Société
Tabac

Fumer rétrécit le cerveau

Fumer fait rétrécir votre cerveau

Les chercheurs sont formels: chaque cigarette en plus, c'est un bout de cerveau en moins. Décryptage de ce drôle de phénomène.
19.12.2023, 09:2519.12.2023, 12:03
Dorothea Meadows / t-online
Plus de «Société»
Un article de
t-online

Fumer, ça rapetisse le cerveau. Voilà ce que viennent de découvrir des chercheurs de la Washington University School of Medicine à Saint-Louis (Etats-Unis). Les scientifiques dirigés par la psychiatre Laura Bierut ont examiné les données de quelque 32 000 personnes, à savoir leur volume cérébral, leurs antécédents de fumeur et leurs prédispositions génétiques. Ils sont arrivés à la conclusion que les fumeurs ont un cerveau plus petit. Et plus une personne consomme de cigarettes par jour, plus cela se vérifie.

Processus irréversible, mais pas inarrêtable

La bonne nouvelle, c'est qu'en arrêtant de fumer, on peut stopper la perte de tissu cérébral. Mais l'organe ne retrouvera pas pour autant sa taille initiale, expliquent les scientifiques. Le processus de rétrécissement est donc irréversible.

Il est prouvé que le cerveau humain perd également du volume avec l'âge. Mais si l'on fume, ce processus s'accélère, peut-on lire dans l'étude publiée dans la revue Biological Psychiatry: Global Open Science. Fumer fait donc vieillir plus vite, ce qui permet d'expliquer pourquoi les fumeurs ont un risque élevé de déclin cognitif lié à l'âge (troubles de la mémoire et de l'attention), de démence et de maladie d'Alzheimer, expliquent les chercheurs.

«Jusqu'à présent, la science a négligé les effets du tabagisme sur le cerveau, notamment parce qu'elle s'est concentrée sur les poumons et le cœur. Mais lorsque nous avons commencé à étudier cet organe de plus près, nous avons vite compris que fumer était aussi dangereux pour le cerveau.»
Laura Bierut, l'auteur principale de l'étude, citée dans un communiqué de presse de la Washington University School of Medicine.

Des recherches sur le lien entre le volume du cerveau et le tabagisme avaient déjà été menées auparavant. La nouveauté ici est qu'un troisième facteur a été pris en compte: les gènes humains.

Le tabagisme accroît le risque de démence

Environ la moitié de la propension au tabagisme peut être attribuée aux gènes, écrivent les auteurs de cette nouvelle étude. Ils ont pu établir un lien entre les trois facteurs – gènes, tabagisme et volume cérébral. Et d'en conclure que la prédisposition génétique favorise le tabagisme, qui entraîne à son tour une réduction du volume cérébral.

«Ça a l'air grave, et ça l'est», dit Bierut. «Une réduction du volume du cerveau va de pair avec un vieillissement croissant. C'est important, car notre population vieillit, le vieillissement et le tabagisme sont donc tous deux des facteurs de démence.»

Traduit de l'allemand par Valentine Zenker

Alicia Keys se produit dans une gare londonienne
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Un peu amoureux»: la relation entre Kate et Harry fait fantasmer
La relation entre Kate Middleton et son beau-frère obsèdent experts royaux, médias et internautes depuis qu'elle a rejoint les rangs de famille royale. Décryptage d'un fantasme qui dure depuis plus de 20 ans.

Passé le choc de l'annonce du cancer de Kate, les premières analyses institutionnelles et l'afflux de vœux de rétablissement, une question flotte. Séduisante, langoureuse, presque obsédante. Comme un parfum. Le prince Harry, tel un preux chevalier du 21e siècle, pourrait-il sauter à bord de son jet privé pour voler au chevet de sa chère Kate, cette «sœur qu'il n'a jamais eue»? Cette maladie va-t-elle permettre, enfin, de combler le fossé de 5000 kilomètres qui sépare les Gallois des Sussex depuis quatre ans?

L’article