DE | FR

Le Premier ministre slovaque démissionne à cause du vaccin russe

FILE - In this Monday March 1, 2021 file photo, Slovak Prime Minister Igor Matovic, right, and Health Minister Marek Krajci at Kosice Airport, Slovakia, as Russia's Sputnik V coronavirus vaccine arrives. Two parties in Slovakia’s ruling coalition called on the conservative prime minister to resign to open the way for a reconstruction of the government amid a political crisis triggered by a secret deal to buy Russia's coronavirus vaccine. (Frantisek Ivan/TASR via AP, File)

Image: sda

Igor Matovic a négocié avec Moscou 200 000 doses du vaccin Spoutnik V, qu’il est allé accueillir sur le tarmac de l’aéroport. Une mise en scène qui a choqué plusieurs de ses partenaires de coalition, fermement pro-européens.



A l’image de sa gestion chaotique de son pays depuis un an, le premier ministre slovaque Igor Matovic a annoncé, dimanche, son retrait du pouvoir de façon théâtrale.

« A la veille de la semaine sainte, que nous célébrons comme un symbole de souffrance, de sacrifice et de pardon, j’ai décidé de faire un geste de pardon envers les personnes qui ont exigé politiquement ma démission en tant que Premier ministre »

Igor Matovic lors de l'annonce de sa démission, sur sa page Facebook.

Le Premier ministre a provoqué une crise politico-sanitaire depuis une semaine, en décidant notamment d'acquérir deux millions de doses de vaccins Spoutnik V au total. Ce, en dépit de l'opposition d'une partie de son gouvernement et sans attendre le feu vert de l'Agence européenne du médicament, comme la Hongrie avant elle.

A la demande de ses partenaires de coalition allant du centre à l’extrême droite, Matovic a annoncé qu’il était prêt à se faire remplacer par son ministre des finances, Eduard Heger, dont il prendra la place.

Un taux de mortalité et de contaminations au Covid parmi les plus élevés au monde

La Slovaquie, citée un temps en exemple lors de la première vague épidémique, enregistre désormais un taux de mortalité et de contaminations au Covid parmi les plus élevés au monde. Le pays compte plus de 9 000 morts et environ 350 000 cas pour 5,4 millions d'habitants.

Les retards de livraisons du vaccin Astra Zaneca ont poussé Igor Matovic a se tourner vers d’autres vaccins.

Nommé en mars 2020 après avoir remporté les législatives sur fond de lutte anti-corruption, Matovic, 47 ans, a souffert de sa gestion de la crise du coronavirus. Le chef de gouvernement avait notamment tenté de faire tester toute sa population en novembre, une opération qu’il avait comparée au «Débarquement de 1944». L'initiative n’avait pas du tout arrêtée l’épidémie.

Outre le style de cet ancien magnat des médias, vilipendé pour sa gestion trop personnelle du pouvoir et son imprévisibilité, c'est toute l'alliance gouvernementale qui vacille. Un sondage de la télévision publique RTVS indiquait que 83% des Slovaques étaient mécontents du gouvernement et que 82% d'entre eux souhaitaient la démission de Matovic. (ats/ga)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Face au Covid, une Suisse à deux vitesses se profile

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

L'ex-juge brésilien Sergio Moro confirmé partial envers Lula

La Cour suprême du Brésil réunie en session plénière a confirmé jeudi 22 avril la décision de sa deuxième chambre déclarant l'ex-juge Sergio Moro de «partial» dans le procès pour corruption qui avait conduit l'ex-président Lula en prison.

Une victoire de plus pour Lula, et un revers de médaille pour Bolsonaro. La Cour suprême conforte ainsi sa décision prise le 15 avril, également en séance plénière, confirmant l'annulation des condamnations de l'ex-président de gauche (2003-2010), le rendant éligible pour la présidentielle de 2022.

Bien que le débat ait tourné autour de questions techniques et non de la partialité de Sergio Moro, cette décision renforce encore le discours de l'ancien président de gauche (2003-2010). Lula se …

Lire l’article
Link zum Artikel