Sport
Cyclisme

Cyclisme: Miguel Angel Lopez écrase le Tour de Colombie

epa10711320 Miguel Angel 'Superman' Lopez of Team Medellin celebrates after winning the 73rd edition of the Vuelta a Colombia, in the municipality of La Ceja, Antioquia, Colombia, 25 June 20 ...
Une leçon signée Miguel Angel Lopez. Keystone

Miguel Angel Lopez a le sang chaud et des cuisses bouillantes

Une vieille connaissance réapparaît sur ses routes. Miguel Angel Lopez a fait montre d'une maîtrise affolante pour éclabousser le Tour de Colombie de toute sa classe.
26.06.2023, 16:5926.06.2023, 21:52
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Neuf victoires en dix jours. Son pire résultat est une...deuxième place. Miguel Angel Lopez a tout raflé, tout emporté sur son passage lors de sa boucle nationale: les classements des points, de la montagne et le général. Le Colombien avait faim.

Miguel Angel Lopez a tout raflé lors du Tour de Colombie.
Ça fait beaucoup de "1".

Agé de 29 ans, «Superman» est retourné dans son pays, poussé vers la sortie après des soupçons pesants sur sa relation présumée avec un médecin véreux nommé Dr. Marcus Maynard.

«Le cyclisme professionnel est un crime organisé», disait Floyd Landis. Et Lopez s'est, semble-t-il, retrouvé embrigadé dans un réseau comme le cyclisme en compte tant. Sauf que l'Union cycliste internationale (UCI) ne l'a pas suspendu, fautes d'éléments tangibles. Le Colombien peut donc donner ses coups de pédales assassins et écraser la concurrence loin des bitumes européens.

Licencié par l'équipe Astana en décembre 2022, après un autre limogeage abrupt de la formation Movistar en septembre 2021, outre ses liens obscurs avec les tricheurs, le grimpeur colombien est connu pour son imprévisibilité. Ses coups de sang sur le Giro 2019 (un coup de poing à un spectateur) ou son abandon spectaculaire lors de la Vuelta 2022 (une brouille avec sa direction sportive qui reste à ce jour un moment mythique du cyclisme) lui ont valu un statut de cycliste à problème, un talent certes fracassant, mais un véritable fauteur de trouble.

Fils d'une famille de paysans sans le sou, Lopez est exceptionnel quand il a la tête à l'endroit. Il larguait n'importe quel leader sur les pentes les plus raides. C'est lui-même qui levait les bras au sommet du terrible Col de la Loze lors du Tour de France 2020, qui raflait des étapes de la Vuelta, le général du Tour de Suisse (2016) et du Tour de Catalogne (2019).

Le sang chaud et la socquette légère

Désormais sous les couleurs du Team Medellin - EPM, formation colombienne du niveau continental, soit la troisième division du cyclisme mondial - Miguel Angel Lopez est le mec qui ne se laisse pas abattre. Le «Superman» colombien porte plutôt bien son surnom, qui lui vient d'une altercation avec des voyous, sauvant sa machine malgré un coup de couteau dans la cuisse.

Le furieux Colombien, loin des grands tours et des meilleurs coureurs (et des regards critiques), continue de faire parler la poudre dans les cols, les chronos et même dans les emballages finaux. Le sang chaud et la socquette légère, Lopez se refait la cerise loin du Vieux Continent. En janvier déjà, il remportait la relevée Vuelta San Juan, se jouant des Evenepoel, Higuita, Ganna et Bernal.

Loin des yeux, loin du coeur (du World Tour), sa fiche 2023 est absolument affolante. Sans compter les classements généraux, Miguel Angel Lopez a vingt victoires au compteur. Il est le coureur avec le plus de victoires sur le circuit pro cette année. Comparaison n'est pas raison, mais Tadej Pogacar compile 11 victoires en 2023.

Cette cadence dopée aux toniques et fanatiques nutriments de l'orgueil est en tout point impressionnante. Son départ avec fracas de la formation Astana aurait tendance à infuser cette réussite insolente, qui fait dire aux suiveurs: à quoi rime cette aventure sud-américaine?

Le maestro a donné un élément de réponse:

«Je roule dans les mêmes conditions que lorsque je participais au Tour, à la Vuelta ou au Giro. Je suis dans l'une des meilleures formes de ma carrière»
Miguel Angel Lopez dans El Tiempo

Une domination outrageuse et des lauriers à en faire déborder les musettes. Le leader de l'équipe Medellin, qui s'est imposé avec une avance de 6'17'' sur son premier dauphin, a laissé un gouffre, un monde entre lui et les autres cyclistes du plateau - qu'il a fait passer pour des amateurs. Pour dire: le second au général, Rodrigo Contreras, n'est pas une pive; le cycliste de 29 ans a couru sous les couleurs de la formation Astana en Protour durant 3 ans. La troisième division n'est pas assez grande pour le petit (1,64 m) grimpeur colombien. Que font les formations du World Tour? Le mercato est déjà en marche et rapatrier le cycliste colombien serait peut-être une idée alléchante.

La course en hommage à Gino Mäder
Video: twitter
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le Grand Prix de Hongrie s'est transformé en immense piscine
Une tempête et des trombes d'eau se sont abattues sur le Hungaroring à quelques heures des premiers tours de piste. La voie des stands a été inondée. McLaren a subi des dégâts. Et Sauber a ramé avant même les premiers essais.

Le Grand Prix de Hongrie, disputé en plein été, est réputé pour sa chaleur intenable. Il n'a pas plu en course depuis de longues années et les corps sont régulièrement meurtris par la fournaise du Hungaroring, au nord-est de Budapest. 59,7°C ont été enregistrés sur le tarmac lors de la séance de qualifications en 2021.

L’article