DE | FR

Comment Poutine cherche à détruire la culture ukrainienne

L'Ukraine compte plus de 400 musées et 3000 sites culturels. Ils sont tous menacés par l'invasion russe. Pourquoi Poutine cible-t-il la culture ukrainienne? Comment les Ukrainiens tentent de protéger leur patrimoine culturel? Et comment une artiste ukrainienne est devenue un symbole de paix?
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
15.03.2022, 19:1716.03.2022, 09:41
Yasmin Müller
Yasmin Müller
Suivez-moi

La question culturelle est peut-être l'un des éléments déclencheurs de cette guerre d'agression russe qui secoue l'Ukraine depuis plus de deux semaines maintenant.

C'est ainsi que l'armée russe, dans sa marche guerrière à travers l'Ukraine, ne se contente pas d'anéantir des vies humaines et de déraciner une génération de sa patrie. L'armée russe piétine et détruit également des sites culturels. Ce faisant, l'envahisseur fait disparaître une partie de l'histoire ukrainienne. Il tente d'effacer la mémoire culturelle d'une nation et commet un crime de guerre.

Le sort des biens culturels ukrainiens dans cette guerre est encore loin d'être évalué. Ces quelques aperçus visent à montrer la complexité du sujet. Ceci sans prétendre à l'exhaustivité sous quelque forme que ce soit:

Maria Prymachenko: l'identité nationale ukrainienne et son symbole de paix

Dès les premières heures de la guerre, le patrimoine culturel ukrainien a été frappé de plein fouet. Le 25 février, un musée a brûlé à Ivankiv, près de Kiev, après une attaque russe. Selon les premiers rapports, 25 œuvres de l'artiste Maria Prymachenko, une icône de l'identité nationale ukrainienne, auraient été la proie des flammes.

Le président russe Vladimir Poutine avait affirmé dans un essai publié l'été dernier que les Ukrainiens et les Russes formaient «un seul peuple» avec une seule culture. Des craintes sont rapidement apparues quant à la possibilité que son armée tente délibérément de détruire des icônes des traditions artistiques de l'Ukraine.

L'armée russe a déjà prouvé à quel point elle pouvait être impitoyable avec la culture ukrainienne lors de l'invasion de la Crimée en 2014. Le musée local de Donetsk a été touché 15 fois par des missiles antichars. Près de 30% de la collection du musée a été détruite et quelque 45 000 objets artistiques et archéologiques ont été perdus à jamais.

Les œuvres de Prymachenko sont considérées comme fermement enracinées dans l'esthétique ukrainienne. Avant de commencer à peindre dans les années 1930, elle a appris les arts populaires tels que la broderie et la décoration des œufs de Pâques. C'est pourquoi l'avocate Natalia Gnatiuk, partenaire de la «Fondation de la famille Maria Prymachenko», estime que l'attaque du musée d'Ivankiv était un objectif déclaré de l'invasion russe et non un dommage collatéral, comme elle l'a expliqué à CNN:

«C'était le premier bâtiment détruit à Ivankiv. La tâche des occupants est de détruire nos racines ukrainiennes, de détruire notre culture ukrainienne. Ils la détestent. Maria Prymachenko n'est pas seulement le symbole d'Ivankiv, c'est aussi le symbole de toute l'Ukraine et du monde d'aujourd'hui.»

Les tableaux de l'artiste ont été exposés dans des villes de toute l'Europe. En 1936, Pablo Picasso aurait déclaré, après avoir visité une exposition de ses tableaux à Paris: «Je m'incline devant le miracle artistique de cette brillante Ukrainienne».

Entre-temps, des informations sont apparues selon lesquelles un homme aurait sauvé des dizaines d'œuvres du musée en flammes. Anastasiia Prymachenko, l'arrière-petite-fille de l'artiste, a déclaré au «The Sunday Times» que toutes les toiles de Prymachenko avaient été sauvées du bâtiment: «Un homme héroïque a réussi à sauver les toiles de l'incendie». Ces informations n'ont pas pu être vérifiées de manière indépendante jusqu'à présent. Elle a ajouté: «Quand cette guerre sera terminée, ce sera la première histoire de héros que nous raconterons».

Alors que les 25 œuvres originales de Prymachenko n'ont pas encore été retrouvées dans le musée incendié, l'un de ses motifs est devenu le symbole de la paix en Ukraine lors de manifestations organisées dans le monde entier: une colombe de la paix bleue et blanche sur fond jaune avec des fleurs rouges.

