DE | FR
Sandy Maendly pose avec son premier grand trophée individuel.
Sandy Maendly pose avec son premier grand trophée individuel.photo: keystone
Interview

Voici Sandy Maendly – la meilleure footballeuse de la ligue suisse

Sandy Maendly a été élue meilleure joueuse de la plus haute ligue de football féminine en Suisse. La milieu de terrain de 33 ans a guidé les Genevoises vers le premier sacre de champion de Suisse de l'histoire du club.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
02.02.2022, 08:0510.03.2022, 09:26
présenté par
Branding Box
Aya Baalbaki
Aya Baalbaki
Suivez-moi

L'internationale aux 81 sélections en équipe de Suisse a également joué un rôle clé dans la première qualification de son équipe pour la phase de poules de la Ligue des champions. Sandy Maendly raccrochera ses crampons à la fin de la saison, mais elle a encore l'Euro en Angleterre (du 6 au 31 juillet) dans le viseur.

Félicitations pour votre trophée! Aucune autre joueuse ne méritait davantage cette distinction que vous.
Sandy Maendly: Merci beaucoup. Je ne vois pas ça tout à fait comme ça. Il y avait beaucoup d'autres joueuses qui auraient mérité ce titre. Je n'ai jamais été une joueuse qui rafle des prix. Mais je suis bien sûr aux anges d'avoir été récompensée!

Sandy Maendly en action.
Sandy Maendly en action. photo: keystone

Justement, à quel point vous attendiez-vous à recevoir cette distinction?
Je ne m'y attendais pas tant que ça en fait, car tout est arrivé très vite. J'ai d'abord été surprise de me retrouver parmi les trois dernières candidates. J'ai ensuite eu beaucoup d'autres choses en tête dont je devais m'occuper. Et tout à coup, j'ai reçu le prix, grâce à ma formidable équipe et au club.

Nous retrouvons tout de suite la footballeuse de l'année, mais avant cela, une courte interruption publicitaire:

Tu aimes les success stories?
Alors tu devrais t'intéresser de plus près au football féminin suisse! En tant que partenaire de la plus haute ligue féminine de Suisse, AXA s'engage avec beaucoup de passion et de motivation pour que le football féminin obtienne la reconnaissance qu'il mérite. Toi aussi, laisse-toi enthousiasmer!
Tu en apprendras plus sur cet engagement ici >>
GIF animé
Image de promotion

Revenons maintenant à l'interview...

Vous mettrez un terme à votre carrière à la fin de la saison. Comment pourrait-on vous convaincre de continuer?
(rires) J'ai toujours pensé qu'il devait être difficile de prendre une telle décision. Si on ne s'était pas qualifiées pour l'Euro 2022 avec l'équipe nationale, j'aurais déjà arrêté l'an dernier. Pour être honnête, je dois admettre que l'année dernière, je n'aurais pas été prête à 100% à raccrocher les crampons. Aujourd'hui, je me sens beaucoup plus à l'aise avec cette décision et je profite de chaque seconde passée sur le terrain.

Comment vous êtes-vous rendu compte que le moment était venu d'arrêter votre carrière?
C'est quelque chose que l'on remarque physiquement et mentalement. Il y a des joueuses qui continuent, même si elles ne se sentent pas à 100% de leur forme. Ce n'est pas mon cas. Il faut beaucoup de facteurs pour rester en pleine forme. Je ne me sens plus aussi fraîche qu'avant. Les douleurs après un jour de match durent plus longtemps. Avec le temps, c'est très usant. La nutrition et la récupération jouent un rôle essentiel pour moi. Miser sur ces points-là me permet d'être plus compétitive.

Avec le recul, y a-t-il quelque chose que vous changeriez à votre carrière?
Non, pas vraiment. J'ai le sentiment que tout s'est déroulé comme je l'avais imaginé. Aujourd'hui, je peux encore assumer chaque décision que j'ai prise. Avec le recul, je pense simplement que je ferais davantage attention à ma santé si j'étais une jeune joueuse. Je n'ai pas toujours été aussi consciente qu'aujourd'hui de l'importance de mon corps. Si je l'avais été, j'aurais pu éviter l'une ou l'autre blessure.

A quoi ressemblera votre après-carrière?
J'espère que je pourrai continuer à soutenir et à faire progresser le football féminin. C'est mon souhait le plus cher. Pas en tant que coach, cela me prendrait trop de temps. J'aimerais d'abord prendre mes distances avec le terrain et aider d'une autre manière. Mais je possède le diplôme d'entraîneur et cette option me sera donc toujours ouverte.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux jeunes footballeuses suisses qui représentent l'avenir?
Elles doivent toujours croire en elles et comprendre que rien n'est jamais acquis. Les infrastructures actuelles sont de plus en plus performantes. Les joueuses doivent en profiter. Il est important qu'elles ne se reposent jamais sur leurs lauriers et qu'elles continuent de se battre.

En dehors du football, quel rêve souhaitez-vous réaliser?
Voyager dans le camping-car que j'ai transformé moi-même. C'est ça, mon plus grand rêve.

Le talent doit être soutenu
L'histoire de Sandy Maendly montre que le travail acharné finit par payer – c'est pourquoi les talents comme elle doivent être encouragés. Avec son message «Know You Can», AXA accompagne les joueuses de l’élite suisse dans la réalisation de leurs souhaits et objectifs. Viens prendre du plaisir avec nous en vivant de grands moments de football!
Tu en apprendras plus sur cet engagement ici >>
GIF animé
Image de promotion

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Tout ce bordel pour quatre ou cinq Russes exclus de Wimbledon»
Défendre leurs collègues russes ou leurs points ATP, les camarades ont choisi. Reportage dans les coulisses de Roland-Garros où les conflits d’intérêts se règlent à coups de piques.

Cette année, ils sont un peu tous pareil. Ils n’ont jamais eu autant envie de changer de trottoir, histoire d’éviter les sujets qui fâchent. Malheureusement, il n’y a pas de trottoirs à Roland-Garros, juste des personnalités incontournables.

L’article