stratus fréquent-1°
DE | FR
Société
Musique

Pourquoi l’afro est devenu le genre musical idéal pour percer en Suisse

Tayc et Arma Jackson dans "Distance", Scor Novy dans "Hypnosia" (2022)
Distance (2021), du rappeur vaudois Arma Jackson avec le chanteur français Tayc, et Hypnosia (2022), du rappeur genevois Scor Novy, présentent tous deux des sonorités afro.Image: capture d'écran youtube

Pourquoi l’afro est devenu le genre musical idéal pour percer en Suisse

Confrontée aux préjugés racistes il y a encore quinze ans en Suisse, la musique afro s'est finalement érigée en tant que moyen le plus efficace pour briller dans le pays et à l'international. Expériences d'artistes romands et de l'ambassadeur helvète du mouvement.
25.01.2023, 06:2525.01.2023, 19:40
Suivez-moi

Rares sont les styles musicaux à connaître un tel engouement en Suisse. Lundi 16 janvier, la réédition de Ku Lo Sa (2022) offerte par l'artiste nigérian Oxlade en collaboration avec la chanteuse Camila Cabello est devenue single de platine dans le pays. En quelques semaines, le tube afro s'est écoulé à plus de 20 000 exemplaires alors que la mouture originale déployée au cours de la saison estivale avait déjà gagné le cœur de centaines de millions d'internautes sur les plateformes musicales.

On vous la remet ici:

Ku Lo Sa (2022) d'Oxlade.Vidéo: YouTube/COLORS

Avant cela, le titre de Rema Calm Down (2022) avait frappé encore plus fort. En témoignent les chiffres de Hitparade.ch: deux mois après sa sortie, le son venu des terres africaines a trusté le top 10 du classement musical suisse pendant plus de cinq mois. Un exploit qui n'est pas sans rappeler celui d’un autre artiste: Burna Boy, enfant prodige de Port Harcourt, dont le concert s’est tenu à l'Arena de Genève, en mars dernier, à quasi-guichets fermés.

Le coup de foudre du public suisse pour les synthés aérés, les rythmes Naija et les batteries saccadées est manifeste. Mais ces derniers semblent également faire tourner la tête – et les ambitions – de certains musiciens romands. Depuis un peu plus d'un an, la plupart d'entre eux troquent leur prédilection pop, rap ou R&B contre une signature davantage guidée par la ferveur afrodescendante. Alors, une question se pose: faut-il désormais faire de l’afro pour percer en Suisse?

Portée fédératrice

C'est en tout cas ce que l'on constate face à des évolutions comme celles d'Arma Jackson. Le chanteur lausannois s'est vu remettre le Prix suisse de la musique, début 2021, au moment où Distance, morceau qu'il partage avec l'étoile montante de l'afro française Tayc, a été révélé au public. Dans la foulée de ce succès à trois millions de vues sur YouTube, l'artiste a repensé son style hip-hop/néo-funk d'antan et déployé trois chansons clés: A quoi tu joues (2022), Tu restes (2022), et Flash (2021) sont toutes trois portées aux nues pour leur ambiance languissante et percussive propres aux sonorités subsahariennes.

Vous avez raté le tube made in Lausanne?

Distance (2021) d'Arma Jackson avec Tayc.Vidéo: YouTube/Arma Jackson

A l’instar de Vaud, Genève a également vu naître de nouvelles aspirations. «L'afro est ce qui est le plus écouté en ce moment et permet davantage de se démarquer dans le pays», fait remarquer Scor Novy à watson. De Hypnosia (2022) à BBB (2022) en passant par Joy (2021), les derniers titres de cet artiste genevois mêlent avec justesse des sonorités afrodescendantes à de la pop sur un fond de Rythmes and blues revisité. Sa musique éclectique cumule des dizaines de milliers de vues sur les plateformes vidéos.