La colombe de Prymachenko devient le symbole de la paix en Ukraine lors de manifestations dans le monde entier, ici San Francisco (USA), 06 mars 2022.
La colombe de Prymachenko devient le symbole de la paix en Ukraine lors de manifestations dans le monde entier, ici San Francisco (USA), 06 mars 2022.keystone

Kharkiv: l'architecture soviétique se fissure

Depuis le 1er mars 2022, l'armée russe dévaste Kharkiv, capitale de l'Ukraine soviétique de 1917 à 1934. Les témoins architecturaux de cette époque sont d'autant plus marquants pour l'histoire du pays. Avec leur présence massive, ils sont des lieux de mémoire marquants.

La place de la Liberté à Kharkiv entourée de bâtiments datant de l'époque soviétique, avant la guerre (photo prise depuis le toit de la tour Derschprom):

getty

La place de la Liberté à Kharkiv le 1er mars 2022 après une attaque russe:

keystone

La place centrale de la Liberté à Kharkiv est l'une des plus grandes places d'Europe avec plus de onze hectares. Les bâtiments entourant la place ont aussi été dévastés par l'agression russe.

C'est précisément là que se trouve un joyau architectural du constructivisme soviétique: le premier gratte-ciel soviétique, l'une des premières tours d'Europe: le bâtiment Derschprom. Construit entre 1925 et 1928, il avait à l'origine une hauteur de 68 mètres. Le complexe de bâtiments se compose de trois blocs reliés par des ponts. En 1954, une antenne de télévision a été installée au sommet du bâtiment, ce qui porte sa hauteur totale à 108 mètres.

Sept des 12 ascenseurs originaux de Derschprom fonctionnaient encore avant l'attaque russe et ceci sans avoir été remplacés. C'est un fait remarquable car la place de la Paix a déjà été durement touchée par un envahisseur lors de l'invasion de l'Union soviétique par l'Allemagne nazie en 1941.

Le 25 janvier 2018, le Derschprom est devenu par décret un «monument d'importance nationale». Le monument est candidat à l'inscription sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. L'état actuel du Derschprom n'est pas connu.

Lviv: une ville qui met ses trésors à l'abri

«Ce sont des barbares. Ils ne se soucient pas de ce qu'ils détruisent», c'est ce qu'explique Lilya Onyshchenko, directrice du service de protection du patrimoine de la ville de Lviv, au Guardian. La directrice se trouve alors dans le centre historique de l'une des villes les plus importantes d'Europe sur le plan culturel, un site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Lviv est marquée depuis des siècles par la cohabitation de plusieurs ethnies. Des bâtiments de la Renaissance, du baroque, du classicisme et de l'art nouveau dominent le centre-ville.

Pendant l'entretien, le Guardian décrit comment des ouvriers du bâtiment s'affairaient en arrière-plan à monter un échafaudage autour d'une chapelle Renaissance. Au coin de la rue, une équipe a recouvert les vitraux de la cathédrale sur une grue géante et cloué le bâtiment avec des planches. Des photos publiées sur les médias sociaux donnent également un aperçu des efforts désespérés des Ukrainiens pour préserver leurs sites culturels de Lviv des dommages de la guerre:

Onyshchenko explique au Guardian: «Moscou veut faire disparaître la culture ukrainienne. Elle est ce qui nous définit et ce qui définit notre identité. Elle est un rappel de qui nous sommes».

Dans les semaines précédant la guerre, le gouvernement de Zelenskyi a hésité à retirer les objets exposés dans les musées et les églises. Il craignait que cela ne contribue à créer un climat de panique. C'est pourquoi le personnel des musées et des archives doit désormais emballer à la hâte les objets afin de les protéger de la destruction et du pillage.

Les manuscrits et documents anciens du «Andrey Sheptytsky National Museum» de Lviv sont emballés pour être mis en sécurité, 04 mars 2022.
Les manuscrits et documents anciens du «Andrey Sheptytsky National Museum» de Lviv sont emballés pour être mis en sécurité, 04 mars 2022.keystone

Des objets précieux provenant d'églises ont également été transférés dans des bunkers. Le Guardian a documenté le transport d'un retable en bois de l'église arménienne de Lviv datant du 14e siècle. Le journal écrit: La dernière fois que le retable a été déplacé, c'était juste avant que les nazis n'envahissent la ville en 1941. A l'époque, l'architecture historique de Lviv avait survécu à la guerre presque sans dommages.

Un tableau d'autel du «Andrey Sheptytsky National Museum» de Lviv est transporté dans le dépôt, vendredi 4 mars 2022.
Un tableau d'autel du «Andrey Sheptytsky National Museum» de Lviv est transporté dans le dépôt, vendredi 4 mars 2022. keystone

Mardi, des employés de la municipalité ont tenté de protéger quatre fontaines en calcaire ornées de sculptures mythiques contre d'éventuels boulets et incendies. Pour ce faire, ils ont emballé Neptune et Kohorte dans des matériaux ininflammables.

