DE | FR
Cette mesure de Ryanair concerne les voyageurs qui n'ont finalement pas pu, ou plus voulu, voler en raison des restrictions de voyage imposées par les gouvernements.
Cette mesure de Ryanair concerne les voyageurs qui n'ont finalement pas pu, ou plus voulu, voler en raison des restrictions de voyage imposées par les gouvernements.
Image: shutterstock

Ryanair bannit de ses vols des passagers exigeant des remboursements

La compagnie aérienne a blacklisté une centaine de voyageurs qui demandaient à être indemnisés après avoir manqué leur vol à cause de restrictions anti-Covid. Pour être à nouveau autorisés à voyager, il leur est demandé de payer.
13.10.2021, 11:0113.10.2021, 16:04

Pour les passagers, il y a une injustice, pour Ryanair, il y a une dette devant être réglée au plus vite. Mardi, un rapport mené par Money Saving Expert (MSE) - un site web d'informations financières - a révélé que plusieurs personnes qui s'étaient fait rembourser leur billet Ryanair par leur fournisseur de carte de crédit ne pouvaient plus voyager avec la compagnie aérienne.

La condition pour à nouveau monter à bord: verser une somme à cette dernière, pouvant aller jusqu'à 630 livres sterling, soit presque 800 francs suisses.

Rembourser avant d'être remboursé

Cette mesure concerne les voyageurs qui ont acheté des billets non remboursables chez Ryanair durant la pandémie de Covid, mais qui n'ont finalement pas pu, ou plus voulu, voler en raison des restrictions de voyage imposées par les gouvernements.

Dans le rapport de MSE, des témoignages font état d'une demande de remboursement au moment de l'enregistrement ou trois jours avant le vol, mais qui s'est vu refusée par la compagnie aérienne. Ce après quoi ils ont réussi à déposer une réclamation auprès de leurs sociétés de cartes de crédit, qui ont toutes accepté d'indemniser les voyageurs, car les services payés n'avaient pas été reçus. Une démarche que Ryanair a contestée, mardi, dans un communiqué:

«Ces personnes ont fait le choix de ne pas voyager et ont ensuite réalisé des remboursements illégaux via leur société de carte de crédit. Elles doivent régler leur dette impayée avant d'être à nouveau autorisées à voler avec Ryanair»
Communiqué de Ryanair

Rien ne semble illégal

Ce «choix», certains passagers l'ont légitimé par la crainte de perdre des sommes astronomiques en hébergement, en location de voiture et en frais de test Covid: «voyager avec les restrictions anti-Covid est stressant, mais cette demande de paiement totalement imprévue a fait amplifier mon anxiété», souligne l'un d'entre eux. Le rédacteur en chef de MSE a même décrit le comportement de la compagnie «d'absolument scandaleux».

Pourtant, Ryanair ne semble pas dans l'illégalité. La compagnie aérienne a affirmé que ses conditions générales indiquaient que si les vols se poursuivaient, ils n'étaient pas remboursables, et qu'elle était en droit de refuser l'embarquement aux clients pour les prochains vols. Selon le Guardian, l'Autorité de la concurrence et des marchés du Royaume-Uni s'était emparée du sujet en affirmant que Ryanair aurait dû indemniser les voyageurs. Une semaine après, l'enquête n'a pas donné suite. (mndl)

Vous aimez voir des objets tomber? Vous allez adorer ce compte TikTok

Plus d'article Actu

Mais pourquoi cette fin de Covid paraît sans… fin?

Link zum Artikel

Affaire Tintin: «Ils minimisent l'existence du racisme en Suisse»

Link zum Artikel

«Il y a actuellement 430 milliards de dollars qui échappent aux Etats»

Link zum Artikel

Twitter se moque de la panne de Facebook & Co et c'est drôle 🤡

Link zum Artikel

Pourquoi la fin de Facebook pourrait arriver plus vite que prévu

Une panne mondiale, des lanceuses d'alerte, une chute brutale de sa valeur en bourse... Les signaux négatifs se multiplient pour le géant bleu. Une journaliste lui prédit même sa fin prochaine.

Mais qui est donc cet oiseau de mauvais augure qui mise sur une fin (plus ou moins) imminente du réseau social? Une voix qui compte, certainement: Carole Cadwalladr, la journaliste qui a mis à jour le scandale des «Cambridge Analytica» en 2018.

Dans un éditorial publié le 10 octobre dans le Guardian, Cadwalladr prédit la mort de «la maison de Zuck». Une affirmation osée, mais argumentée.

Il faut dire que Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a dû passer de meilleurs moments. Ces derniers …

Lire l’article
Link zum Artikel