Sport
Football

Coupe du monde féminine: la RTS seule contre tous

Switzerland's forward Geraldine Reuteler, right, celebrates her goal with teammate Switzerland's forward Ramona Bachmann, left, after scoring the 1:1, during the UEFA Women's England 20 ...
Tous les matchs de l'équipe de Suisse (ici Géraldine Reuteler et Ramona Bachmann) seront retransmis en direct sur la RTS.Image: KEYSTONE

Coupe du monde féminine: la RTS seule contre tous

A deux mois du Mondial, les grands pays européens n'ont toujours pas acquis les droits de diffusion: trop chers. La télévision suisse a «fait l'effort» et elle en est fière.
15.05.2023, 06:1715.05.2023, 12:21
Plus de «Sport»

La Coupe du monde féminine se déroulera du 20 juillet au 20 août en Australie et Nouvelle-Zélande. A l'heure du (petit) déjeuner, en général. Sans les grandes chaines de télévisions européennes, à priori: considéré l'horaire matinal et le prix demandé pour une compétition que beaucoup jugent tout aussi obscure, de nombreux pays renoncent à acquérir les droits de diffusion. «C'est une gifle pour les footballeuses», s'étrangle le président de la Fifa Gianni Infantino.

Qui n'en veut pas

Les grandes nations historiques du football, réunies sous l'appellation Big 5, ont toutes décliné l'appel d'offres. En clair, la France, l'Allemagne, l'Espagne, l'Angleterre et l'Italie ne retransmettront pas le Mondial féminin. Sauf consensus de dernière minute.

Les diffuseurs invoquent des sommes insensées et un décalage horaire qui ne permet pas de les rentabiliser. Pour France Télévision notamment, selon une source interne, la retransmission en direct est vouée à l'échec, au mieux à une souveraine indifférence. «A 4h du matin, la pub sera difficile à vendre, l'opération peut devenir un gouffre financier.» Certaines chaines tenteraient de négocier un package constitué uniquement des finales et des demi-finales, programmées à 10h et midi le week-end.

Comment Infantino leur donne mauvaise conscience

«L'appel d'offres (...) sur plusieurs marchés européens n'a pour l'instant pas abouti, faute de montants qui reconnaissent le plus grand tournoi de football féminin à sa juste valeur», déplore la Fifa auprès de l'AFP.

Bon vendeur (mauvaise foi?), Gianni Infantino joue sur la fibre sensible du wokisme contemporain et de la posture égalitaire. «Pour être parfaitement clairs, nous considérons comme une obligation morale et juridique notre refus de brader la Coupe du monde féminine», s'emporte-t-il. Ce n'est donc pas une question d'argent (🤭).

Le patron de la Fifa soutient que des diffuseurs versent «entre 100 et 200 millions de dollars pour le Mondial masculin, mais ne sont prêts à offrir que 1 à 10 millions de dollars pour le Mondial féminin», alors que les audiences sont à peine «50 à 60 % inférieures». Traduction: les chaines de télévision sont dirigées par de vieux réacs radins.

Gianni Infantino veut mettre le football féminin en avant.
Gianni Infantino veut mettre le football féminin en avant.Keystone

L'argument massue de la Fifa: «100 % des droits que nous percevrons seront directement attribués au développement du football féminin.»

Infantino choisit ses mots, des mots durs capables de heurter les consciences: il juge les offres «très décevantes» et «inacceptables», d'autant que les chaînes de télévision «nous poussent à agir dans le sens de l'égalité». Il conclut par une nouvelle pique à l'égocentrisme européen: «Il faut développer le football féminin partout, notamment en Chine et au Japon où ces horaires conviennent parfaitement.»

La SSR a payé
rubis sur l'ongle

Rédacteur en chef de RTS Sport, Massimo Lorenzi n'est pas totalement surpris par la position de ses concurrents: «La Fifa a-t-elle exercé une pression infernale sur les prix? Je l'ignore. Mais l'horaire est un problème incontestable. J'ai senti le même embarras chez mes collègues tessinois et alémaniques.»

