Sport
Football

Le foot est-il plus spectaculaire sans la règle du but à l'extérieur?

Il n'y a pas plus de buts en Ligue des champions depuis la suppression du but à l'extérieur
Kylian Mbappé, double buteur face au FC Barcelone, mardi en Ligue des champions.Image: keystone

Le nouveau règlement a-t-il rendu le foot plus spectaculaire?

Nous avons assisté à un festival offensif lors des quarts de finale de la Ligue des champions. Cela est-il dû à l'abolition de la règle du but à l'extérieur? Nous avons fait les comptes.
20.04.2024, 07:0520.04.2024, 14:46
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Les quarts de finale de la Ligue des champions sont désormais terminés. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils ont été animés. Pas moins de 18 réussites ont été marquées lors des quatre premières rencontres aller - un chiffre qui n'avait plus été atteint depuis 1957 à ce stade de la compétition.

Si Bayern Munich - Arsenal (1-0) et Manchester City - Real Madrid (1-1) ont été plus calmes au retour, les buts se sont enchaînés lors des deux autres revanches. Le Paris Saint-Germain est allé s'imposer 4-1 au Stade olympique de Barcelone et le Borussia Dortmund a battu l'Atlético de Madrid 4-2 à la maison. Devant ce nombre conséquent de réalisations, des questions taraudaient de nombreux esprits.

Ce festival offensif pouvait-il être expliqué par l'abolition de la règle du but à l'extérieur? Autrement dit, fait-on davantage trembler les filets en phase à élimination directe sans cette règle tant décriée?
Marcel Sabitzer après avoir marqué le but du 4-2
La joie de Marcel Sabitzer après avoir inscrit le but du 4-2, mardi face à l'Atlético de Madrid.Image: keystone

Ce raisonnement peut paraître surprenant, puisque la règle du but à l'extérieur - adoptée par l'UEFA en 1965 après un Liverpool - Cologne joué au tirage au sort, n'avait pas pour unique but de départager deux équipes à égalité au cumul des scores. Elle permettait aussi de lutter contre l'avantage excessif des matchs à domicile et incitait surtout les visiteurs à afficher des velléités offensives.

Or le résultat escompté n'était pas toujours au rendez-vous, et les équipes qui recevaient jouaient parfois à reculons. Il s'agissait de ne pas encaisser de buts, si bien qu'un 0-0 au match aller valait parfois mieux qu'une victoire 3 à 2.

«Quand nous jouions à Old Trafford, j'avais l'habitude de me dire à moi-même: ne concédons pas de but»
Sir Alex Ferguson, qui n'était pourtant pas du genre à parquer le bus devant la cage

La règle du but à l'extérieur a été abolie avant que ne débute l'exercice 2021/2022. Controversée depuis de nombreuses saisons, elle ne garantissait plus suffisamment l'équité sportive. Nous étions aussi en période de pandémie. Les stades étaient désertés, bref, le but «compte double» n'avait plus lieu d'être.

Mais contrairement à ce que nous pourrions penser à la vue des attitudes du passé et des récents matchs de Ligue des champions, les buts ne sont pas plus nombreux depuis l'abrogation de la règle. Cela semble même être le contraire dans la plus prestigieuse des compétitions de clubs. Le festival de réalisations aperçu en quart de finale serait ainsi de l'ordre de l'exceptionnel.

Il y a eu moins de trois buts par match en moyenne cette saison durant les rencontres de la phase à élimination directe. Il en était de même lors des deux exercices précédents, lorsque la règle ne comptait déjà plus. Or si l'on regarde les statistiques des saisons passées, et que l'on exclut celles largement impactées par le Covid, on s'aperçoit que la moyenne était supérieure à trois buts par match.

Nombre de buts par match en phase à élimination directe de la Ligue des champions (hors finale)
2016/2017 - 3,46
2017/2018 - 3,25
2018/2019 - 3,18
2019/2020 - 3,19 (uniquement les 8e / certains à huis clos)
2020/2021 - 2,71 (affluences réduites)
//Changement de règle//
2021/2022 - 2,83
2022/2023 - 2,39
2023/2024 - 2,83 (avant les demi-finales)

Cette évolution du règlement n'explique probablement pas à elle seule la diminution du nombre de buts. Mais il y a à n'en pas douter un lien, et cela montre pourquoi l'UEFA était si réticente à l'idée de faire machine arrière. La tendance semble se confirmer - à plus petite échelle - en Ligue Europa. On constate ainsi une légère baisse du nombre de buts les deux saisons ayant suivi le changement de règle.

Nombre de buts par match en phase à élimination directe de la Ligue Europa (hors finale)
2016/2017 - 2,76
2017/2018 - 2,87
2018/2019 - 2,85
2019/2020 - 2,84 (uniquement les 16e et certains 8e*)
2020/2021 - 2,93 (affluences réduites ou huis clos)
//Changement de règle//
2021/2022 - 2,60
2022/2023 - 2,68
2023/2024 - 3,30 (avant les demi-finales)

*Inter Milan - Getafe et Séville - AS Rome sur terrain neutre ne sont pas comptabilisés. Les autres 8es de finale étaient parfois joués à huis clos.

La saison en cours nous contredit, mais les demi-finales, généralement plus fermées, n'ont pas encore été disputées. Et puis, des cartons comme ce 11-2 que Liverpool a infligé au Sparta Prague au cumul des deux matchs influencent la moyenne.

Il est également bon de noter que depuis la suppression du but à l'extérieur, les chances de voir des prolongations au retour ont augmenté. Avant, le score du deuxième match devait être identique à celui de l'aller pour que le spectacle se poursuive. Ce n'est plus le cas maintenant. Un simple nul au cumul des scores et la partie continue. Et si les rencontres sont amenées à durer, les chances de voir les joueurs marquer sont forcément plus importantes (quatre but ont déjà été inscrits en Ligue Europa cette saison en prolongations).

Il est encore tôt pour tirer tous les enseignements de cette évolution majeure du football européen. Pour l'heure, il semblerait toutefois que l'UEFA ait fait un choix louable: celui de l'équité sportive, quitte à voir le nombre de buts diminuer chaque printemps dans les stades.

Le séisme qui a frappé Taïwan en images
1 / 16
Le séisme qui a frappé Taïwan en images
Un puissant séisme a frappé Taïwan mercredi 3 avril 2024.
source: sda / daniel ceng
partager sur Facebookpartager sur X
Ce Brésilien jongle mieux que vous - et il n’a pas de pieds
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cet ancien «rebelle impertinent» peut mener la Nati au sacre
Kevin Fiala (27 ans) brille au Mondial depuis son arrivée lundi. Cet attaquant extrêmement talentueux, désormais plus mature, fait rêver toute la Suisse.

En fait, Uzwil, dans le canton de Saint-Gall, est la capitale secrète du sport suisse. Une jolie histoire – peut-être vraie, peut-être un peu romancée – nous mène à cette conclusion. A la fin des années 1980, Ivan Bencic et Jan Fiala sont tous deux attaquants pour le club de hockey sur glace local, l'EHC Uzwil. Après un match de LNB en demi-teinte, ils s'assoient ensemble autour d'une bière et se promettent mutuellement:

L’article