Sport
Jeux olympiques

JO: le chantier impossible de la piste de bob de Cortina débute

JO 2026: le chantier de l'impossible débute, l'Italie pleure ses mélèzes

La reconstruction de la piste de bob de Cortina - en vue des Jeux olympiques d'hiver de 2026 - a officiellement commencé, malgré un timing serré et la désapprobation du CIO. Entre manifestations et premiers coups de tronçonneuse, retour sur une semaine agitée dans les paisibles Dolomites.
26.02.2024, 07:5526.02.2024, 14:26
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Le chantier de reconstruction de la piste de bobsleigh de Cortina d'Ampezzo a officiellement débuté lundi 19 février. Sur place, aucun politique n'est venu déposer la première pierre, comme initialement prévu. Il faut dire que le projet est sensible.

Il a d'abord pris du retard en raison du Covid, puis de l'incertitude générale - le Comité international olympique doutant depuis le début de la nécessité d'un tel équipement. Les infrastructures sont en effet suffisantes en Europe et l'Italie a déjà laissé à l'abandon ses pistes de bobsleigh. D'abord celle de Cortina, qui doit donc être revue, mais aussi celle de Cesana, construite pour les Jeux olympiques de Turin 2006. Plus tard, personne n'a répondu aux premiers appels d'offres, compte tenu de l'exigence du chantier et de l'augmentation des coûts des matériaux.

Le bon sens voulait que les organisateurs se tournent vers un site existant. Ils y ont songé, allant s'intéresser aux pistes de Saint-Moritz en Suisse et d'Innsbruck en Autriche.

Mais devant la possible perte des épreuves, le gouvernement ultra-conservateur de Giorgia Meloni - qui prône le «Made in Italy» - a agi pour que toutes les compétitions se tiennent sur le sol national.

La construction d'une piste flambant neuve, plus «light» et moins coûteuse, a donc été actée au début du mois. Elle doit désormais sortir de terre grâce au géant du BTP Pizzarotti, qui s'est lancé dans le chantier contre 81,6 millions d'euros. La Repubblica estime toutefois qu'avec les travaux annexes, les 124 millions d'euros initiaux seront atteints.

En Italie, les critiques fusent devant autant d'argent public gaspillé. Car plus tard, l'installation pourrait elle aussi être abandonnée, en raison des coûts d'exploitation et du faible intérêt pour les sports de glisse. Pire encore, la piste risque de ne pas être prête à temps. Si les Jeux débutent désormais dans moins de deux ans, le site doit être fonctionnel et certifié dans 13 mois, pour permettre la tenue des tests events en fin de saison prochaine. Un délai difficile voire impossible à tenir selon certains experts, malgré tous les efforts mis en place.

Plusieurs médias locaux relatent que 90 Scandinaves, aptes à travailler dans le froid, ont été dépêchés. Ils seront au total entre 150 et 200 à se démener jour et nuit, sept jours sur sept, pour achever ce chantier de l'impossible.

Le projet inquiète également du point de vue environnemental. La bétonisation des Alpes dans l'unique but d'accueillir les Jeux olympiques se poursuit. Le paysage local va une fois encore être transformé. On redoute les images de Cesana Torinese, plus à l'ouest.

Une première journée marquée par une manifestation

Les travaux ont commencé timidement lundi matin dans la station de la province de Belluno en Vénétie. Il n'y avait aucune trace des travailleurs de l'entreprise Pizzarotti, ni de son sous-traitant, en charge de la mise en place des logements destinés aux ouvriers du chantier. Un premier jour de perdu.

Les politiciens, notamment Matteo Salvini, vice-président du Conseil des ministres, étaient eux aussi absents pour la pose de la première pierre symbolique. Seule Cristina Guarda, Conseillère régionale des Verts, s'est jointe à un rassemblement pacifique, organisé par plusieurs groupes de défense de l’environnement. Près de 200 personnes étaient au rendez-vous.

Des manifestants sur le site de la future piste de bob de Cortina.
Des manifestants sur le site de la future piste de bob de Cortina.Image: keystone

Les journaux italiens Il Fatto Quotidiano et La Repubblica expliquent que les autorités locales avaient anticipé les jours auparavant la fermeture de la zone - surveillée lundi par les Carabinieri et des hommes de la Digos - à l'aide de rubalise. La franchir pouvait ainsi donné lieu à une plainte pour violation de propriété privée. Une délégation a néanmoins pu approcher le tracé de la piste. Si les manifestants ont renoncé à s'attacher aux arbres, ils pourraient néanmoins tenter plus tard de ralentir l'avancée des travaux, même si les groupes semblent désormais résignés. Ceci rendrait en tout cas plus difficile encore le respect des délais.

Des arbres à abattre

500 mélèzes, dont certains sont centenaires, doivent être abattus pour permettre la reconstruction de la piste de bobsleigh. De quoi indigner de nombreux Italiens. Car si l'abattage de ses arbres est courant, afin de permettre à la forêt de se régénérer, et pour la qualité du bois de mélèze, utilisé à des fins de construction, cette coupe est destinée à faire naître une infrastructure contestée.

Les travaux ont été confiés à l'entreprise de Luca Ghedina. Le frère de Kristian, vice-champion du monde de descente et vainqueur de 13 épreuves de Coupe du monde, dont Kitzbühel. L'homme est connu pour avoir fièrement poursuivi une meute de loups avec sa Jeep.

Coïncidence ou non, les premiers coups de tronçonneuse ont été donnés mercredi, le jour où le Comité international olympique se rendait à Cortina, dans le but de contrôler l'avancée des différents chantiers.
«Je suis un mélèze beau et sain. Ne me coupez pas pour construire une piste de bob», pouvait-on lire cette semaine sur certains arbres à Cortina.
«Je suis un mélèze beau et sain. Ne me coupez pas pour construire une piste de bob», pouvait-on lire cette semaine sur certains arbres à Cortina.Image: keystone

L'abattage s'est fait au son d'un violoncelle. Celui du maestro Mario Brunello, qui a souhaité «donner une voix à ses arbres, exprimer un appel à la pitié, au moment où nous avons besoin de leur aide pour la planète», relate La Stampa. Installé devant un mélèze jonchant le sol, dans un décor où la neige n'est pas abondante, le musicien s'est fendu de quelques notes, massivement partagées par les médias italiens.

Le Comité international olympique a quitté l'Italie vendredi. Les membres de la commission de coordination, venus contrôler les installations, ont ponctué la semaine par une conférence de presse. Ils réitèrent leur inquiétude concernant la construction de la piste de bob de Cortina.

Alexeï Navalny (1976-2024)
1 / 12
Alexeï Navalny (1976-2024)
Navalny assiste à une audience au tribunal de la ville de Moscou, à Moscou, Russie, le 30 mars 2017.
source: sda / sergei ilnitsky
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pius Suter et Vancouver victorieux ++ Les Lakers en play-off
Elles sont là, elles sont fraîches! Les infos sportives à ne pas rater.
L’article