DE | FR
Kim Meylemans ne peut actuellement s'entraîner que de manière ponctuelle.
Kim Meylemans ne peut actuellement s'entraîner que de manière ponctuelle.image: keystone
Pékin 2022

«Je ne sais pas si je peux survivre à ça»: une Belge appelle à l'aide

Une sportive belge, testée positive au Covid-19 en arrivant en Chine, vit un véritable calvaire. Son appel à l'aide sur Instagram a été entendu.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
03.02.2022, 10:4503.02.2022, 11:16

Les Jeux olympiques de Pékin sont soumis à un régime sanitaire très strict. Kim Meylemans en a fait l'expérience. La skeletoneuse belge a été testée positive à son arrivée en Chine. Par la suite, trois autres tests PCR se sont révélés négatifs, mais elle n'a pas été autorisée à entrer dans le village olympique. Au lieu de cela, l'athlète a été transférée dans un centre d'hébergement dédié à l'isolement des cas positifs.

C'en est trop pour la Belge, qui s'est alors adressée, en larmes, à ses followers via Instagram:

«Je dois maintenant rester ici sept jours de plus et passer deux tests PCR par jour et je ne dois pas avoir de contact avec d'autres personnes.»

La jeune femme de 25 ans a expliqué qu'elle était certes autorisée à s'entraîner, mais uniquement en étant isolée. Il n'est pas certain qu'elle puisse un jour se rendre au village olympique. «C'est évidemment très difficile pour moi», a déclaré Meylemans, qui a laissé son avenir en suspens:

«Donnez-moi un peu de temps pour réfléchir aux prochaines étapes, car je ne sais pas si je peux supporter quatorze jours supplémentaires et les Jeux en isolement.»

Une bonne nouvelle!

L'appel à l'aide de Meyleman sur Instagram a eu un effet. La Belge a non seulement reçu beaucoup de soutien de la part de ses partisans, mais le Comité Olympique Belge (Boic) et le Comité International Olympique se sont également impliqués.

La sportive a donc été amenée au village olympique peu de temps après son coup d'éclat. Là, elle «continuera d'être surveillée dans la cadre de la politique de surveillance des contacts étroits», a déclaré le Boic dans un communiqué. De plus, elle n'est toujours autorisée à s'entraîner que de manière isolée. (dab/adapté de l'allemand par jah)

Bouffe, lit en carton, vue, le village olympique, c'est pas si pire

Plus d'articles sur les Jeux olympiques de Pékin

Aux JO, la restauration sera entièrement assurée par des robots

Link zum Artikel

Les JO font peur: le traçage y sera extrême et les quarantaines terribles

Link zum Artikel

21 jours de quarantaine avant les JO? Zéro souci pour Patrizia Kummer

Link zum Artikel

Pourquoi les Jeux de Pékin auront lieu à tout prix, Omicron ou pas

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le football suisse a encore inventé une formule hallucinogène
Les représentants des clubs ont voté l'introduction des play-off en Super League dès la saison 2023/2024. Un vieux fantasme pour rendre la compétition excitante; mais elle n’en deviendra que plus grotesque.

Ce n’est pas la première fois que le football suisse tente d’acquérir par des subterfuges ce que les meilleurs championnats obtiennent par la force de l’habitude: l'intérêt du public.

L’article