bien ensoleillé
DE | FR
Société
Commentaire

La RTS a gagné sa «guerre des sexes au chalet»

Guerre des sexes au chalet.
Guerre des sexes au chalet.temps présent, rts
Commentaire

La RTS a gagné sa «guerre des sexes»

Devant les caméras de Temps présent, huit protagonistes abordent, dans un chalet de montagne, les thématiques liées au genre, à la sexualité et aux rapports hommes-femmes (entre autres). Un casting bien choisi, qui reflète les différents points de vue qu'on retrouve dans la vraie vie.
27.01.2023, 18:5228.01.2023, 12:27
Suivez-moi
Plus de «Société»

Le pitch est simple: quatre hommes, trois femmes et une personne non binaire passent deux jours dans un chalet de montagne, devant les caméras de Temps présent. Les codes du reportage – diffusé en deux épisodes, le 26 janvier et le 2 février prochain – adoptent ceux de la télé-réalité. L'objectif? Débattre et échanger sur les thématiques de genre, de sexualité, de séduction, de rapport au corps, de féminisme ou encore d'égalité hommes-femmes.

Dans la maison, on retrouve (selon leurs propres présentations):

  • John, naturopathe genevois et pro-féministe repenti.
  • Maria, ancienne politicienne du Parti socialiste (PS) qui défend la cause des femmes, mais qui comprend mal les revendications féministes d'aujourd'hui.
  • Basil, étudiant en études genre à l'Université de Genève (Unige).
  • Coralie, féministe radicale et personne non binaire.
  • Léon, étudiant de 24 ans à l'Université de Genève, en études de genre et créateur de contenu. Plus tard dans l'émission, il expliquera qu'il s'identifie comme un homme transgenre.
  • Stéphanie, une artiste qui défend, dans sa musique, les questions liées au genre, à la place de la femme et à la sexualité.
  • Clément, un militant qui aide les hommes à reprendre leur place, pour qu'ils puissent s'épanouir dans leur relation avec les femmes.

Premier épisode: réussi ou pas?

Le téléspectateur découvre un beau mélange de générations et de profils, qui rend les discussions intéressantes et qui permet d'adresser correctement les thématiques abordées, car on entend les différents points de vue.

Attention toutefois, en début de reportage, à certaines fautes de langage. Les protagonistes présentés comme «quatre hommes et quatre femmes», alors qu'il y a une personne non binaire dans l'équipe. Ou encore, titrer La guerre des sexes, quand on connaît la différence entre le sexe (un ensemble d’attributs biologiques que l'on retrouve chez l'humain) et le genre (qui renvoie aux rôles, aux comportements, aux expressions et aux identités que la société construit pour les hommes et pour les femmes).

Outre ces petits hics, le premier épisode est réussi.

Dès leur arrivée dans le chalet, la journaliste Laurence Gemperle met à l'aise les protagonistes. Ils se présentent, l'ambiance est détendue. Ils se taquinent, aussi: «Ça sent la viande», lance Clément. «L'homme primaire, je le savais», répond Coralie, en rigolant.

S'en suit la préparation d'un barbecue, puis d'un dîner, où les conversations s'animent autour, par exemple, de «comment se définit-on en tant qu'homme ou en tant que femme?» Les réponses:

«Etre une femme, c'est se battre pour les femmes»
Maria, ancienne politicienne au PS
«Etre un homme, c'est conscientiser qu'on exerce des rapports de pouvoir, et tout faire pour les éliminer. On parle fort, on monopolise la parole. C'est une responsabilité et non une fierté »
Basil, étudiant en études genre à l'Unige

Ou encore:

«Je me sens puissant et à ma place. J'assume ce que je fais et ce que je veux. Je ressens une sorte d'arrogance, de confiance, voire même de sur-confiance»
Clément, qui milite pour que les hommes retrouvent leur place
«Etre une femme tous les jours, c'est difficile»
Stéphanie, artiste et musicienne

Un dernier pour la route:

«Depuis ma transition, j'ai toujours comme réflexe de me retourner dans la rue quand je rentre le soir, parce que je sais ce que ça fait de se faire harceler. Mais aujourd'hui, en tant qu'homme, je ne suis plus en danger»
Léon, étudiant en études genre à l'Unige et créateur de contenu sur les réseaux sociaux

«Toustes» (forme inclusive pluriel de «tout») s'expriment avec les bons mots et expliquent correctement leurs différentes opinions. Les échanges sont cordiaux, même si parfois, on ressent quelques tensions.

Ne pas monter dans les tours est en effet un exercice qui peut parfois s'avérer difficile lorsqu'on aborde ces thématiques, qui peuvent toucher à l'émotionnel. Plus tard dans l'épisode, les protagonistes sont à nouveau autour de la table. Ils discutent cette fois des problématiques du harcèlement de rue ou de l'hypersexualisation des corps féminins.

«Lorsqu'un homme me sexualise, je ne l'ai pas invité à le faire. Son regard sur moi me fait peur»
Coralie, féministe radicale
«Ce qui se dit là, on peut le dire aussi pour des hommes. Il y a des hommes qui sont objectifiés et des femmes qui harcèlent»
John, naturopathe genevois et pro-féministe repenti
«Moins, quand même»
Laurence Gemperle, journaliste
«Tu as le droit d’être attiré par quelqu'un. Tu as le droit de trouver une personne jolie. C'est adopter ce regard sexualisant qui n'est pas ok»
Basil, étudiant en études genre à l'Unige

Le casting est un bon metling pot entre, d'un côté, les personnes qui ne comprennent pas, qui ne connaissent pas, qui n'adhèrent pas à ces thématiques. Et de l'autre, celles qui sont sensibilisées et, surtout, concernées. Temps présent a également imaginé un système de pastilles colorées pour expliquer certains termes, comme «homme déconstruit», le pronom «iel» ou encore «cisidentité».

Le premier épisode aurait toutefois pu durer un poil plus de temps, histoire d'être vraiment sûr de bien tout comprendre. Qui sait, peut-être que la RTS nous réserve une saison 2?

Guerre des sexes au chalet
Le premier épisode est disponible ici en replay. Le second sera diffusé jeudi 2 février à 20h10 dans Temps présent (RTS 1).
La pénurie de neige sur les pistes de ski suisses
1 / 14
La pénurie de neige sur les pistes de ski suisses
Engelberg, Obwald.
source: sda / urs flueeler
partager sur Facebookpartager sur X
C'est quoi un homme déconstruit ?
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La reine Camilla est une «putain de brique»
Dans son malheur, le roi Charles a une chance. La présence de Camilla à ses côtés pour affronter la maladie, les incertitudes et son règne. Comment la femme qui aurait pu conduire le roi d'Angleterre à sa perte est-elle devenue sa plus grande force?

Lorsqu'ils font connaissance, au milieu de l'été de 1971 et d'un terrain de polo au Great Windsor Park, rien ne laisse augurer du rôle déterminant que jouera un jour cette amusante jeune femme de 24 ans, trépidante et sociable, auprès du futur souverain. Pour l'instant, Camilla Shand est juste une fille populaire, cool et exubérante. Infiniment séduisante. Une tentatrice digne des livres de contes.

L’article