Société
Analyse

«Spare»: pourquoi Harry déballe tout

epa04719157 Britain's Prince Charles (L) and Prince Harry (R) visit the Cape Helles English Memorial during a commemorative event of the Battle of Gallipoli, in Gallipoli, Turkey, 24 April 2015.  ...
Loin de se contenter de sa liberté retrouvée il y a près de trois ans, Harry poursuit la lutte avec acharnement. Image: EPA
Analyse

Pourquoi Harry déballe tout

Une série Netflix, un bouquin de 500 pages, des interviews-fleuves... Harry, pourquoi tout ce bruit?
13.01.2023, 19:0018.01.2023, 18:38
Suivez-moi
Plus de «Société»

Si une certitude doit se dégager du brouhaha médiatique que provoque le duc de Sussex ces dernières semaines (pour ne pas dire, ces dernières années), c'est que le royal rejeton est totalement passé à côté de l'antique devise familiale «Ne jamais se plaindre, ne jamais s'expliquer».

Au fond, pourquoi tant de tapage? Vengeance, ego blessé, amour, argent? Quelles sont les motivations du prince à déclarer la guerre à la monarchie, sa propre famille? On esquisse quelques pistes.

Le trauma originel

A l'origine, il y a Diana.

FILE - In this Sept. 6, 1997 file photo, the coffin of Diana, Princess of Wales, is carried into London's Westminster Cathedral, watched by, from left, Diana's former husband Prince Charles, ...
La marche funèbre de ses deux fils derrière son cercueil, sous les yeux humides de millions de téléspectateurs.Image: AP POOL

Vingt-cinq ans après la disparition tragique de sa mère, le traumatisme pétrit encore le prince Harry. Chaque page de ses mémoires, Spare, est l'occasion d'évoquer cette figure maternelle défiée, érigée en ange déchu, sacrifiée sur l'autel des scoops et des paparazzis.

Bien avant sa disparition, c'est pourtant Diana qui a planté, malgré elle, les graines de la discorde. La princesse de Galles a mis un point d'honneur à éduquer ses fils sur un pied d'égalité. Ne lui en déplaise, ses garçons se construisent sur deux modèles différents: William en parfait petit héritier, Harry en petit rebelle facétieux à la langue bien pendue.

Britain's Diana, Princess of Wales, practices jet-ski with her son Prince Harry , steering Thursday July 17, 1997 in Saint Tropez, French Riviera, where she spends a few days holidaying. (KEYSTON ...
Lady Di adore la malice de son cadet et l'a toujours encouragé dans son attitude rebelle.Image: AP

Si Diana met tout en œuvre pour qu'il y ait le moins de différences possibles dans le traitement de ses garçons, elle se heurte à un problème de taille: l'ordre de succession.

La revanche de la «pièce de rechange»

Toutes les quelques générations, les Windsor produisent des princes et princesses malheureux. On appelle ça: les «Suppléants». Ou pièces de rechange.

Une non-position. Un rôle indéterminé, ingrat, qui se borne à serrer des mains, sourire... et attendre que son aîné se crashe peut-être, un jour, dans un accident d'avion.

«Ils le disaient sans esprit de jugement, mais franchement: j'étais l'ombre, le second rôle, le plan B»
Harry dans Le suppléant

La princesse Margaret, le prince Andrew, le prince Harry: trois générations de cadets, trois royals «mineurs» qui ont peiné à trouver une place dans un système monarchique très cruel, où il n'est pas question de talent, ni de mérite, mais de hasard.

«L'aîné obtient le poste, le second se trouve sans emploi. Pas seulement sans emploi: c'est un adjoint censé patienter, stoïquement, rester disponible, au cas où il y aurait un travail à faire», explique l'expert royal et historien Robert Lacey dans le documentaire William et Harry, les frères ennemis (2022).

Depuis toujours, Harry est particulièrement sensible à propos de son statut de remplaçant à l'héritier du trône - en atteste le titre même de son autobiographie.
Depuis toujours, Harry est particulièrement sensible à propos de son statut de remplaçant à l'héritier du trône - en atteste le titre même de son autobiographie.Image: AP

Chez les Windsor, l'ordre de succession est sacré. Tout, de la taille des chambres à coucher aux plans de table, est conçu pour vous rappeler votre rang.