Si vous ne connaissez pas Hypnosia:

Hypnosia (2022) de Scor Novy.Vidéo: YouTube/Scor Novy [Officiel]

Le boom des musiques africaines – dites afro, afropop voire afrofusion lorsqu'elles se combinent à de la pop occidentale – n'est pas étonnant du point de vue de DJ Mathematic. Celui qui a lancé le mouvement étranger sur le sol helvétique il y a bientôt quinze ans justifie ce succès à travers trois arguments:

  • Sa portée «mélodieuse» et «fédératrice» incitant, de facto, la population à se rassembler.
  • L'euphorie engendrée par l'effet post-Covid qui a galvanisé le besoin de danser et d'échanger.
  • Le streaming et les réseaux sociaux qui, en dix ans, ont permis à n'importe quel auditeur de découvrir des genres musicaux étrangers sans bouger de chez lui.
«Aujourd’hui, des artistes africains peuvent plus facilement faire découvrir leurs musiques à l'Occident en les partageant sur les réseaux sociaux sans jamais y avoir mis les pieds»
DJ Mathematic, ambassadeur du mouvement afro en Suisse.watson

Cette réalité n’a cependant pas toujours été aussi réjouissante. Elle diverge même en tout point avec celle que l'Angolais d'origine a connue à son arrivée en Suisse, deux décennies plus tôt.

Musiques de «macaque»

Réfugié politique à Lausanne peu avant les années 2000, DJ Mathematic raconte avoir voulu faire de sa passion, la musique, une profession. Se lançant dans le mixage de morceaux hip-hop, il pense très rapidement à implanter dans les grandes boîtes de nuit à l’intérieur desquelles il performait un genre musical jusqu’alors réservé aux salles de spectacle ou aux horaires peu fréquentés: l'afro. «Peu de DJ osaient prendre le risque de jouer ce genre de musique dans les établissements romands éminents. Mais c’était important pour moi de le faire, du fait de mes origines. Et je savais que ça finirait par marcher.»

En 2008, le visionnaire se convainc donc de faire de la musique de ses terres natales le prochain style musical préféré des Helvètes. Il fait toutefois face à ce qu'il décrit être des «barrières culturelles»:

«J’ai été confronté à des réponses racistes de patrons d’établissements qui me disaient que "ces musiques de macaque" ne marcheraient jamais en Suisse»
DJ Mathematic, ambassadeur du mouvement afro en Suisse.watson

Il lui faudra patienter jusqu'en 2010 avant qu'une soirée cataloguée d’urbaine lui permette de diffuser ses remix hip-hop en version afro. Cinq ans plus tard, la tendance est ainsi lancée: DJ Mathematic devient une pointure dans le domaine, tant du côté francophone que germanophone du pays, mais également à l'international. L'émergence de styles musicaux tout droit sortis du Ghana comme l'azonto ou du Cameroun comme le Logobi lui permet d'asseoir un peu plus sa renommée et d’attirer puis produire des artistes de tous bords, dont les rappeurs.

Ce tube de DJ Mathematic à un million de vues sur YouTube a fait le tour du monde:

React (2017) de l'artiste de dance hall Konshens avec DJ Mathematic. Vidéo: YouTube/KONSHENS

D'ailleurs, pour DJ Mathematic, le rap et l'afro ne sont pas différents. Tous deux sont des styles afrodescendants, soit affiliés à la diaspora africaine, spécifie-t-il. En passant à ce genre de sonorités, l'ambassadeur estime que les rappeurs «reviennent juste aux sources de la musique urbaine». Scor Novy corrobore en tout point cette analyse. Même si, de son côté, l'évolution ne s’est pas faite spontanément. Il confie en effet s'être davantage tourné vers la musique afro après une désillusion vécue par bien trop d'Helvètes qui se lancent dans la musique.