Pour autant, la SSR n'a pas hésité. Massimo Lorenzi ne révèle pas le montant du contrat, mais le qualifie d'«abordable». Il prévient: «On ne gagnera pas d'argent.» Mais aucun événement sportif ne sera sacrifié. «L'offre habituelle ne sera pas impactée. Nous ferons des efforts ailleurs.»

Un volontarisme assumé

Car Massimo Lorenzi ne le nie pas: «C'est un effort. Je dois être honnête et le dire clairement: nous faisons du volontarisme. Le football féminin est seulement en cours de développement. Les matchs du tour préliminaire, notamment, sont de qualité très inégale. Nous ne nous attendons pas à un carton d'audience.»

Et néanmoins: «Il se passe quelque chose. La Coupe du monde et l'Euro féminins ont créé un véritable élan qui nous pousse aujourd'hui à transformer l'essai. Les nombreux retours que nous avons reçus disent que le football féminin, c'est direct, ça joue, ça ne se roule pas par terre, c'est moins théâtral que les hommes. Cette discipline s'inscrit parfaitement dans l'offre diversifiée que nous nous plaisons à chérir.»

Massimo Lorenzi tacle Gianni Infantino et le Qatar, en marge de la Coupe du monde 2022.
Massimo Lorenzi.Image: capture d'écran RTS

La SSR est en mission et ne cache pas que le choix de diffuser «25 à 30 matchs en direct depuis l'Océanie» est aussi dicté par sa bonne conscience: «C'est clairement une décision qui nous positionne, qui nous profile, reconnaît Massimo Lorenzi. A l'époque que nous vivons, le choix de snober le football féminin est, selon moi, une grave erreur stratégique. Sous réserve des tarifs que je ne connais pas, la décision de la France me paraît totalement inexplicable, surtout avec une équipe aussi forte.»

«Je ne suis d'accord sur rien, mais absolument rien avec Gianni Infantino, mais pour le coup, je comprends sa déception»
Massimo Lorenzi

A travers son choix, «la SSR veut dire au public suisse que le football n'est pas seulement masculin et qu'il ne se réduit pas aux compétitions les plus glamours», revendique le patron du département des sports.

Pour aller dans le sens de l'histoire, le site de la RTS introduit certains textes avec le mot-clé «Football masculin», et non plus «football», un raccourci que certain.e.s perçoivent comme une référence implicite à la préséance masculine - voire à un reliquat d'impérialisme.

Les autres sports, notamment le hockey sur glace, attendront un peu: «Pour justifier une mention spéciale masculin/féminin, il faut que la discipline ait une certaine résonance, explique Massimo Lorenzi. Le hockey féminin, selon moi, a un problème au niveau des charges et de l'impact physique. Je ne suis pas sûr qu'il connaîtra le succès du football féminin.»

Tout élitisme n'est donc pas perdu.

Les matchs de la Suisse au Mondial féminin

Vendredi 21 juillet à 7h: Philippines - Suisse
Mardi 25 juillet à 10h: Suisse - Norvège
Dimanche 30 juillet à 9h: Nouvelle-Zélande - Suisse
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Young Boys est le pire champion de Suisse depuis dix ans
Les Bernois ont décroché lundi un 17e titre, avec une certaine avance et sans que le championnat ne soit achevé, comme ils en ont désormais l'habitude. Ils ont néanmoins régressé, si bien que leur succès en dit long sur le niveau des clubs concurrents. Analyse.

En s'imposant à Genève, lundi peu avant 20h, Young Boys a mis fin au suspense et décroché un 17e titre de champion national - le sixième sur l'ensemble des sept dernières saisons. Si sur la ligne d'arrivée, YB a atteint son objectif, qui plus est avec une avance confortable, le parcours des Bernois a été semé d'embûches. Ils étaient en retard cet automne, ont effectué un long arrêt aux stands le temps de licencier Raphaël Wicky, et ont subi des baisses de régime ponctuelles au printemps, face à des concurrents directs.

L’article