Sport
Hockey sur glace

Hockey: la National League n'a jamais été aussi populaire

Fribourg-Gottéron et le Lausanne HC évoluent souvent dans des arènes remplies.
Fribourg-Gottéron et le Lausanne HC évoluent souvent dans des arènes remplies.Image: keystone

Pourquoi la National League cartonne et ridiculise le foot suisse

Le hockey sur glace suisse n'a jamais été aussi populaire qu'actuellement. Une preuve? Il explose les records de spectateurs et d'audiences TV cette saison. Voici 5 raisons à cette popularité inouïe.
19.02.2024, 11:5719.02.2024, 12:49
Klaus Zaugg
Klaus Zaugg
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Il y a dix ans, la National League franchissait pour la première fois la barre des deux millions de spectateurs: 2'061'618 fans (6872 par match) avaient assisté aux 300 rencontres de la saison régulière. Puis en 2015/16, pour la première fois, chaque match attirait plus de 7000 spectateurs (7026) en moyenne.

Ces records sont battus cette année:

La saison régulière n'est pas encore terminée (324 parties jouées sur 364) et déjà la barre des deux millions de spectateurs a été dépassée. La moyenne par match (7113) n'a jamais été aussi élevée.

Oui, le hockey suisse cartonne. D'autres preuves? Les duels de la semaine passée Zoug-Gottéron, Langnau-Ajoie et Zurich-Berne se sont tous joués à guichets fermés. Le passage à 14 équipes avec l'augmentation du nombre de rencontres de 300 à 364 n'a donc pas entraîné de «dilution». Au contraire.

Le gardien fribourgeois Reto Berra, lors du match du championnat suisse de hockey sur glace de National League entre le HC Fribourg-Gotteron, HCFG, et le SC Rapperswil-Jona Lakers, SCRJL, ce vendredi  ...
La BCF Arena de Fribourg affiche la plupart du temps complet.Image: KEYSTONE

Comment expliquer ce boom? Ces affluences impressionnantes sont étonnantes, à une époque où la concurrence dans l'industrie du divertissement et des loisirs n'a jamais été aussi forte. Cinq raisons sont déterminantes👇

Confort des patinoires

Le confort et la capacité des patinoires n'ont jamais été aussi grands. A Zurich, Zoug, Ambri, Lausanne, Porrentruy, Fribourg, Langnau ou Davos, on trouve des temples du hockey flambant neufs ou entièrement rénovés et, à l'exception des arènes de Lugano et de Genève, toutes les patinoires ont été rénovées au cours de ce siècle.

Un championnat très serré

La National League n'a jamais été aussi équilibrée. A l'exception d'Ajoie, tout le monde peut encore espérer quelque chose au classement: sacre en saison régulière, qualification directe pour les play-offs, qualification en pré-playoffs ou encore maintien direct. Et même en tant que lanterne rouge, Ajoie n'est pas une brebis égarée inintéressante: les Jurassiens attirent les foules, comme à Langnau la semaine passée, et offrent régulièrement une belle résistance et du bon spectacle.

Une ligue sérieuse

La ligue fonctionne: les arbitres sont bons, l'infrastructure vidéo n'a pas de problème, le mode de jeu est adapté et les supporters se comportent adéquatement. Rien à voir avec notre championnat d'opérette en football, qui se ridiculise régulièrement avec les décisions de la VAR, qui ne parvient pas à maîtriser le problème du hooliganisme et dont le niveau sportif est l'un des plus faibles d'Europe.

En hockey, le champion en titre, Genève-Servette, ne fait même pas partie du groupe de tête cette saison alors qu'il disputera la finale de la Ligue des champions.

Les clubs suisses de football sont, eux, plus éloignés d'une finale de Champions League qu'une fusée du 1er août ne l'est de la planète Mars.

Beaucoup de spectacle

La qualité du hockey suisse n'a jamais été aussi élevée. Les puritains, les entraîneurs et les experts pourraient être en désaccord avec cette affirmation. Mais il ne s'agit ici pas de discipline tactique, d'intensité ou de précision. Il s'agit plutôt de savoir si le public est bien diverti. La National League est considérée à juste titre, avec la NHL, comme le championnat le plus spectaculaire: elle n'est pas aussi tactique et structurée que les championnats de Finlande et de Suède, mais elle offre beaucoup plus d'espaces pour les erreurs, la désobéissance tactique et la prise de risque. De quoi ravir les artistes de notre ligue.