Marché du rap suisse inexistant

Dany Bula, de sa réelle identité, roule sa bosse dans le paysage musical depuis 17 ans. Mais ce dernier n'a pas fait ses armes dans le créneau à l'intérieur duquel il évolue actuellement. L'homme de 31 ans s'est, avant cela, fait un nom dans le rap. Une carrière qui l'a finalement désenchanté, plus particulièrement en 2020, à l'arrivée de la pandémie du Covid: «J'avais pris de l’âge et je n’avais pas l’impression d'avoir avancé comme je l'aurais souhaité», se souvient-il.

Car en Suisse, et d'autant plus en Romandie, gagner sa vie en rappant n'est pas chose aisée. Seules quelques personnalités telles que Slimka, Dimeh ou encore Makala sont, au fil de longues années, parvenues à se démarquer auprès de la jeune génération. «Ce n'est pourtant pas les talents qui manquent», argue Dany qui déplore plutôt un marché, selon lui, inexistant dans la région:

«En Suisse, il n'y a pas d'infrastructures qui permettent aux artistes romands de vivre de leur art»
Scor Novy, artiste musical genevois.watson

Parmi ces infrastructures, DJ Mathematic blâme notamment les services de streaming comme Spotify qui, en Suisse, privilégierait la percée des artistes alémaniques. Il pointe également du doigt le fait que des labels comme Universal n'élisent domicile qu'à Zurich, capitale économique du pays. «En Romandie, il n'y a rien. La région est en proie à un retard évident dans la compréhension des tendances musicales. Raison pour laquelle les talents romands sont obligés de se tourner vers la France.» Sauf que, là, survient généralement un second obstacle.

A en croire le spécialiste lausannois, tout serait une histoire de validation outre-frontière: «il n’y a pas encore eu de référence du milieu urbain originaire d'un plus grand pays que le nôtre qui ait validé et donc aidé un talent suisse à exploser. C’est pourtant ce qu’il faudrait faire!», s’exclame-t-il avant de prendre en exemple un pays de superficie analogue: «Il n’y a qu’à voir en Belgique, où les rappeurs tels que Damso ou Shay étaient confrontés au même problème que nos talents, mais ont finalement bénéficié d'une envolée de notoriété une fois que le numéro un français Booba les avait pris sous son aile.»

En Suisse, ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé. Scor Novy reconnaît qu'en signant en 2017 avec BMG France, filiale du label Sony, le rappeur genevois Makala a ouvert la voie à une part substantielle d'autres rappeurs en Suisse pouvant alors collaborer avec des voix françaises plus ou moins notables. Néanmoins, pour le trentenaire, d'une perspective plus globale, beaucoup reste encore à faire: «Mon but est de ramener quelque chose qui n’a jamais été créé en Suisse afin que tous les artistes, quel que soit leur domaine, s'accomplissent véritablement dans le pays», déclare-t-il. Avec son dernier EP Lotus III, le Genevois projette de s'exporter en France et en Belgique avant de revenir en Suisse pour y établir de meilleures infrastructures que celles présentes aujourd'hui.

«Et je constate qu'à l'heure actuelle, c’est l'afro qui peut – plus que le rap – m'aider à y parvenir»
Scor Noy, artiste musical genevois.Watson

Simonetta Sommaruga est douée en beatbox, la preuve!

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La RTS a gagné sa «guerre des sexes»
Devant les caméras de Temps présent, huit protagonistes abordent, dans un chalet de montagne, les thématiques liées au genre, à la sexualité et aux rapports hommes-femmes (entre autres). Un casting bien choisi, qui reflète les différents points de vue qu'on retrouve dans la vraie vie.

Le pitch est simple: quatre hommes, trois femmes et une personne non binaire passent deux jours dans un chalet de montagne, devant les caméras de Temps présent. Les codes du reportage – diffusé en deux épisodes, le 26 janvier et le 2 février prochain – adoptent ceux de la télé-réalité. L'objectif? Débattre et échanger sur les thématiques de genre, de sexualité, de séduction, de rapport au corps, de féminisme ou encore d'égalité hommes-femmes.

L’article