ciel couvert
DE | FR
Sport
Jeux olympiques

Alan Frei, magnat du sex-toy qui veut faire les JO en curling

Le Zurichois Alan Frei a fait fortune grâce à la vente de sex-toys et veut maintenant participer aux JO.
Le Zurichois Alan Frei a fait fortune grâce à la vente de sex-toys et veut maintenant participer aux JO. image: Alex Spichale/keystone

Ex-obèse et vendeur de sex-toys, ce Suisse rêve de faire les prochains JO

Fauché en 2014, Alan Frei est devenu millionnaire en vendant des vibromasseurs. Le Zurichois a désormais une lubie: participer aux JO d'hiver de 2026 en Italie comme curleur avec... les Philippines. Une histoire folle qui n'a rien à envier au célèbre film Rasta Rockett.
04.12.2023, 18:50
Simon Häring / ch media
Plus de «Sport»

Il a vendu du papier toilette sans rouleau de carton, a créé une plateforme pour numériser la mort, a voulu écouler une eau-de-vie saveur mangue et a lancé un portail de soutien scolaire. Alan Frei (41 ans) a tout essayé pour réussir en tant qu'entrepreneur. Rien n'a fonctionné. Il a fondé huit entreprises qui ont toutes fermé et a eu cinquante idées commerciales qui ont foiré. Au début de la trentaine, le Zurichois n'avait plus un centime sur son compte en banque. Aujourd'hui, sur son smartphone, il tient encore sa liste personnelle d'échecs.

Lorsqu'il est arrivé avec sa 51e idée, ses amis ont simplement levé les yeux au ciel. Frei venait de leur dire:

«Maintenant, je vais vendre des vibromasseurs»

Un coup de maître. En 2014, il fonde avec son compère Lukas Speiser le site «Amorana.ch», une boutique érotique en ligne. Leur idée phare: offrir aux recrues de l'armée suisse la possibilité d'envoyer à leur copine ou femme à la maison des «paquets de nourriture» contenant des petites surprises, en l'occurence des jouets sexuels (sex-toys). Le média 20 Minuten en fait un article, les commandes explosent. En 2020, Frei vend Amorana au fabricant britannique de sex-toys Lovehoney.

En vendant des sex-toys, Alan Frei a gagné beaucoup d'argent.
En vendant des sex-toys, Alan Frei a gagné beaucoup d'argent.image: Alex Spichale

Le quadragénaire ne révèle pas combien cette affaire lui a rapporté. Mais c'est tellement énorme qu'il a pu vivre pendant deux ans et demi dans un hôtel zurichois et n'a plus aucun problème d'argent. Les experts du secteur estiment qu'il a empoché plusieurs millions de francs. Ce qu'il reste de cette expérience, en plus de l'argent: un surnom improbable («Dildo-Alan»), une volonté de création irrépressible et une tête pleine d'idées.

Perte de poids et contacts improbables

Lorsqu'il vend Amorana, Alan Frei atteint son apogée comme entrepreneur jusqu'à maintenant. Mais physiquement, il touche le fond: la balance affiche 102 kg à la fin de l'année dernière. C'est trop. Mais avec son esprit d'initiative, le Zurichois y voit une opportunité. Son crédo? «From obese to the Olympics» (en français: «D'obèse aux Jeux olympiques»). Depuis, il en a fait un véritable objectif. Une lubie, même.

«J'entrerai dans ce stade en 2026 à Milan en tant que participant aux Jeux olympiques d'hiver. A tout prix»

C'est hors de question d'y représenter la Suisse, la concurrence y étant trop rude. Alors Alan Frei souhaite porter les couleurs des Philippines, un pays d'Asie du Sud-Est d'où vient sa mère et dont il a le passeport depuis quinze années. Autant dire que la compétition pour être sélectionné y est nettement moins acharnée.

Déterminé, le Zurichois charge un bureau d'avocats d'évaluer la discipline dans laquelle il a les meilleures chances. La réponse? Le ski de fond, le biathlon ou le ski alpin. Mais voilà, en ski alpin, les Philippines ont déjà Asa Miller, qui a représenté le pays deux fois aux JO. Frei ne veut pas lui disputer la place. Et le ski de fond? Le quadra balaie l'idée: «Je suis plus souvent au sol, dans la neige, que sur mes lattes», se marre-t-il.

Alan Frei s'entraîne quatre fois par semaine au centre de curling de Baden (AG).
Alan Frei s'entraîne quatre fois par semaine au centre de curling de Baden (AG). IMAGE: Sandra Ardizzone

Alan Frei ne rêve pas qu'en silence de Jeux olympiques, et c'est sa chance. Son objectif arrive aux oreilles de Christian Haller. Ce curleur de bon niveau, basé à Zurich, est lui aussi moitié Philippin. Et il veut également participer aux Jeux olympiques. Haller connaît deux frères dans l'Emmental (BE), Marc et Enrico Pfister, qui ont déjà participé à des championnats du monde et qui possèdent eux aussi des racines dans ce pays insulaire de 100 millions d'habitants. Mais à côté de Christian Haller et des frangins Pfister, qui donc pourrait compléter le quatuor?

Alan Frei, bien sûr! Et pourtant, l'entrepreneur n'avait jamais joué au curling jusqu'à avril de cette année... Peu importe, il est prêt à relever ce nouveau défi.

