence, elle ne voudra probablement pas non plus donner à l'Ukraine des garanties de sécurité à l'avenir.»

De plus, l'Ukraine a eu de mauvaises expériences avec un accord comparable dans le passé. Dans le soi-disant «Mémorandum de Budapest» en 1994, l'Etat s'est engagé à renoncer à ses armes nucléaires. En retour, les Etats-Unis, la Russie et le Royaume-Uni se sont engagés à respecter la souveraineté et les frontières du pays. La Russie a rompu cet accord lorsqu'elle a annexé la péninsule de Crimée en 2014. Ni les Etats-Unis ni le Royaume-Uni ne sont intervenus.

La proposition est donc également très controversée en Ukraine. Zelensky a annoncé qu'il prévoyait un référendum sur un éventuel accord avec la Russie. La question centrale est alors: comment exactement l'Ukraine a l'intention de mettre en œuvre un tel référendum en temps de guerre avec des millions de citoyens réfugiés? Ce point demande encore à être éclairci. Claudia Major analyse:

«Malgré la guerre, l'Etat ukrainien fonctionne étonnamment bien. Mais j'imagine qu'il serait très difficile d'organiser un référendum dans les circonstances actuelles.»

Ukraine neutre peut-elle mettre fin à la guerre?

La proposition ne sonne pas mal au premier abord: une Ukraine qui ne veut plus prendre parti, mais bénéficie toujours d'une protection et n'a donc plus besoin de l'Otan. La réalité est, pourtant, bien plus complexe: une Ukraine neutre et démilitarisée est largement sans défense. Les pays qui peuvent protéger le pays ont soit prouvé le contraire dans le passé, soit montré qu'ils ne voulaient absolument pas entrer en guerre avec la Russie. Il est peu probable que cela change à l'avenir.

Les exemples de la Suède et de l'Autriche montrent également qu'il est possible de conclure des alliances avec l'Otan malgré une position supposée neutre. On peut imaginer que la Russie veut précisément empêcher cela. Les exemples, en revanche, soulèvent la question de savoir si la Russie à plutôt une idée complètement différente de la neutralité. Claudia Major soupçonne:

«La neutralité semble initialement innocente. Mais nous ne savons pas ce que la Russie veut dire par là. Cela peut signifier: l'Ukraine devrait se passer des choses que la Russie n'aime pas.»

Il est possible qu'en matière de neutralité, la Russie pense plutôt à une Ukraine qui ressemble à celle qu'elle était sous l'ancien président Viktor Ianoukovitch. Au cours de son mandat, il a déclaré que l'Etat devait être un pont neutre entre l'UE et la Russie. Sous sa gouvernance, le pays se rapprochait de plus en plus du Kremlin. A la suite des manifestations du Maïdan, à Kiev, Ianoukovitch est parti en exil en Russie. Plus récemment, après le déclenchement de la guerre dans son pays d'origine, il a déclaré que Zelensky devait abandonner.

Immersion dans un centre d'accueil en Ukraine

Plus d'analyses sur ce qui se passe en Ukraine

Pourquoi la Russie n'a pas encore gagné la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

«Les réfugiés ont la même voiture que nous» Ça vous choque?

Link zum Artikel

Ukraine: comment la cyber-guerre peut tout faire basculer (en Suisse aussi)

Link zum Artikel

L'invasion de l'Ukraine «était écrite»: aurions-nous été aveugles?

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
5 pubs folles qui prouvent que les Américains ont un problème avec les armes
Les Etats-Unis ont connu une nouvelle tuerie de masse dans une école. La National rifle association (NRA), puissant lobby des armes, est à nouveau pointée du doigt. Voici quatre pubs qui montrent qu'elle n'a aucune limite.

L'Amérique s'est réveillée avec effroi suite à la tuerie perpétrée à l'école primaire d'Uvalde au Texas. La NRA ou lobby des armes ne semble pas touchée par ce nouveau massacre et ne vacille pas. La principale association pro-arme du pays, qui compte des millions de membres, ne démord pas de son refus de réglementer l'achat des armes. Elle n'hésite pas à investir des millions dans des campagnes publicitaires pour promouvoir la détention d'arme à titre privé. Voici cinq pubs WTF qui montrent que la NRA n'a aucune limite.

L’article