Sport
Football

Barrage Sion-SLO: «Sans déclic mental, les Valaisans perdront»

FC Sion Mittelfeldspieler Anto Grgic, Mitte, enttaeuscht nach dem 3-0 waehrend dem Fussball Meisterschaftsspiel der Super League zwischen dem FC St.Gallen 1879 und dem FC Sion, am Montag, 29. Mai 2023 ...
Les Sédunois, fessés 4-0 à Saint-Gall lundi, devront être capables de relever la tête dès samedi en barrage pour sauver leur place en Super League. Image: KEYSTONE

«Si Sion n'a pas de déclic psychologique, il perdra son barrage»

Les Valaisans sont au fond du gouffre après une saison cauchemardesque. Leur seule manière de sauver leur place en Super League: battre le Stade Lausanne Ouchy dans le barrage. Le peuvent-ils?
02.06.2023, 06:1302.06.2023, 12:36
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Même la sympathique odeur de raclette qui s'échappe de la grande cantine adjacente ne parvient pas à masquer le malaise à Tourbillon.

Face à Lucerne jeudi dernier, il n'y avait que 5100 spectateurs dans des tribunes désespérément beaucoup trop clairsemées pour un match de cette importance. Les ultras ont multiplié les banderoles anti-Constantin dans le Gradin nord, duquel les joueurs n'osent même plus s'approcher après une énième défaite, par peur d'être pris à partie.

Voilà le contexte glauquissime dans lequel le FC Sion a bouclé sa saison de Super League à la dernière place. Autrement dit, pas du tout de quoi être confiant avant le barrage contre la relégation que les Valaisans disputent dès samedi soir (18 h 00 à Tourbillon, retour mardi 20 h 30 à la Pontaise) face au Stade Lausanne Ouchy.

Orgueil, zone de confort
et torticolis

C'est parfois quand tout part à vau-l’eau que certaines personnes, piquées dans leur orgueil, réagissent et se sortent du bourbier. C'est l'attitude que les ultras sédunois, entre autres, exigent – à leur manière – des joueurs. Mais pas sûr que le FC Sion puisse compter sur de telles forces de caractère, à en croire Oscar Londono. «Ça fait des semaines que j'entends le même discours, avec des membres du club qui affirment avoir conscience de la situation et vouloir tout faire pour qu'elle change, mais il n'y a pas de changement», observe l'ex-coach assistant sédunois, désormais en charge des juniors du Stade Nyonnais.

«J’ai de forts doutes sur la capacité des Sédunois à changer d’état d’esprit même en barrage»
Oscar Londono, ex-coach assistant du FC Sion
FC Sion Verteidiger Reto Ziegler, Mittelfeldspieler Musa Araz und Mittelfeldspieler Luca Zuffi laufen enttaeuscht in die Garderobe nach der 4-0 Pleite im Fussball Meisterschaftsspiel der Super League  ...
L'image ne trompe pas: les Sédunois, derniers de Super League, ont quitté Saint-Gall lundi la tête basse. Image: KEYSTONE

Pour l'ex-pro (312 matchs de Super League avec Servette et le Lausanne-Sport), c'est justement cet état d'esprit qui sera déterminant. «Stade Lausanne Ouchy aura la dalle, il va se battre jusqu'au bout, alors Sion doit être capable de défendre agressivement sur le porteur du ballon et amener de la folie en attaque.» Soit exactement ce que les Sédunois, sans envie ni inspiration, n'ont pas fait ces dernières semaines. Oscar Londono va plus loin:

«Excusez mon langage, mais les joueurs de Sion doivent se bouger le cul! Ils sont bien payés et bien traités là-bas, à eux de prendre maintenant leurs responsabilités»

L'ancien milieu insiste sur l'aspect psychologique, car, selon lui, Sion ne fera pas la différence sur le plan technique ou tactique. «Il n'y a pas d'écart dans le jeu entre le FC Sion et le Stade Lausanne Ouchy», analyse-t-il. «Les équipes de Challenge League ont monté leur niveau, travaillent professionnellement et sont bien encadrées.» Il voit dans l'effectif lausannois des éléments capables de faire très mal aux Valaisans:

«Okou va vite en attaque, et, au milieu, il y a des joueurs habiles comme Mulaj, Ajdini et Qarri à qui il ne faut pas laisser d'espace. Au milieu toujours, Giovani Bamba apporte de la puissance physique. Cette équipe est très complémentaire.»
Oscar Londono

C'est simple: le SLO a l'attaque la plus efficace de Challenge League (70 buts en 36 matchs). Et si elle surveille mal Okou, la défense valaisanne (la pire de Super League) risque le torticolis: le Français est le co-meilleur buteur du championnat (19 pions).