«Je leur ai promis que cette équipe serait la mieux sponsorisée et que je m'entraînerais dur. C'est là qu'ils ont compris que je ne plaisantais pas»
Alan Frei

Coach pro et passeports express

Depuis, l'ex-vendeur de sex-toys investit trois à quatre heures par jour dans le sport. Cardio et musculation le matin, curling l'après-midi. Il ne ménage ni ses efforts ni ses dépenses. Avec Marcel Käufeler, il a engagé un ancien vice-champion d'Europe comme entraîneur.

C'est en juin que l'équipe des Philippines de curling s'est rencontrée pour la première fois. De gauche à droite: Enrico Pfister, Marc Pfister, Alan Frei et Christian Haller.
C'est en juin que l'équipe des Philippines de curling s'est rencontrée pour la première fois. De gauche à droite: Enrico Pfister, Marc Pfister, Alan Frei et Christian Haller. image: dr

Frei ne voit ses coéquipiers que tous les deux mois. Avec du recul, cette folle et cocasse aventure le fait marrer.

«Dans notre équipe de curling, il y a deux demi Philippins de l'Emmental. L'un bosse dans la démolition, l'autre est électricien. Le troisième joueur travaille à la Banque cantonale zurichoise. Et moi, j'ai vendu des vibromasseurs. On dirait le commencement d'une blague!»

Et pourtant, Frei n'est pas là pour plaisanter. Une fois le quatuor formé, il organise rapidement des passeports philippins pour les frères Pfister. Il fonde la fédération philippine de curling et veille à ce qu'elle soit acceptée par le comité olympique national. Parallèlement, il s'entraîne rigoureusement. Le Zurichois a déjà perdu 20 kilos.

En le regardant jouer ses pierres au Curling Center de Baden (AG), on n'a pas l'impression de voir un débutant. Mais c'est une autre paire de manches avec le balai. Il le reconnaît: c'est son grand point faible.

Débuts laborieux et aucun plan B

Comment a-t-il vécu sa première fois sur la glace? «C'était sacrément glissant et froid», rigole Alan Frei. Au début, il n'avait «aucun plaisir» à jouer au curling.

«Mais désormais, je m'amuse énormément. Quand je m'entraîne, je suis la personne la plus heureuse du monde»

Selon lui, le curling est un jeu très intéressant, tant sur le plan physique que mental et stratégique.

Le balayage est encore le point faible d'Alan Frei.
Le balayage est encore le point faible d'Alan Frei. image: Sandra Ardizzone

Cet automne, les événements se sont enchaînés. Mi-septembre, les Philippines sont admises au sein de la Fédération internationale. Début octobre, Frei et ses compères jouent pour la première fois un tournoi du World Tour à Prague. Les grands débuts du Zurichois sont laborieux, c'est le moins qu'on puisse dire. «Ma première pierre était dans le décor. La deuxième aussi», rembobine-t-il. Et en balayant, il tombe sur la glace. Mais Alan Frei parvient finalement à mettre sa nervosité de côté, les Philippines se qualifient pour la finale et finissent deuxièmes.

En tant qu'entrepreneur, le quadragénaire est un homme d'action. Mais dans son équipe, composée de trois curleurs talentueux, il joue un tout autre rôle. «Je ne peux pas gagner un match à moi seul. Et si mes pierres sont mauvaises, mes coéquipiers doivent ensuite jouer des coups plus difficiles». Autrement dit: Frei doit limiter les dégâts.

«Et je dois balayer et faire trois ou quatre remarques par match pour mettre l'ambiance»

Pour les Philippines, le chemin vers les JO passera par les Jeux pan-continentaux l'an prochain. Chaque équipe y cherchera à se qualifier pour les championnats du monde. Fin octobre, Alan Frei et ses compères ont atteint la finale à Kelowna, au Canada. Ils se sont inclinés face à la Chine, présente à ce niveau uniquement parce qu'elle n'a pas pu concourir pendant la pandémie de coronavirus.

Une circonstance malheureuse, mais Alan Frei, les frères Pfister et Christian Haller ont encore le temps de réaliser leur rêve de participer aux Jeux olympiques 2026. Pour cela, ils doivent donc remporter ces «Pan Continental Games» à l'automne 2024. L'ancien magnat du sex-toy se montre plutôt confiant:

«Au début, nos chances d'y arriver étaient inférieures à 1%. Aujourd'hui, je les estime à 25%»

Et s'il échoue, comme cela a été le cas la plupart du temps dans sa vie professionnelle? «Je ne me pose pas cette question. Même en tant qu'entrepreneur, je n'ai jamais eu de plan B». Alan Frei a simplement eu un plan A autant de fois que nécessaire, jusqu'à ce qu'il réussisse. La qualification olympique avec les Philippines en curling serait assurément un très gros coup.

Adaptation en français: Yoann Graber

Voici à quoi pourrait ressembler la Suisse en 2085
1 / 10
Voici à quoi pourrait ressembler la Suisse en 2085
partager sur Facebookpartager sur X
Andrea Bocelli fait pleurer Roger Federer
Video: watson
Plus d'articles sur le sport
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Tadej Pogacar triomphe sur les Strade Bianche
Le Slovène (25 ans) a réalisé un festival samedi sur la mythique course toscane, qu'il remporte une deuxième fois après 2022. Une victoire après 80 km d'échappée en solitaire.

Tadej Pogacar a remporté ce samedi les Strade Bianche, mythique course cycliste en Toscane. Le Slovène, arrivé en solitaire à Sienne avec près de trois minutes d'avance sur son premier poursuivant (Tom Skujins), signe le doublé après sa victoire en 2022.

L’article