Très jeune, le prince William se voit placé aux côtés de sa grand-mère, la reine. Elizabeth II le forge à son image, lui inculque le métier de souverain et sa vision de la royauté. Ils nouent des rapports privilégiés au cours d'entretiens privés, pendant qu'Harry se retrouve relégué en bout de table.

«Aux yeux de ma famille, j’étais une entité nulle»
Harry dans Le suppléant
William et la reine ont entretenu une étroite proximité. Elle lui enseigne l'art de bien se tenir, de rester au-dessus de la mêlée partisane et, surtout, de ne jamais être éclaboussé par le scandale.
William et la reine ont entretenu une étroite proximité. Elle lui enseigne l'art de bien se tenir, de rester au-dessus de la mêlée partisane et, surtout, de ne jamais être éclaboussé par le scandale.

Si son frère peut foncer tête baissée dans un destin tout tracé, promesse d'un duché florissant, d'avantages, de résidences officielles, d'un portefeuille garni, de chevaux de course et d'œuvres d'art, Harry, lui, est condamné à l'impasse.

Trop proche de Charles et William dans l'ordre de succession, trop loin de ses cousins et cousines dépourvus de titre d'Altesse Royale.

«Harry évolue, perdu, dans un no man's land»
Marc Roche, correspondant royal du journal Le Point

«S'il était 30e ou 40e dans l'ordre de succession, il pourrait entrer dans le privé», rappelle le correspondant royal Marc Roche. Dans sa position, impossible de travailler dans une galerie d'art, la décoration d'intérieur ou les relations publiques. Le risque de potentiels conflits d'intérêts est trop important.

La haine incandescente des médias

Aux yeux de la presse non plus, les deux frères ne sont pas logés à la même enseigne. En vertu d'un contrat qui lie Buckingham Palace aux médias, on laisse l'héritier du trône relativement tranquille. Le rôle de Suppléant implique de faire face à des titres de presse plus durs, plus railleurs.

«Avec Harry et William, on a le mouton noir et l'enfant de chœur. Pourtant, le schéma n'est pas aussi manichéen que ça. William boit, fume, fait la fête. C'est juste qu'on ne le sait pas»
Pierrick Geais, journaliste à Paris match

Dans les années 2000, le vilain petit canard Harry se mue en cible de choix pour les tabloïds. Il subit les assauts répétés des photographes. Ceux-là mêmes qui, selon lui, ont tué sa mère.

Les paps ont tué «Mummy», sali son adolescence, ruiné sa carrière militaire, effrayé ses petites amies et torturé sa femme

Très jeune, Harry développe une détestation viscérale des médias qui frise l'obsession. Il lit ce qui est écrit sur lui et connaît les journalistes par leur nom. Il a des surnoms pour ceux qu'il déteste le plus. Le clic d'un objectif est comme un «pistolet armé» ou quelqu'un qui ouvre la lame d'un cran d'arrêt.

A montage of British national newspapers Friday Jan. 14, 2005 displaying reaction to Britain's Prince Harry wearing a swastika armband to a private party. Prince Harry, who provoked outrage by we ...
Harry compare sa vie d'adulte «surréaliste» à une expérience digne du Truman show.Image: AP

Dans une dispute avec son père et son frère qui conclut son autobiographie, Harry déplore que: «Avec lui, il y avait toujours un mais quand on parlait de la presse: il détestait qu'elle le déteste, mais ô combien il aimait qu'elle l'aime!»

Le Suppléant clame ouvertement son mépris envers la volonté de bonne publicité de sa famille. Il vilipende leur consentement à se prêter au «Jeu», prendre la pose, couper des rubans, répondre aux interviews et aux sollicitations médiatiques, s'offrir au public pour finir sondé et disséqué.