L'attaquant du SLO Teddy Okou celebre son but du 2 a 0 lors de la rencontre de football de Challenge League entre FC Stade Lausanne Ouchy, SLO, et AC Bellinzona ce samedi 5 novembre 2022 au Stade ...
Teddy Okou, co-meilleur buteur de Challenge League, a de quoi poser des problèmes aux défenseurs du FC Sion. Image: KEYSTONE

De la pression, de la philo
et Balotelli

Le seul avantage qu'Oscar Londono voit en faveur de Sion: sa profondeur de banc. «Le 15e joueur du Stade Lausanne Ouchy n'a pas le niveau des titulaires. A Sion, c'est plus homogène.»

Claude Gross estime, lui, qu'il y a une différence significative entre la Super League et la Challenge League, même si elle s'atténue forcément quand il s'agit du cancre de la première et d'un crack de la seconde. «Le rythme du jeu est généralement plus élevé en première division», remarque l'ancien coach du Mont et actuel consultant chez blue Sports. Mais il ne considère pas pour autant les Sédunois favoris:

«C'est du 50/50. C'est certainement le barrage le plus serré de ces dernières années»
Claude Gross, ex-entraîneur du Mont-sur-Lausanne (Challenge League)

Une piste pour comprendre les déboires du FC Sion👇

Le technicien accorde, lui aussi, beaucoup d'importance à la dimension mentale. «Le stade à Sion devrait être plein grâce à l'entrée gratuite, ça peut jouer un rôle. Et l'équipe qui virera en tête après ce premier acte aura un gros avantage.» Mais, contrairement à beaucoup, Claude Gross ne pense pas que la pression inhérente à la peur de (tout) perdre jouera des mauvais tours aux Valaisans:

«Le SLO aussi aura la pression! Ses joueurs sont à 180 minutes d'une promotion historique en Super League, ils voudront tout faire pour y arriver et la déception serait très grande s'ils échouent»

Reste une question: Paolo Tramezzani, le coach valaisan, doit-il aligner Mario Balotelli dans ce barrage (l'Italien est déjà annoncé forfait pour l'aller samedi), un joueur qui reste capable de changer à lui seul le résultat d'un match malgré ses performances indécentes avec le FC Sion? «Non», tranche Oscar Londono. «S'il a le même état d'esprit qu'il a montré jusqu'à présent, il risque de plomber toute l'équipe.»

L'attaquant valaisan Mario Balotelli, gauche, reagit a cote du defenseur genevois Gael Clichy, droite, lors de la rencontre de football de Super League entre le Servette FC et le FC Sion le samed ...
Mario Balotelli, transparent lors de la claque prise contre Servette à Genève (0-5) et comme souvent cette saison. Image: KEYSTONE

Pour l'ex-capitaine de Servette, l'attitude générale prime encore une fois sur les qualités intrinsèques des joueurs, d'autant plus quand ceux-ci sont aussi fantasques que Balotelli. «Si tu perds le match aller mais que tu as tout donné, tu ne peux rien te reprocher et tu gardes un état d'esprit positif pour le retour», philosophe-t-il.

Mais pas sûr que les spectateurs de Tourbillon, et notamment les plus bouillants du Gradin nord, soient disposés à autant de sagesse et de patience samedi soir. Même l'agréable odeur de fromage fondu à côté du stade risquerait de ne pas suffire à calmer leur colère en cas de mauvais résultat.

33 images générées par IA délicieusement bizarres
1 / 37
33 images générées par IA délicieusement bizarres
partager sur Facebookpartager sur X
Trois footballeurs romands font le buzz sur TikTok
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Djokovic a des problèmes personnels
Le numéro 1 mondial arrive à Roland-Garros en pleine crise sportive, mais il a également des soucis hors des courts. Il affronte ce mardi le Français Pierre-Hugues Herbert au 1er tour.

C'est arrivé une seule fois au cours des 18 dernières années que Novak Djokovic ne remporte aucun tournoi avant Roland-Garros. C'était en 2018. Cette année, le tenant du titre se rend à Paris sans même avoir joué la moindre finale. Le Serbe de 37 ans a déclaré juste après sa demi-finale perdue à Genève vendredi:

L’article