ciel couvert
DE | FR
Société
Commentaire

Merci pour tout ce que tu m'as appris Chandler Bing

perry.
Les obsèques de Matthew Perry ont eu lieu le 3 novembre à Los Angeles. source: twitter
Commentaire

Merci pour tout ce que tu m'as appris Chandler Bing

Les obsèques de Matthew Perry se sont tenues vendredi 3 novembre à Los Angeles. Quand une personnalité du petit écran s'éteint, ce sont des masses de souvenirs familiers qui remontent à la surface.
06.11.2023, 20:4606.11.2023, 21:19
Suivez-moi
Plus de «Société»

Cela fait déjà plus d'une semaine que le monde apprend à vivre sans Matthew Perry. Sans ce coloc de notre petit écran qui a pris, ces dix dernières années, une si grande place dans nos coeurs. Vendredi 3 novembre, les médias ont largement relayé le dernier adieu fait à l'acteur de 54 ans par ses proches et amis, à Los Angeles. On a pu apercevoir les autres acteurs de Friends, presque au complet. Leur ami pour un temps, mais leur colocataire pour toujours, a désormais rejoint sa dernière demeure, à quelques mètres des studios Warner Bros où reposent également Michael Jackson, Lucille Ball ou encore Elizabeth Taylor.

Beaucoup trop vite et de façon inattendue, on est passé du rire aux larmes. Et, comme souvent, lorsqu'une célébrité qui nous a vu grandir s'efface du papier glacé, comme de nos souvenirs, on en vient à réaliser plusieurs choses essentielles. Déjà, on se rend compte que c'est tout un pan de notre adolescence qui s'en va manger avec lui les pissenlits - et autres soucis - par la racine.

Non pas que les stars du petit écran comptent pour nous comme un membre de notre propre famille – encore que, certains ont sans doute été assez accros à Friends pour convier les personnages de la série à leur table imaginaire en les appelant tonton Chandler ou tata Rachel. Mais quand une personnalité avec laquelle on passait tout notre temps libre, et qui nous a appris – bien malgré elle – quelque chose sur nous, vieillit ou ploie sous la maladie, l'on observe, impuissants, l'une de nos anciennes béquilles émotionnelles se briser sous le poids des années.

De quoi nous rappeler que personne, ni eux, ni nous, n'est immortel

De Igor Bogdanoff à David Crosby, en passant par Michael Gambon ou encore Elisabeth II, il y en a toujours un auquel on s'attache et dont la disparition nous brise le coeur, malgré la distance. A chaque décès, c'est une petite partie de nous dont nous sommes sommés de faire le deuil. En les enterrant, on fait une courbette à ces leçons de savoir-vivre et de savoir-être que l'on nous a transmises par écran plasma interposé.

C'est con, mais c'est ainsi.

En ce qui me concerne, cette bande des six restera rent-free dans un coin de ma tête, comme un baume qui a su soulager les petits bobos de l'adolescence. Et il y a plusieurs raisons à cela.

Des coloc envahissants

Pour commencer, Friends, ce n'était pas qu'un nom de série qui nous promettait un rendez-vous que l'on ne voyait jamais arriver (petit side-eye convenu à la série How I Met your mother). Friends, c'est un concept que l'on aurait bien eu du mal à encaisser dans la vraie vie, mais que l'on ne peut s'empêcher d'envisager comme un idéal d'amitié. Tel qu'on le concevait dans notre petite enfance.

Imaginez: six amis, des colocataires, des voisins, qui entrent les uns chez les autres sans crier gare, pour y empiler autant de malentendus, de quiproquos burlesques et d'inénarrables tragédies amoureuses qui, malgré tout, tiennent dans ces quelques mètres carrés new-yorkais.

Qui n'a jamais fantasmé de pouvoir partager sa vie, ses bonheurs et ses emmerdes avec un groupe de potes qui comptent plus que nos frères et soeurs? Qui n'a jamais rêvé de pouvoir se retrouver chaque soir sur le canapé moche et défoncé d'un café, pour s'invectiver amicalement dans un afterwork éternel?