Désormais, comme il le clame à longueur d'entretiens sur CBS ou itv, Harry veut sa revanche. Se poser en «porte-parole du monde», avec une seule mission: «Changer le paysage médiatique au Royaume-Uni».

La quête de la réconciliation

Autre objectif potentiel du prince le plus bruyant de la royauté? Se réconcilier avec sa famille après des mois de brouille. Au fil des apparitions télévisées, Harry clame son désir de renouer avec son père et son frère. A la condition préalable d'obtenir des excuses pour la manière dont son épouse Meghan Markle et lui-même ont été (mal)traités.

Prince Charles (m) with his sons Harry (r) and William (l) at the official photo session of the Royals during their ski holidays in Klosters on Friday, January 2, 1998. (KEYSTONE/Arno Balzarini)
«Je veux que mon frère revienne. Je veux que mon père revienne», affirme le cadet sur la chaîne itv.Image: KEYSTONE

La balle est, conclut-il dans leur camp.

Difficile de savoir comment les frères pourront rétablir une relation de confiance, lorsque l'un des deux a décidé de partager la rupture publiquement avec le reste du monde

Harry pense-t-il vraiment qu'il peut aboutir à une réconciliation? «Personnellement, je ne vois pas comment Harry et William pourront se réconcilier après cela», confiait un proche au Sunday times peu avant la publication des mémoires fracassantes.

Certains observateurs ne manquent en effet pas de souligner que, malgré ses bonnes intentions, Harry s'efforce d'obtenir la paix «de la manière la moins susceptible de se produire». Le duc de Sussex serait moins préoccupé par une potentielle réconciliation que par une attaque frontale envers la monarchie.

L'appât du gain

Enfin, n'oublions pas que toute cette surmédiatisation ducale rapporte gros. Très gros.

Depuis leur démission fracassante en mars 2020, Harry et Meghan sont priés de se débrouiller seuls. La firme a coupé les vivres. Sans l'héritage touché par Harry à la mort de sa mère en 1997 - estimé à quelque quatorze millions de francs -, et les honoraires de Meghan en tant qu'actrice, les tourtereaux auraient été bien en peine de financer leur rêve américain.

«J'ai ce que ma mère m'a laissé et nous n'aurions pas pu faire ça sans ça»
Le prince Harry durant l'interview avec Oprah Winfrey, en mars 2021

Un rêve qu'il faut désormais continuer à entretenir, entre la somptueuse villa californienne de Montecito, le service de sécurité, les nounous, le personnel de maison, les jardiniers, le coach sportif et les gestionnaires immobiliers. Le Daily mail a estimé les coûts annuels de la maison, qui compte 9 chambres et 16 salles de bain, à 4,4 millions de livres - près de 5 millions de francs.

Le prince aurait touché un paiement initial de 20 millions de livres sterling pour son autobiographie. Sans oublier les 100 millions de dollars empochés par le couple pour la série Netflix Harry & Meghan, ni le contrat juteux de Meghan pour son podcast sur Spotify.

Qu'il s'agisse d'argent, de sentiments, de prise de revanche ou d'abolition des prétendues structures toxiques du Palais, Harry semble bien décidé à poursuivre son bras de fer contre la royauté. La paix semble mal engagée.

Sans doute parce que la devise du prince, «Je ne sais pas comment le silence est censé améliorer les choses», tranche douloureusement avec celle de sa famille.

Elisabeth II, le best-of en vidéo
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Ce couple s'est payé Justin Bieber pour son troisième «prémariage»
Après deux prémariages qui incluaient Rihanna, Katy Perry et les Backstreet Boys, il fallait bien une star mondialement connue pour ne pas risquer de blaser les convives. On peine à imaginer ce qu'il sera du «mariage du siècle», le vrai, qui se tiendra dans quelques jours à Mumbai.

Tout a commencé le 1er mars dernier. Trois jours de fiesta endiablée et colorée au cœur de l'Inde, 1200 convives dont Mark Zuckerberg et Bill Gates, un palais, des pétales de roses et des cristaux par milliers, des éléphants sauvages, des banquets somptueux, 5500 drones vrombissant dans le ciel et un concert de Rihanna.

L’article