Sport
Curling

A domicile, les curleurs suisses veulent vaincre la malédiction

La Suisse de Yannick Schwaller veut vaincre la malédiction
L'équipe de Suisse de curling est en mission. A la maison, elle souhaite mettre fin à une très longue disette. Image: keystone

Les curleurs suisses veulent vaincre la malédiction

La dernière victoire de l'équipe de Suisse masculine de curling au Mondial remonte à 1992. Yannick Schwaller et ses coéquipiers souhaitent mettre fin à cette incroyable disette. Ils lancent leur tournoi cet après-midi, chez eux à Schaffhouse contre les USA, en souhaitant faire preuve de calme, de maîtrise et d'assurance.
30.03.2024, 11:5030.03.2024, 18:26
Rainer Sommerhalder
Plus de «Sport»

Comment devient-on champion du monde de curling? L'équipe féminine de Suisse emmenée par la skip Silvana Tirinzoni serait sans doute en mesure de répondre à cette question en quatre chapitres. Pour nos curleurs masculins, la solution serait certainement plus difficile à trouver. Ils devraient se tourner vers un homme âgé de 55 ans. Markus Eggler a réussi cet exploit avec le Bienne-Touring CC en 1992. Depuis, la Suisse n'a jamais trôné sur le toit du monde.

Redevenir champion ne sera pas une mince affaire. Yannick Schwaller, n°5 mondial avec son club de Genève, est conscient du niveau actuel, particulièrement homogène.

«On pourrait organiser le Mondial durant cinq semaines consécutives et personne ne s'étonnerait d'obtenir cinq champions du monde différents»
Yannick Schwaller

Les favoris au titre cette année sont nombreux. Outre la Suisse, on note l'Ecosse, tenante du titre, la Suède, championne olympique, le Canada, nation la plus médaillée, et l'Italie, en tête du classement mondial.

Yannick Schwaller lors du match pour la 3e place au Mondial l'an passé. La Suisse avait battu l'Italie pour s'emparer de la médaille.
Yannick Schwaller lors du match pour la 3e place au Mondial l'an passé. La Suisse avait battu l'Italie pour s'emparer de la médaille.Image: keystone

Les pays précédemment cités sont forts, mais Yannick Schwaller ne veut surtout pas oublier les huit autres équipes présentes au Championnat du monde.

«Il y a peu d'équipes contre lesquelles on peut s'attendre à une victoire facile. La semaine la plus difficile de toute notre saison nous attend»
Yannick Schwaller

La Suisse a disputé 13 rencontres cette saison contre les toutes meilleures formations mondiales et ne présente aucun bilan positif. Malgré l'avantage du terrain à Schaffhouse, les statistiques ne parlent pas véritablement en faveur du pays organisateur.

Dans ce contexte, comment Yannick Schwaller, Benoît Schwarz, Pablo Lachat et Sven Michel comptent-ils mettre fin à 32 ans de disette? Le Soleurois laisse entendre que la Suisse s'est énormément investie, notamment sur le plan mental. Ceci est d'autant plus vrai que ce Championnat du monde à la maison est perçu comme une opportunité unique.

«Nous sommes impatients. Pour moi, c'est un rêve de gosse qui se réalise. Nous considérons l'avantage du terrain comme un véritable atout»
Yannick Schwaller

Nos curleurs se sont préparés méticuleusement pour ce rendez-vous d'une vie. Ils se sont analysés les uns les autres, de manière ouverte et toujours honnête: «J'ai l'impression que nous sommes parfaitement préparés», pointe Schwaller. Mais comment vaincre alors des adversaires qu'ils connaissent parfaitement? Le skip concède que l'équipe a énormément travaillé sa tenue et sa présentation. Car l'expérience enseigne que les rencontres à enjeux sont souvent remportées par les formations qui se montrent «dominantes» et «confiantes», «celles qui savent mobiliser leurs points forts au bon moment».

Le quatuor a donc travaillé cet état d'esprit. Ainsi que la dynamique de groupe, pour gérer au mieux les temps faibles individuels. Yannick Schwaller rappelle que l'équilibre au sein du collectif tout au long de ce championnat sera crucial. Chaque membre aura un rôle à jouer: «Et nous voulons toujours nous rappeler que nous sommes ici pour prendre du plaisir ensemble».

Dans quel domaine la Suisse est-elle plus forte qu'il y a un an, lorsqu'elle a remporté le bronze au Canada? Schwaller estime que l'équipe est encore plus soudée, que tous les garçons se sont améliorés ensemble. Au cours des derniers mois, une certaine dynamique s'est créée au sein du collectif: «Nous sommes plus mûrs qu'il y a un. Moi aussi, j'ai beaucoup appris».

Concrètement, nos curleurs veulent faire preuve de calme, de maîtrise et d'assurance à Schaffhouse. S'ils y parviennent, il y aura peut-être à la clé un résultat historique.

L'effondrement du pont Francis Scott Key à Baltimore
1 / 12
L'effondrement du pont Francis Scott Key à Baltimore
Le pont Francis Scott Key s'est effondré, le 26 mars 2024, après avoir été heurté par un cargo.
source: sda / steve helber
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Murat Yakin a pris sa décision
Le Bâlois de 49 ans reste sélectionneur de la Nati. Son contrat a été prolongé par la fédération, tout comme celui de son assistant Giorgio Contini.

Murat Yakin reste sélectionneur de l'équipe de Suisse, a annoncé l'Association suisse de football (ASF) vendredi matin. Le contrat de son assistant Giorgio Contini est aussi prolongé.

L’article