Rien que pour toutes ces parfaites chimères qui faisaient battre nos petits coeurs d'ados esseulés (ouais, on dramatise, mais vous comprenez le tableau), on restait la mirette scotchée sur AB1, alors que fusaient les punchlines et ricochaient les fous rires sur les murs de notre salon.

Et, oui, je persiste et signe: dans la vraie vie, des voisins qui prendraient notre cuisine pour un all-inclusive et notre petite personne pour le coach de leur vie sentimentale ratée, on aurait tôt fait de les passer par le velux (sans l'ouvrir).

Le roi du sarcasme

Une autre chose que la série Friends aura apprise à nombre d'entre nous, c'est que l'humour, à défaut de pouvoir résoudre les situations délicates, peut les rendre supportables. A ce titre, il est évident que le registre dans lequel puisait Chandler Bing a contribué au succès du personnage. Ce registre, c'est celui du sarcasme, élevé par le caractère de Chandler au rang d'arme rhétorique aussi tranchante qu'un katana, qu'il maniait sans jamais faire tomber de têtes.

Actors, from left, Matthew Perry, Courteney Cox Arquette, Matt LeBlanc, Lisa Kudrow, David Schwimmer and Jennifer Aniston of NBC's comedy series "Friends" pose in this undated publicity ...
Image: AP NBC

Cet art parfaitement taillé pour les sitcoms à succès des années 90, s'est perdu dans les rouages des effets spéciaux propres aux productions Netflix. Pourtant, c'est bien ce qui a fait de Chandler le chouchou des téléspectateurs: un personnage un brin désabusé et déprimé, mais qui a pour super-pouvoir une brutale lucidité. Remettre ses amis à leur place, sans jamais se départir de sa gentillesse. Voilà un pote qui nous aura remis à la nôtre, ados maladroits que nous étions parfois.

«C'est facile d'être le con dans une série. Mais c'est extrêmement difficile d'être un imbécile adorable»
slashfilm

En consultant le Larousse, on se rend compte que le train de la raillerie n'est pas facile à manier. Quand l'ironie consiste «à se moquer en faisant entendre le contraire de ce que l'on dit», le sarcasme consiste à «railler avec méchanceté». Ce talent de slalomer entre vérités et douceurs n'est pas donné à tout le monde.

Ado, on s'est pris piquet sur piquet à tenter d'incorporer un peu de l'essence de nos héros préférés. Pour contrer le monde, on s'essayait tant bien que mal à faire une «Chandler Bing», en sachant que nos galettes rhétoriques tomberaient à plat et non à pic. Et sans les rires gras et pré-enregistrés pour nous saucer.

Matthew n'était jamais très loin de son personnage. Du marasme au sarcasme, il n'y avait que quelques brasses, qu'il n'hésitait pas à assumer. Qui d'autre pour commencer son propre bouquin sous de telles auspices:

«Salut, je m’appelle Matthew, mais vous me connaissez peut-être sous un autre nom. Mes amis m’appellent Matty. Et je devrais être mort»

Si, comme le dit l'aphorisme, «l'humour est la politesse du désespoir», alors Matthew fut le gentleman de la déprime. Et c'est en l'assumant qu'il nous rendait, à nous, le sourire.

Adieu, Mr. Bing, tu vas nous manquer. Merci pour tes belles leçons, dont nous saurons, espérons-le, faire bon usage.

Le best of de Chandler Bing👇

Vidéo: watson
Le nouvel épisode de Friends
1 / 20
Le nouvel épisode de Friends
Les six acteurs sont les invités de James Corden.
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ryan Gosling va pousser la chansonnette aux Oscars
La chanson, écrite par le célèbre producteur Mark Ronson, a atteint des sommets l'été dernier, intégrant même le Billboard Hot 100, un classement musical de référence aux Etats-Unis.

L'acteur star du film «Barbie», Ryan Gosling, en lice pour la statuette du meilleur second rôle masculin et celle de la meilleure chanson originale, fera chanter le public des Oscars le 10 mars avec son tube «I'm Just Ken», ont fait savoir les organisateurs de la cérémonie mercredi.

L’article