DE | FR
Image: Unsplash

Une pilule pour s'immuniser au coronavirus, voici les «pour» et les «contre»

Se protéger du coronavirus en ingérant plutôt qu'en se piquant? C'est l'éventualité offerte par Oravax. Un vaccin sous forme de comprimé qui a montré des résultats encourageants dans une étude chez l'animal.
22.03.2021, 17:3022.03.2021, 18:08

Oravax, c'est le nouvel espoir sanitaire sur lequel misent deux sociétés, l'israélo-américaine Oramed et l'indienne Premas Biotech. Les deux entreprises à la tête de ce projet ont annoncé la nouvelle vendredi et espèrent commencer la première phase d'essais cliniques chez l'homme d'ici juin 2021. On vous énumère les avantages et les inconvénients.

Avantages

  • Les vaccins oraux sont conçus pour être plus évolutifs, plus faciles à administrer et plus simples à distribuer.
  • Oravax pourrait notamment être une alternative «utile» chez les personnes gravement phobiques des seringues.
  • Le PDG d'Oramed affirme qu'un vaccin oral pourrait plus facilement «permettre aux gens de prendre le vaccin eux-mêmes à la maison».
  • Le PDG d'Oramed ajoute que le vaccin présente l'avantage d'être expédié dans un réfrigérateur normal et conservé à température ambiante, «ce qui facilite son acheminement du point de vue logistique partout dans le monde», d'après les propos rapportés par le Jerusalem Post.
  • Les vaccins inoculés sous forme de seringue sont selon le PDG d'Ormed «très bons» pour prévenir les maladies graves, mais «souvent moins efficaces pour prévenir les infections».

Inconvénients

  • Les pilules Oravax n'en sont qu'à leur début. Il n'y a aucune garantie de succès. Comme le rappelle Paul Hunter, professeur de médecine à l'Université d'East Anglia, contacté par le Business Insider: «Nous aurions besoin d'études correctement menées pour prouver la valeur des vaccins oraux»
  • Paul Hunter ajoute que «des résultats favorables sur animaux ne se traduisent pas toujours de la même manière chez l'être humain». Le cas «Vaxart» en est un exemple. Cette société américaine avait annoncé à la fin de l'année 2020 de bons résultats dans les essais sur les animaux, mais avait obtenu des réponses décevantes lors d'essais sur l'homme.
  • Même si les tests sur l'être humain fonctionnaient, le professeur explique que cela pourrait prendre un an ou plus avant l'autorisation d'utilisation des pilules. Pour cause, les vaccins Moderna et Pfizer ont respectivement commencé leurs premiers essais sur l'homme en mars et mai 2020.
  • Une autre société, ImmunityBio, mène également des essais cliniques sur une version orale du vaccin. Elle préconise cependant une utilisation de son vaccin oral conjointement à un vaccin systémique par seringue.

(mndl)

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Washington lève une série de restrictions visant Cuba
Les mesures annoncées devraient améliorer la situation humanitaire des habitants et développer l'économie de l'île

Le gouvernement américain a annoncé lundi la levée d'une série de restrictions visant Cuba, notamment sur les procédures d'immigration, les transferts d'argent et les liaisons aériennes. La Havane a salué «un petit pas dans la bonne direction».

L’article