larges éclaircies
DE | FR
Sport
Jeux olympiques

J0 2024: le CIO autorise les Russes et Bélarusses à participer

epa08889979 (FILE) - The Olympic flag (L) and the Russian flag (R) fly during the closing ceremony of the Sochi 2014 Olympic Games at Fisht Olympic Stadium in Sochi, Russia, 23 February 2014 (re-issue ...
Les athlètes russes et bélarusses pourront participer aux JO 2024 de Paris, mais à certaines conditions.Image: keystone

Les Russes aux JO: le CIO prend une décision qui va faire débat

Le Comité international olympique (CIO) a décidé vendredi de réintégrer les athlètes russes et bélarusses aux Jeux olympiques dès 2024 à Paris, mais à titre individuel et sous bannière neutre.
08.12.2023, 16:3809.12.2023, 10:06
Plus de «Sport»

Le Comité international olympique a autorisé vendredi les sportifs russes et bélarusses à participer sous bannière neutre aux JO 2024 de Paris. Cette décision ne concerne pas les épreuves par équipes et les athlètes ne doivent pas avoir activement soutenu l'invasion russe de l'Ukraine.

Seuls onze «athlètes individuels neutres» se sont pour l'instant qualifiés pour la compétition, soit huit Russes et trois Bélarusses, a précisé le CIO dans un communiqué, contre une soixantaine de sportifs ukrainiens.

La question est cruciale puisque la crainte de voir une délégation ukrainienne absente ou très affaiblie à Paris a longtemps inquiété l'instance olympique, et aurait rendu politiquement plus délicate encore la présence de sportifs russes, même sans hymne ni drapeau.

Après avoir banni Russes et Bélarusses du sport mondial fin février 2022, dans la foulée de l'invasion russe de l'Ukraine, le CIO a donc raisonné en deux temps pour organiser leur retour, expliquant à maintes reprises que les sportifs ne devaient pas «payer» pour les actions de leur gouvernement.

Assouplissement ukrainien

En mars dernier, l'organisation olympique a d'abord recommandé aux fédérations internationales de réintégrer les Russes et Bélarusses sous bannière neutre à leurs compétitions, tout en repoussant «à un moment approprié» sa décision sur les JO 2024 de Paris comme sur les JO 2026 de Milan-Cortina.

L'instance olympique s'est donné le temps d'évaluer le déroulement des compétitions, jugé globalement satisfaisant, et de voir évoluer la position du gouvernement ukrainien, qui a d'abord imposé à ses sportifs de boycotter tout événement impliquant des Russes avant d'assouplir sa position cet été.

Notre suivi sur la guerre en Ukraine

Par ailleurs, si les fédérations internationales ont suivi cette recommandation en ordre dispersé – l'athlétisme en particulier refuse toujours de réintégrer les Russes –, le 12e Sommet olympique organisé mardi à Lausanne a débouché sur un signal clair du monde sportif.

Les représentants des fédérations internationales, des 206 comités nationaux olympiques et des athlètes ont tous réclamé une décision «rapide», pour permettre la présence à Paris du petit nombre de sportifs russes et bélarusses qui ont pu franchir l'obstacle des qualifications. Ce choix de réintégrer les sportifs de Russie et du Bélarus ne manquera pas de susciter un vif débat. (ats/yog)

Voici à quoi pourrait ressembler la Suisse en 2085
1 / 10
Voici à quoi pourrait ressembler la Suisse en 2085
partager sur Facebookpartager sur X
Il saute de 40 mètres dans de l’eau glacée
Video: watson
Plus d'articles sur le sport
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Marco Odermatt a trois bonnes raisons de ne pas solder la fin de saison
Le Nidwaldien a remporté le classement général de la Coupe du monde ce week-end. Mais il peut encore marquer les esprits.

Lâchée sous forme de plaisanterie il y a deux mois après la chute de Marco Schwarz (blessé au genou), cette phrase de Marc Girardelli sonne finalement très juste. Elle traduit tout simplement l’écrasante supériorité du Nidwaldien. Même s’il n’est pas parti aux Maldives comme l’ancien champion luxembourgeois pouvait le suggérer, Marco Odermatt a marqué bien des esprits samedi lors de la conquête de sa troisième Coupe du monde. Et ce n'est peut-être pas fini.

L’article