ciel clair-5°
DE | FR
Société
interview watson

Film: «Les cascadeuses vivent dans un monde ultra-masculin»

Elena Avdija, réalisatrice du film documentaire Cascadeuses
Elena Avdija, réalisatrice du film documentaire Cascadeuses(C) Bande à part Films
interview watson

«Les cascadeuses vivent dans un monde ultra-masculin»

La réalisatrice vaudoise, Elena Avdija, présente son premier long métrage documentaire intitulé Cascadeuses, sorti le 9 novembre en salle. Le film primé au Zurich Film Festival révèle le quotidien des femmes qui œuvrent dans les coulisses du cinéma en mettant leur corps à rude épreuve.
10.11.2022, 16:57
Suivez-moi

Elena Avdija rayonne. La réalisatrice ne se défait pas de sa bonne humeur communicative malgré un agenda chargé. «Je cours un peu partout, mais c'est super, on espère que les premières du film vont bien marcher», dit-elle avec enthousiasme.

Le film, c'est Cascadeuses, un long métrage documentaire qui suit le quotidien de Virginie, Petra et Estelle, trois cascadeuses professionnelles. Entre scènes d'action, réflexion sur la violence du métier et rôle des femmes dans les coulisses du cinéma, le film lève aussi le voile sur un métier de l'ombre où la réussite d'une scène se définit par l'invisibilité de ses protagonistes. Rencontre avec sa réalisatrice.

Elena Avdija, vous courez de première en première pour présenter votre film, vous avez le temps de souffler un peu?
Oui, franchement, c'est génial, il m'a fallu dix ans pour faire ce documentaire et je suis très contente de pouvoir le montrer dans les salles, c'est une fierté.

Dix ans, c'est long, comment vous expliquez ça?
Oh oui. Je dirai que les six premières années, j'ai cherché une production et ça a été très difficile, puis ça s'est accéléré lorsque j'ai trouvé les bonnes partenaires.

«Les producteurs disaient systématiquement non à mon idée de projet. Le sujet traité n'était peut-être pas encore dans l'air du temps»
Elena Avdija, réalisatrice

C'était avant la vague Me Too et on ne parlait pas encore des femmes et du sexisme des coulisses du cinéma. Après six ans de galère à pitcher le film, une société de production nous a financés pour tourner un teaser et tout s'est enchaîné.

Pourquoi avoir choisi d'aborder le quotidien des cascadeuses?
Tout d'abord, j'ai toujours été fascinée par les coulisses du cinéma et je voulais déconstruire cette magie.

Avec ma collègue de Master en sociologie, Jeanne Lorrain, on voulait parler des personnes qui travaillent dans l'ombre et on a pensé aux cascadeurs, puis on a remarqué qu'il y avait encore plus méconnues que les cascadeurs, c'étaient les femmes qui faisaient ce métier.
Elena Avdija, réalisatrice

Le film suit trois femmes aux parcours très différents, Virginie, Estelle et Petra, pourquoi les avoir choisies?
Ma première idée était de faire le portrait de Virginie Arnaud, la cascadeuse française qui est devenue la première femme régleuse de cascades en Europe. Mais je voulais aussi traiter des différentes thématiques comme la représentation de la violence au cinéma, le sexisme ambiant et le rapport que les femmes ont avec leur corps. Je trouvais que ces questions étaient trop nombreuses pour se consacrer à une protagoniste. Nous sommes donc allés chercher la Suissesse Petra Sprecher qui fait carrière à Los Angeles, puis nous avons choisi Estelle Piget qui est nouvelle dans le métier.

Les parcours variés sont donc une force de votre film?
Oui, c'était important pour moi, car je voulais traiter de toutes ces thématiques. Choisir des femmes qui
ont chacune leur vision du métier, qui ont leur parcours et qui peuvent être à la croisée des chemins comme Petra qui souhaite devenir comédienne et arrêter les cascades.

Dans le film, on entend une jeune cascadeuse dire qu'elle pensait se battre, alors qu'au final, elle ne fait que «se prendre des baffes», la cascade est donc sexiste?

«Je dirai que les rôles féminins dans le cinéma français ou européen sont plutôt réalistes, alors les cascadeuses jouent très souvent des femmes qui sont violentées»
Elena Avdija, réalisatrice

Cela peut être perçu comme un métier ingrat pour les femmes, car les scènes d'action comme les cascades en voiture ou autres combats impressionnants sont pratiquées par les hommes. Le film questionne aussi cela.

S'exercer à se battre en talons, c'est aussi ça le métier de cascadeuses (extrait)Vidéo: YouTube/ZFF Zurich Film Festival

Cascadeuses s'adresse aussi à l'industrie du cinéma alors?
Bien sûr. Si on peut attirer l'attention des métiers du cinéma sur les rôles des actrices et indirectement cascadeuse, ça serait génial.

«Les cascadeuses sont des exécutantes, elles n'ont aucun pouvoir sur les scènes qu'on leur demande de faire. Le pouvoir appartient au réalisateur ou aux scénaristes par exemple»
Elena Avdija, réalisatrice

Ce sont eux qui décident de faire durer 20 minutes une scène de viol qui sera exécutée par une cascadeuse. Ils ont le pouvoir de ne pas banaliser les violences sexistes dans les fictions.

Vous parlez des cascadeuses avec admiration, qu'est-ce qui vous a le plus impressionné chez ces femmes?
Franchement, elles font des trucs de dingue. Elles sont fortes physiquement et psychologiquement. Elles naviguent dans un monde ultra-masculin et doivent gérer les remarques sexistes et les scènes qui peuvent parfois les mettre en danger. Je les trouve incroyablement résilientes aussi et je voulais montrer tout ça dans le film.

Midterms 2022: les Américains au vote

1 / 13
Midterms 2022: les Américains au vote
source: sda / thom bridge
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Dans les coulisses avec Elodie Arnould

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Il n'aurait pas dû grimper sur une pyramide maya
Un touriste polonais a (encore) été malmené pour avoir grimpé sur la pyramide de Kukulcán au Mexique, un monument sacré pour de nombreux locaux.

Samedi 28 janvier, au Mexique, un touriste polonais s'est attiré les foudres de la population locale lors de sa visite d’un des sites les plus emblématiques du pays: la pyramide de Kukulcán dans le Yucatán.

L’article