Sport
Hockey sur glace

HC Bienne: un changement de style radical avec Matikainen

Biel?s head coach Petri Matikainen reacts during the Champions Hockey League match between Switzerland's EHC Biel-Bienne and Slovakia?s HC Kosice, at the Tissot Arena, in Biel, Schweiz, Thursday, ...
Petri Matikainen, nouveau coach du HC Bienne.Keystone

Bienne chasse ses états d'âme avec un changement de style radical

Le HC Bienne est passé à une victoire du titre nationale. Il n'avait pas volé aussi haut depuis 40 ans et il a de bonnes raisons d'avoir un peu le vertige.
11.09.2023, 06:03
Klaus Zaugg
Klaus Zaugg
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Il manquait si peu. La défaite dans le septième match de la finale, c'était comme se réveiller d'un beau rêve. C'était la fin de ce qui est probablement la semaine la plus dramatique et la plus mouvementée de l'histoire récente du sport biennois. Les joueurs ont tout donné. Aussi pour offrir à leur entraîneur une sortie triomphale: Antti Törmänen est atteint d'un cancer pour la deuxième fois et doit renoncer à son poste. Il façonnait le hockey biennois depuis le 11 décembre 2017 et, désormais, une nouvelle ère commence.

Le club

Il est possible, mais pas certain, que Bienne parvienne à relever cet immense défi. Le directeur sportif Martin Steinegger n'a perdu aucun de ses meilleurs joueurs sur le marché des transferts; mais il n'a pas non plus engagé de mâles alpha capables de bousculer la hiérarchie. Peut-être que cette équipe peut encore se surpasser. Mais après sa meilleure saison depuis 40 ans, il y a de quoi avoir le vertige: les attentes sont encore plus élevées. Le fardeau supplémentaire de la Ligue des champions ne doit pas être sous-estimé.

ARCHIVBILD ZUM INTERVIEW MIT MARTIN STEINEGGER --- Martin Steinegger, Sportchef, waehrend der Vorsaison-MK des EHC Biel, am Montag, 24. August 2015, in der Tissot Arena in Biel. (KEYSTONE/Marcel Bieri ...
Martin Steinegger.Keystone

Le successeur d'Antti Törmänen, Petri Matikainen, a certainement la tâche la plus difficile de la ligue: il ne remplace pas un entraîneur en échec ou licencié mais succède au contraire à une figure éminemment respectée. Avec intransigeance et humanité, Törmänen a construit l'une des cultures de la performance les plus étonnantes de notre hockey. Il a imposé les exigences les plus élevées tout en préservant une approche romantique du hockey dans un environnement presque familial. Comment le nouvel entraîneur s’adaptera-t-il à cet environnement?

Petri Matikainen a été gendarme en Finlande après une solide carrière de joueur (1999) avant de revenir au hockey sur glace en tant qu'entraîneur (2003). En Finlande, on raconte que dans ses jeunes années, il lui arrivait de se défouler dans le vestiaire avec une tronçonneuse. Un policier à la place d'un psychologue: le changement de style ne pouvait pas être plus radical.

Et pourtant, c'est peut-être exactement ce dont les Biennois ont besoin pour évacuer la déception de leur finale perdue au dernier acte, voler à nouveau haut et chasser le vertige: un changement de style extrême. De toute façon, il n’y aura pas de prochain Antti Törmänen. Il serait impossible de le copier.

L'entraîneur

L'entraîneur de rêve de Martin Steinegger était Tommi Niemelä, mais Lahti n'a pas accepté de résilier son contrat. C'est ainsi que débarque Petri Matikainen, qui a beaucoup voyagé avec des expériences en Finlande, en Russie et plus récemment en Autriche (cinq ans), où il a remporté deux championnats avec Klagenfurt.

Son arrivée change tout. Pas nécessairement en termes de philosophie de jeu. Mais dans le style de leadership. Considéré comme une tête brûlée dès son plus jeune âge, Matikainen a été renvoyé aux vestiaires lors d'un match entre Helsingfors et Lahti en 2011. Les arbitres ont dû calmer la situation avec 465 minutes de pénalité. Il est pourtant devenu à deux reprises entraîneur de l'année en Finlande. Son contrat à Klagenfurt était valable jusqu'en 2024 et a été résilié en avril «d'un commun accord».

