DE | FR

Pour être plus inclusive, l'Union européenne voulait supprimer... Noël

La Commission européenne est forcée de réécrire son texte de lutte contre les discriminations: sa première version proposait de bannir toute mention de Noël. Ce qui, forcément, ça n'a pas manqué de heurter certaines sensibilités.
02.12.2021, 08:4602.12.2021, 11:08
Suivez-moi

L'écriture inclusive, c'est (souvent) un sujet qui fâche. On risque toujours de blesser quelqu'un. Et c'est tout particulièrement le cas quand il s'agit de toucher aux Fêtes de Noël.

C'est en tout cas le constat de l'Union européenne cette semaine. Elle vient de retirer un document interne visant à favoriser l'inclusivité. Le texte contenait une série de recommandations pour le personnel de la Commission pour leur communication.

Le texte proposait quoi?

En substance, ce manuel de communication suggérait d'éviter certains mots qui ne garantissent pas le «droit de chaque personne à être traitée de manière égale». Parmi les propositions:

  • Eviter l’expression «Mesdames et Messieurs» au profit de «chers collègues».
  • Supprimer les noms de métier au masculin comme «policeman» (policier) ou «workman» (ouvrier).
  • Ne plus utiliser certains mots comme «Madame» ou «Mademoiselle».

Jusque-là, tout va bien. Mais c'est lorsqu'elle a suggéré de bannir le mot «Noël», que la Commission européenne s'est attiré les foudres et une avalanche de réactions outrées.

Mais pourquoi cette recommandation à l'encontre de Noël?
Il s'agissait en fait de ne pas «présupposer que tout le monde est chrétien». Au même titre, le documente invitait à renoncer à l'utilisation de «noms chrétiens» (comme Marie ou Jean) ou de noms qui proviennent généralement d’une religion.

Autant dire que certains sont montés au créneau

«Au nom de l’inclusivité, la Commission européenne va jusqu’à annuler Noël», s’indignait dimanche le quotidien conservateur italien Il Giornale.

Le Point a dénoncé un «lexique bien-pensant», «petit livre rouge de l’antisexisme et de l’égalité en tout genre».

Quant à la candidate aux présidentielles Marine Le Pen, elle s'est fendue d'un tweet bien senti:

Et vous, ça vous évoque quoi cette nouvelle discussion sur l'écriture inclusive?

Du coup, la Commission européenne fait demi-tour

En tout cas, ce florilège de critiques a poussé ses auteurs à revenir sur le projet. La commissaire européenne à l’Égalité Helena Dalli a reconnu que «certains exemples fournis dans les recommandations sur la communication inclusive ont suscité des préoccupations».

Helena Dalli a concédé la nécessité de retravailler le document: ses services travaillent actuellement à «une version actualisée».

Rien à voir, mais voici des images de Kim Jong-un portant son manteau en cuir

1 / 6
Plus d'images de Kim Jong-un portant son manteau en cuir
source: epa kcna / kcna
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus de sujets en lien avec le langage:

Ecriture inclusive bannie: «C'est le réveil des gardiens du patriarcat»

Link zum Artikel

La RTS lance (sur la pointe des pieds) sa formation au langage inclusif

Link zum Artikel

Les ados, inclusifs dans la vraie vie? «C'est compliqué»

Link zum Artikel

Quand la RTS n’a pas d’autres chat-te-s à fouetter

Link zum Artikel
4 choses à savoir sur «BA.2», le tout nouveau sous-variant d'Omicron
Le sous-variant BA.2 pourrait se transmettre encore plus facilement que le variant Omicron originel. Réponses aux quatre principales questions qu'on peut se poser à son sujet.

Alors que les autorités politiques voyaient déjà se profiler avec assurance le pic de la cinquième vague de Covid, la communauté scientifique a remarqué quant à elle un rebond des contaminations sur le court terme. Il pourrait avoir pour cause un nouveau sous-variant d'Omicron, possiblement encore plus contagieux: BA.2.

L’article