DE | FR
Manchester City et Chelsea, les deux clubs qui ont le plus dépensé au cours des dix dernières années se retrouveront en finale de la Ligue des champions le 29 mai prochain.
Manchester City et Chelsea, les deux clubs qui ont le plus dépensé au cours des dix dernières années se retrouveront en finale de la Ligue des champions le 29 mai prochain.Image: Shutterstock

Le foot se joue à 11 contre 11 et à la fin, c'est l'argent qui gagne

Chelsea et Manchester City s'affronteront en finale de la Ligue des Champions. Les deux clubs anglais sont ceux qui ont le plus dépensé sur la dernière décennie. Près de deux milliards chacun. Alors, le foot, c'est mathématique? Il suffit de sortir le chéquier pour gagner?
06.05.2021, 18:1706.05.2021, 19:18
Suivez-moi

Et si le football n'était qu'une histoire de mathématiques? Ou de finance, plutôt. Les deux clubs qui se retrouveront en finale de la Ligue des champions le 29 mai prochain sont tout simplement les deux qui ont dépensé le plus d'argent en transferts sur la dernière décennie. 1,86 milliard de francs pour Manchester City et 1,75 milliard pour Chelsea selon le site spécialisé TransferMarkt. Tant pis pour le romantisme.

«Ils ont dû beaucoup investir pour rattraper leur retard et atteindre ce statut de grand club»
Raffaele Poli, responsable du CIES

Une équation financière qui a du mal à passer auprès de certains amoureux du ballon rond. Surtout que tant les Blues que les Citizens sont des nouveaux riches. Le club londonien a été racheté en 2003 par le milliardaire russe Roman Abramovitch tandis que du côté de Manchester ce sont les Emirats arabes unis qui ont investi massivement depuis leur arrivée en 2008. Rappelons qu'il y a vingt ans, City évoluait encore en deuxième division et que le palmarès européen des deux équipes est très peu garni.

Sur Twitter, certains fans anglais (jaloux?) rappellent, d'ailleurs, les claques mémorables reçues par les deux prochains finalistes de la Ligue des Champions face à des équipes «historiques» du championnat comme Middelsbrough (en 2008) ou Nottingham Forest (en 1991).

Pour Raffaele Poli, responsable du Centre international d'études du sport (CIES) à Neuchâtel, la distinction entre nouveaux riches et clubs historiques n'a pas vraiment d'importance. «Les grandes équipes comme le Bayern Munich, le Real Madrid, Barcelone, Liverpool, Manchester United ou la Juventus ont tous beaucoup d'argent. Le problème, aujourd'hui, c'est qu'il y a trop d'écart entre les petits et les grands. Au final, ce sont toujours les mêmes qui vont loin dans la compétition», observe-t-il.

«Au-dessous de 300 ou 400 millions de budget annuel, vous ne pouvez pas aller en finale»
Raffaele Poly, CIES

L'expert met notamment en avant la domination actuelle des clubs anglais qui profitent de droits TV faramineux (plus de 3 milliards par an!) leur donnant un avantage financier conséquent. D'ailleurs, ce sera la deuxième finale 100% anglaise en trois ans après Liverpool – Tottenham en 2019. Mais Raffaele Poly l'assure, bâtir une équipe à coup de centaines de millions ne suffit pas pour gagner des titres.

«Il faut aussi une stratégie, des compétences, une structure. Pour obtenir des résultats, vous avez besoin de dirigeants qui ont une vision et qui font preuve de patience. Ce qui paie, c'est la stabilité». Ancien international suisse et vainqueur de la Ligue des champions en 1997, Stéphane Chapuisat va dans le même sens: «Etre fort financièrement ça aide mais l'argent ne fait pas tout. Il faut aussi du temps pour former un groupe et que l'entraîneur puisse faire passer son message.»

«Les grands clubs ont des moyens énormes, il faut l'accepter. Pour une équipe suisse, se qualifier en Ligue des champions, c'est déjà un exploit»
Stéphane Chapuisat, ex-international et responsable des transferts à Young Boys

Mais même la stabilité a un prix, à écouter Grégroy Quin, historien du sport à l'Université de Lausanne. «Etre capable de garder ses grands joueurs plusieurs années, c'est un privilège de riche. Vous n'avez pas de concurrents qui peuvent de surenchérir sur les salaires.»

Lui aussi reconnaît que l'effectif ne fait pas tout pour gagner des trophées et qu'il faut également posséder de bonnes infrastructures et une équipe dirigeante de qualité. «Mais dans notre système néo-libéral, tout s'achète. Le foot ne fait pas exception. City et Chelsea ont investi beaucoup d'argent sur leurs joueurs mais aussi sur des compétences.»

Alors, sommes-nous condamnés à regarder un sport dont le résultat dépend du compte en banque des propriétaires de club? «En tendance, c'est toujours le plus riche qui gagne, mais il reste quand même une petite part d'incertitude même si elle diminue et qu'elle est savamment maîtrisée», pointe Grégory Quin.

«Les récents parcours du PSG montrent bien que l'argent suffit à aller loin»
Grégroy Quin, historien du sport

Face à ce manque de suspens, l'historien observe une érosion de la passion pour le football. Ce qui n'est pas forcément une mauvaise nouvelle à ses yeux, les droits TV colossaux dont bénéficient certains championnats comme la Premier League étant dépendants de l'attention portée par le public. «Donc, d'une certaine manière, tant mieux qu'il y ait du désintérêt. Cela va peut-être rééquilibrer le système à moyen terme.»

Awww! Voici des animaux mignons!

1 / 27
Awww! Voici des animaux mignons!
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Sur TikTok, on se met à poil... ou presque!

Plus d'articles sur le sport

Mbappé a-t-il eu raison? L'aimez-vous encore? Dites-nous tout!

Link zum Artikel

Stan Wawrinka avant Roland-Garros: «J'ai une vision à très long terme»

Link zum Artikel

«J'ai un rencard Tinder»: les pires excuses entendues pour rater le foot

Link zum Artikel

Nicola Spirig veut battre un record et fait grincer les puristes

Link zum Artikel

Le football suisse a encore inventé une formule hallucinogène

Link zum Artikel

Qui est le meilleur de tous les temps? Un savant fou a trouvé

Link zum Artikel

Andres Ambühl, le paysan grison devenu une légende du hockey suisse

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Le FC Winterthour et sa culture punk, ovni du foot moderne
Le FC Winterthour a été promu en Super League samedi soir. A l'est de Zurich, une véritable effervescence populaire grandit autour d'un club pas comme les autres, résolument de gauche. Reportage.

Le FC Winterthour a terminé en tête d'une Challenge League complètement dingue samedi. Il a profité de sa victoire (5-0) à Kriens et de la défaite d'Aarau contre Vaduz (1-2) pour fêter son ascension dans l'élite au bout du suspense.

L’article