Afin qu'ils puissent rester le plus longtemps possible dans le pays en guerre, un groupe de directeurs de musées a lancé une initiative visant à verser de l'argent aux secouristes, a déclaré Olha Honchar, directrice du musée «Memorial Museum of Totalitarian Regimes ‹Territory of Terror›» à Lviv au Guardian.

Vitrines vides au Musée d'histoire des religions de Lviv le 07 mars 2022. Les artefacts sont désormais dans des bunkers.
Vitrines vides au Musée d'histoire des religions de Lviv le 07 mars 2022. Les artefacts sont désormais dans des bunkers.keystone

Pendant que les bénévoles s'efforcent de récupérer les objets sur place, plus de 1000 bibliothécaires, archivistes et chercheurs à travers le monde tentent de localiser et de sauvegarder les contenus et données numériques des musées et archives ukrainiens, dans le cadre de l'initiative «Saving Ukrainian Cultural Heritage Online».

L'emblème de La Haye pour protéger le patrimoine culturel de l'UNESCO

Le 8 mars, la directrice générale de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Audrey Azoulay, appelle à la «protection du patrimoine culturel ukrainien». Il témoigne de la riche histoire du pays et pourrait servir de catalyseur pour la paix.

Lazare Eloundou, directeur du Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO, qualifie le patrimoine culturel ukrainien d'«important pour le monde entier». La protection du patrimoine culturel n'est pas seulement importante pour elle-même, elle aide également le peuple ukrainien à se remettre du traumatisme du conflit.

Un des six sites archéologiques dans et autour de la ville antique de Chersones sur la péninsule de Crimée, qui constituent un site du patrimoine mondial de l'UNESCO en Ukraine.<br>
Un des six sites archéologiques dans et autour de la ville antique de Chersones sur la péninsule de Crimée, qui constituent un site du patrimoine mondial de l'UNESCO en Ukraine.
getty

L'UNESCO est présente en Ukraine de diverses manières. L'Ukraine compte actuellement sept sites du patrimoine mondial de l'UNESCO et s'efforce d'obtenir l'inscription de dix-sept autres sites au registre de l'UNESCO. En outre, les universités ukrainiennes sont reconnues comme chaires UNESCO ou comme patrimoines documentaires mondiaux.

La cathédrale Sainte-Sophie, le monastère troglodyte de Lavra Petchersk et l'église du Rédempteur de Berestovoin (tous situés à Kiev) font partie des monuments les plus remarquables de la culture chrétienne européenne. Ils constituent l'un des sept sites du patrimoine mondial de l'UNESCO en Ukraine. Sur la photo: la cathédrale Sainte-Sophie à Kiev.
La cathédrale Sainte-Sophie, le monastère troglodyte de Lavra Petchersk et l'église du Rédempteur de Berestovoin (tous situés à Kiev) font partie des monuments les plus remarquables de la culture chrétienne européenne. Ils constituent l'un des sept sites du patrimoine mondial de l'UNESCO en Ukraine. Sur la photo: la cathédrale Sainte-Sophie à Kiev. getty

Il est intéressant de constater que six des sept sites du patrimoine mondial accrédités par l'UNESCO en Ukraine, ainsi que les dix-sept candidats ukrainiens, entrent dans la catégorie dite du «patrimoine culturel». Les critères à remplir pour qu'un bien soit considéré comme patrimoine culturel sont définis dans les directives de l'UNESCO. Il doit par exemple représenter un «témoignage unique ou au moins exceptionnel d'une tradition culturelle» ou «symboliser une ou plusieurs périodes importantes de l'histoire de l'humanité».

L'emblème de la Convention de La Haye de 1954

Afin de protéger le patrimoine culturel ukrainien de la destruction par les troupes russes, l'Unesco a déclaré qu'elle souhaitait «marquer dès que possible les monuments et sites historiques importants en Ukraine avec l'emblème distinctif de la Convention de La Haye de 1954».

Emblème de la Convention de La Haye de 1954 en Azerbaïdjan sur le site archéologique de Gobustan
Emblème de la Convention de La Haye de 1954 en Azerbaïdjan sur le site archéologique de GobustanWikipedia / Anonymous7682

La «Convention de La Haye pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé» est un traité international qui régit la manière dont les biens culturels doivent être protégés contre la destruction, les dommages, le vol ou le pillage pendant une guerre ou un conflit armé. Dans ce contexte, l'emblème sert à identifier clairement les biens culturels pour toutes les parties.

132 Etats parties ont adhéré à la «Convention de La Haye» et se sont ainsi engagés à protéger le patrimoine culturel et à respecter ce label ainsi qu'à sanctionner pénalement les infractions même pendant un conflit armé. La Russie est partie à la «Convention de La Haye» en tant que successeur juridique de l'Union soviétique qui y a adhéré en 1957.

