DE | FR
Les Britanniques pourraient être interdits de voyager à l'étranger, sous peine d'une amende de plus de 6000 francs. Watson

Image: Shutterstock

Les Britanniques partant en vacances encourent une amende (très) salée

Tenter de quitter le Royaume-Uni sans excuse «valable» pourrait être amendable de plus de 6000 francs pour les habitants, selon l'une des lois Covid devant être votées jeudi.



Si les Britanniques pensaient que le déconfinement du pays leur permettrait de visiter d'autres contrées, ces derniers vont être forcés de revoir leur projet d'évasion. Parmi les lois Covid devant être votées par les députés jeudi, l'une d'elle prescrit jusqu'au 30 juin 2021 tout voyage à l'étranger défini comme non «valable». Si ces lois sont acceptées, elles entreront en vigueur dès le 29 mars.

Les voyages n'étant pas concernés par cette injonction impliquent notamment ceux liés au travail, aux études, aux obligations légales et médicales ou encore à des déménagements. Les Britanniques qui enfreindraient cette ordonnance pourraient encourir une amende de plus de 6000 francs, et ce n'est pas tout.

La crainte de l'étranger

Une pénalité fixe d'environ 250 francs pourrait aussi être ajoutée, dans le cas où le formulaire indiquant les informations de la personne et les raisons de son voyage, ne serait pas du tout ou assez rempli.

Le secrétaire à la Santé, Matt Hancock, a déclaré que des restrictions sur les voyages à l'étranger étaient nécessaires pour se prémunir contre l'importation d'un grand nombre de cas et de nouvelles variantes étrangères. Lesquels pourraient mettre en danger le déploiement actuel du vaccin.

«Nous voyons tous les nouveaux variants qui apparaissent. Il est très important que nous protégions les progrès que nous avons pu faire ici au Royaume-Uni»

Matt Hancock, secrétaire de la Santé au Royaume-Uni

L'interdiction de voyager ne s'applique pas à ceux qui se rendent dans la zone de voyage commune des îles anglo-normandes, de l'île de Man et de la République d'Irlande. Mais de retour au bercail, les voyageurs devraient se mettre en quarantaine dans un hôtel payé à leurs frais.

L'aviation tombe de son nuage

Les compagnies aériennes et le secteur des voyages européens qui se préparaient à accueillir les Britanniques en grande pompe dès le 17 mai prochain, comme Boris Johnson l'avait annoncé, déchantent également.

Ayant déjà accumulé des milliards de dollars de dettes pour survivre à un an de restrictions de voyage, ils sont confrontés à de nouvelles difficultés. La nouvelle a en effet déjà fait baisser les actions de titres de voyage tels qu'EasyJet ou British Airway de 3 à 4% ce mardi matin. Selon Reuters, certains auront inévitablement besoin de nouveaux fonds. (mndl)

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La réouverture du Royaume-Uni fait exploser les compteurs d'Easyjet

Le Premier ministre Boris Johnson prévoit un retour à la normal pour le Royaume-Uni, d'ici l'été. Son annonce a provoqué une explosion des réservations sur Easyjet.

Les Britanniques ont hâte de pouvoir voyager à nouveau, après avoir vécu trois confinements. Les réservations sur Easyjet se sont envolées de 337% dans les heures qui ont suivi les nouvelles prévisions du gouvernement.

Le domaine du voyage a été l'un des plus durement touché par la pandémie, subissant un effondrement du trafic depuis mars 2020. A la bourse de Londres, ces annonces positives se sont répercutées sur les actions du secteur aérien, qui se sont envolées. (ats/afp)

Lire l’article
Link zum Artikel