DE | FR

Le Premier ministre slovaque démissionne à cause du vaccin russe

Image: sda
Igor Matovic a négocié avec Moscou 200 000 doses du vaccin Spoutnik V, qu’il est allé accueillir sur le tarmac de l’aéroport. Une mise en scène qui a choqué plusieurs de ses partenaires de coalition, fermement pro-européens.
29.03.2021, 03:4329.03.2021, 06:19

A l’image de sa gestion chaotique de son pays depuis un an, le premier ministre slovaque Igor Matovic a annoncé, dimanche, son retrait du pouvoir de façon théâtrale.

« A la veille de la semaine sainte, que nous célébrons comme un symbole de souffrance, de sacrifice et de pardon, j’ai décidé de faire un geste de pardon envers les personnes qui ont exigé politiquement ma démission en tant que Premier ministre »
Igor Matovic lors de l'annonce de sa démission, sur sa page Facebook.

Le Premier ministre a provoqué une crise politico-sanitaire depuis une semaine, en décidant notamment d'acquérir deux millions de doses de vaccins Spoutnik V au total. Ce, en dépit de l'opposition d'une partie de son gouvernement et sans attendre le feu vert de l'Agence européenne du médicament, comme la Hongrie avant elle.

A la demande de ses partenaires de coalition allant du centre à l’extrême droite, Matovic a annoncé qu’il était prêt à se faire remplacer par son ministre des finances, Eduard Heger, dont il prendra la place.

Un taux de mortalité et de contaminations au Covid parmi les plus élevés au monde

La Slovaquie, citée un temps en exemple lors de la première vague épidémique, enregistre désormais un taux de mortalité et de contaminations au Covid parmi les plus élevés au monde. Le pays compte plus de 9 000 morts et environ 350 000 cas pour 5,4 millions d'habitants.

Nommé en mars 2020 après avoir remporté les législatives sur fond de lutte anti-corruption, Matovic, 47 ans, a souffert de sa gestion de la crise du coronavirus. Le chef de gouvernement avait notamment tenté de faire tester toute sa population en novembre, une opération qu’il avait comparée au «Débarquement de 1944». L'initiative n’avait pas du tout arrêtée l’épidémie.

Outre le style de cet ancien magnat des médias, vilipendé pour sa gestion trop personnelle du pouvoir et son imprévisibilité, c'est toute l'alliance gouvernementale qui vacille. Un sondage de la télévision publique RTVS indiquait que 83% des Slovaques étaient mécontents du gouvernement et que 82% d'entre eux souhaitaient la démission de Matovic. (ats/ga)

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Selon Victoria Beckham, être mince, c'est démodé. Tu me lâches, oui?
Dans une récente interview pour Grazia UK, la styliste britannique a déclaré que, désormais, «les femmes veulent des seins et des fesses, et qu'être skinny, c'est démodé». Une espèce de vision pseudo body positive où, encore une fois, on finit par dire aux femmes à quoi elles doivent ressembler. C'est pas bientôt fini?

Il y a des marques qui font du greenwashing, en mode «continuez à claquer votre 3e pilier chez nous, on reverse 0,0001% pour planter des sapins dans le désert, blablabla». Il y a des entreprises qui mettent leur logo aux couleurs de l'arc-en-ciel durant le mois des fiertés pour soutenir la communauté LGBTQIA+ alors qu'elles s'en tamponnent le coquillard le reste de l'année.

L’article