Une des 16 églises en bois datant du 16e au 19e siècle dans la région des Carpates (Ukraine/Pologne). Elles font partie du patrimoine culturel mondial de l'UNESCO. Huit de ces églises se trouvent en Ukraine.
Une des 16 églises en bois datant du 16e au 19e siècle dans la région des Carpates (Ukraine/Pologne). Elles font partie du patrimoine culturel mondial de l'UNESCO. Huit de ces églises se trouvent en Ukraine.getty

Bien que la destruction de sites culturels puisse être considérée comme un crime de guerre, ces dernières années, les attaques contre de tels sites ont été délibérément détournées comme instrument de guerre. On peut notamment citer les pillages de Hatra et Nimrud ainsi que celle du musée de Mossoul en Irak ou encore les destructions des sites culturels syriens d'Alep et de Palmyre.

En septembre 2017, une violation de la Convention de La Haye a été jugée par la Cour pénale internationale à La Haye: Ahmad al-Faqi al-Mahdi, de la milice terroriste «Ansar Dine», a été reconnu coupable de planification et d'exécution partielle de la destruction de mausolées et d'une mosquée à Tombouctou. Il a été condamné à neuf ans de prison pour crime de guerre.

Les menaces qui pèsent sur le patrimoine culturel de l'UNESCO

La menace qui pèse sur le patrimoine culturel de l'UNESCO est bien réelle. La ville de Lviv est bombardée. Dans une vidéo enregistrée mardi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que Moscou avait brûlé l'une des églises en bois du XIXe siècle du village de Viaziwka, dans la région occidentale de Chytomyr. Olha Rutkovska, membre de l'«Association ukrainienne pour la protection des monuments», a qualifié cela sur Facebook d'«acte de génocide contre la nation ukrainienne».

Eloundou déclare au Guardian: «Nous aidons là où nous pouvons. Nous travaillons avec nos partenaires internationaux pour surveiller les dégâts à l'aide d'images satellites. Nous continuerons à réunir des spécialistes du patrimoine culturel afin de mettre en place un plan d'action».

Comment les oligarques pourraient contourner les sanctions dans le commerce de l'art

Maya Asha McDonald est historienne de l'art, spécialisée dans l'art byzantin chrétien. Dans le cadre de la guerre en Ukraine, elle a décrit dans un article publié sur le portail Artnet, un service en ligne pour le commerce international de l'art, une rencontre avec Poutine en 2019 . On peut observer l'obsession de Poutine pour l'art russe. Elle déclare que Poutine considère l'héritage culturel de la Russie comme supérieur à celui des autres nations. Elle écrit: «Je crains qu'il n'enrichisse les musées russes de trésors qu'il dérobera à l'Ukraine avec un sentiment de revendication».

Elle considère donc que le musée d'art de Kharkiv est particulièrement menacé de pillage. En effet, on y trouve onze tableaux de l'artiste russe Ilya Repin (1844-1930), le plus grand peintre du réalisme russe.

Après l'annexion de la Crimée, la Russie aurait, selon le gouvernement ukrainien, transporté des millions d'objets archéologiques de la Crimée vers la Russie. De préférence, semble-t-il, ceux liés à l'Eglise orthodoxe. En 2020, les Etats-Unis ont accusé les frères Arkadi et Boris Rotenberg, tous deux milliardaires et partenaires de judo de Poutine, d'avoir continué à acheter des œuvres sur le marché de l'art pour blanchir de l'argent malgré les sanctions qui leur étaient imposées.

Maya Asha McDonald exprime la crainte que des oligarques utilisent désormais des tactiques similaires pour contourner les sanctions. Il leur serait possible de vendre des biens culturels pillés en Ukraine sur le marché illégal de l'art. Ils pourraient ainsi engranger des milliards.

Avec la guerre, l'armée russe ne détruit pas seulement la vie des gens ou leur avenir, mais tente également d'effacer leur passé: la culture est le deuxième front de la guerre.

Des activistes français s'introduisent dans le «Palais de Poutine»

Plus d'éclairages sur ce qui se passe en Ukraine:

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Pas facile d'être russe en Suisse: «Je n’ose même plus dire le mot russe»

Link zum Artikel

L'objectif de Poutine en Ukraine? Etendre sa sphère d'influence

Link zum Artikel

Pourquoi personne ne peut se passer de l'Ukraine économiquement

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le vaccin Pfizer efficace pour les moins de 5 ans avec trois doses
Le laboratoire pharmaceutique a annoncé que les enfants de moins de cinq ans sont parfaitement immunisés grâce à l'injection de trois doses.

Le vaccin anti-Covid de l'alliance Pfizer-Biontech est sûr et efficace pour les enfants âgés de six mois à cinq ans avec l'injection de trois doses, ont indiqué lundi les deux entreprises dans un communiqué.

L’article