Certains d'entre eux sont champions du monde et champions olympiques. Depuis la disparition de la KHL russe en raison de la guerre en Ukraine, les meilleurs Scandinaves qui n'ont pas réussi à rejoindre la NHL jouent en Suisse.

Fribourgs Postfinance Topscorer Marcus Sorensen, beim Eishockey-Qualifikationsspiel der National League zwischen den SCL Tigers und dem HC Fribourg-Gotteron, am Samstag, 6. Januar 2024, in der Emmenta ...
Marcus Sörensen, le Suédois de Fribourg-Gottéron en tête du classement des buteurs de National League et deuxième meilleur compteur en ajoutant les assists.Image: keystone

Une forte médiatisation

Un sport qui n'est pas régulièrement retransmis à la télévision publique n'existe, généralement, pas vraiment. Les chaînes de la SSR – dont la RTS – ont perdu tous les droits de retransmission en direct de la saison régulière et des play-offs. Cette saison est la deuxième consécutive où les exploits et les drames de notre hockey ne peuvent pas être vécus sur nos chaînes publiques. Mais la SRF, la RTS et la RSI retransmettent tous les matchs internationaux (y compris les Championnats du monde), la Coupe Spengler ainsi que les rencontres importantes de la Ligue des champions.

Le hockey reste ainsi visible pour le public, même à la télévision nationale, et conserve son importance et sa position sur le marché. Parallèlement, tous les matchs du championnat sont retransmis en direct sur les chaînes payantes et certaines rencontres sont même régulièrement diffusées en direct par des chaînes privées gratuites dans les trois régions linguistiques. Même si les chiffres précis des audiences ne sont pas disponibles, on peut partir du principe que le nombre total de consommateurs de hockey à la TV n'a jamais été aussi élevé.

epaselect epa11050610 Davos' Enzo Corvi celebrate with the trophy after winning the final game between Switzerland's HC Davos and HC Dynamo Pardubice, at the 95th Spengler Cup ice hockey tou ...
Le sacre du HC Davos lors de la dernière Coupe Spengler a été retransmis sur les chaînes TV nationales publiques.Image: keystone

Cette présence télévisuelle globale sur tous les canaux est l'un des secrets de la popularité de la National League. De plus, les images TV produites par la SSR – qui a certes perdu les droits de retransmission en direct du championnat, mais a conservé le mandat de production – sont de la plus haute qualité.

Cette évolution devrait se poursuivre au moins jusqu'à l'expiration des contrats de télévision actuels dans trois ans et jusqu'au retour de la KHL dans le hockey mondial. Le boom de notre première division ne signifie pas que tout va pour le mieux dans le hockey suisse. Mais ce n'est de toute façon jamais le cas: ce sport se caractérise justement par son dynamisme et sa recherche constante de solutions pour améliorer la situation.

C'est ce qui a permis à notre hockey national – une opérette il y a 40 ans – de devenir compétitif au niveau international, tant au niveau des clubs que des équipes nationales. On peut désormais penser et espérer que l'aberration actuelle du nombre d'étrangers (l'augmentation de 4 à 6) sera corrigée à moyen terme et que la structure inférieure (Swiss League, MyHockey League) sera retravaillée avec le retour du système de promotions et relégations.

Adaptation en français: Yoann Graber

Alexeï Navalny (1976-2004)
1 / 12
Alexeï Navalny (1976-2024)
Navalny assiste à une audience au tribunal de la ville de Moscou, à Moscou, Russie, le 30 mars 2017.
source: sda / sergei ilnitsky
partager sur Facebookpartager sur X
Il arrête des dealers déguisés en ours en peluche
Video: watson
Plus d'articles sur le sport
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Christian Dubé devrait être viré
Après l'échec dramatique de Fribourg-Gottéron en demi-finale des play-off contre Lausanne (1-4), on pourrait logiquement s'attendre à ce que son coach soit licencié. Mais Dubé n'est pas un entraîneur comme les autres chez les Dragons.

Aucune autre personnalité n'a autant influencé le département sportif d'un club de Ligue Nationale au cours des dix dernières années que Christian Dubé. Il est arrivé à Fribourg en 2012 en tant que joueur à licence suisse. Depuis 2015, il dirige le département sportif en tant que directeur sportif et, depuis le 4 octobre 2019, également en tant qu'entraîneur en chef. Durant sa période en tant que directeur sportif et entraîneur, il n'a gagné que deux séries de play-off.

L’article