Biel?s head coach Petri Matikainen reacts during the Champions Hockey League match between Switzerland's EHC Biel-Bienne and Slovakia?s HC Kosice, at the Tissot Arena, in Biel, Schweiz, Thursday, ...
Petri Matikainen.Keystone

Le risque d'une résiliation de contrat prématurée est également considérable à Bienne: Martin Steinegger a certes l'habitude de soutenir ses entraîneurs en les conseillant utilement; mais dans la méthode Matikainen, il n'y a guère de place pour la diplomatie et les compromis. On serait plutôt sur le principe «my way or the highway».

Les joueurs ne devront pas se plaindre si ce style ne leur convient pas: lorsque Martin Steinegger, à la recherche d'un nouvel entraîneur, a également auditionné Christian Wohlwend, et qu'il en est ressorti avec une bonne impression, les joueurs ont téléphoné tard dans la nuit pour empêcher l'arrivée de cet entraîneur. Ils ne savaient tout simplement pas que la version finlandaise épicée de Wohlwend deviendrait leur nouveau patron.

Les forces et faiblesses

Harri Säteri et Joren van Pottelberghe forment le meilleur duo de gardiens de la ligue.
D'Antti Törmänen à Petri Matikainen, le changement de style le plus radical depuis la renaissance de 2008. Avec un haut potentiel de scandales.
Un management compétent à tous les niveaux (le conseil d'administration, le manager Daniel Villard, le directeur sportif Martin Steinegger), capable de faire face en toute confiance à des attentes élevées, à des situations critiques et à un changement de style radical.
L'âge et l'exposition aux blessures de certains cadres (8 joueurs clés ont 30 ans ou plus). Ces facteurs de risque sont de surcroît accrus par le stress supplémentaire de la Ligue des champions.
Tellement de talent et d'expérience que, dans un bon soir, il existe une solution ludique à tous les défis offensifs et défensifs.
Plus de 15 contrats arrivent à échéance et représentent un risque important pour le renouvellement de l'équipe. Ce qui donne au directeur sportif une marge de manoeuvre importante, mais aussi davantage de nuits blanches.

Pronostic

Chaque saison, un «gros» a des ennuis. Bienne a volé plus haut que jamais la saison dernière, il a été numéro 1 cantonal pour la première fois depuis la renaissance de 2008 (devant le SCB en qualifications et en séries éliminatoires) et il est devenu une équipe qui compte. Mais Bienne présente tous les symptômes d'un prétendant à la désillusion: de nombreux joueurs clés en fin de carrière et sujets aux blessures, un changement de style extrême au poste d'entraîneur et la nécessité de rafraîchir l'équipe à une époque d'attentes élevées.

Bienne's players with PostFinance Top Scorer Toni Rajala, left, show their disappointment after losing the seventh and final leg of the ice hockey National League Swiss Championship final playoff ...
Que restera-t-il de la déception du titre perdu à la dernière journée?Image: PostFinance

Ce mélange est récemment devenu fatal au SCB. Il serait présomptueux d’espérer à nouveau la deuxième place et la finale pour le HC Bienne. Le pessimiste voit une équipe ébranlée par sa défaite en finale, qui aura du mal à atteindre les séries éliminatoires. L'optimiste fait confiance à la passion des romantiques du hockey et à la compétence des dirigeants. Bienne ne traversera pas la saison sans turbulences et se retrouvera juste dans la première moitié du classement. Mais il n’est pas tout à fait certain que le même entraîneur sera à la bande au début et à la fin de la saison.

Pronostic: 7e

Le calendrier et l'effectif du HC Bienne sur le site ehcb.ch/fr/
Une moto lui roule dessus: ce pilote a eu la peur de sa vie
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pas d'Euro pour Courtois ++ La Nati rassure sur Shaqiri
Elles sont là, elles sont fraîches! Les infos sportives à ne pas rater.
L’article