Sport
Pékin 2022

Le concours mixte du saut à ski olympique tourne au tragi-comique

Pékin 2022

Le concours mixte du saut à ski olympique tourne au tragi-comique

Sara Takanashi, en larmes dans l'aire d'arrivée, a été disqualifiée à cause de sa tenue.
Sara Takanashi, en larmes dans l'aire d'arrivée, a été disqualifiée à cause de sa tenue.Image: Keystone
L'exclusion de cinq participantes à cause de leur tenue a laissé plusieurs nations de tête (Japon, Allemagne, Norvège) sur le carreau. Une polémique qui risque de voler la vedette au vainqueur de la compétition, la Slovénie.
08.02.2022, 06:4508.02.2022, 17:43
Plus de «Sport»

Le premier concours de saut à ski par équipes mixtes de l'histoire des Jeux olympiques a déclenché une vive polémique. Et pour cause. Cinq participantes ont été disqualifiées pour avoir porté une tenue trop ample, censée leur donner un avantage lorsqu'elles sont dans les airs.

Le problème, c'est que ces disqualifications ont complètement faussé la compétition, remportée par la Slovénie, estime Eurosport. Si les vainqueurs slovènes n'ont pas démérité, l'absence de nombreuses nations favorites pour le titre risque de longtemps faire jaser.

Dès le premier saut, la Japonaise Sara Takanashi a été disqualifiée, suivie par l’Autrichienne Daniela Iraschko-Stolz, l’Allemande Katharina Althaus et les Norvégiennes Anna Odine Stroem et Silje Opseth.

«Détruire le saut à ski féminin»

«J'ai été contrôlée si souvent en onze ans de saut à ski et je n'ai jamais été disqualifiée une seule fois, je sais que ma combinaison était conforme», s'est ensuite défendue Katharina Althaus, qui a accusé la Fédération internationale de ski:

«La FIS a tout détruit avec cette opération. Je trouve qu'ils ont détruit le saut à ski féminin. Je ne sais pas ce qu'ils cherchent à faire»

Attendu comme un des moments forts de ces Jeux de Pékin, l'événement a donc tourné au tragi-comique. De bout en bout, ce concours aura été marqué par l'étonnement, l'indignation jusqu'au ridicule, résume Eurosport.

Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi les soupçons de dopage s'intensifient sur le Tour de France
Le dopage au mois de juillet, c'est un marronnier. Si cette thématique revient chaque été au moment de la plus grande course cycliste au monde, suiveurs et passionnés se montrent particulièrement sceptiques en 2024. Voici pourquoi ils sont de plus en plus nombreux à ne pas gober à un cyclisme crédible.

Entre les pratiques généralisées des années 70, les affaires retentissantes en lien avec Festina ou Lance Armstrong et les contrôles positifs à quelques jours des premières étapes, le Tour de France a trop souvent été marqué par le dopage. Il est donc logique de rester mesuré devant les performances actuelles, et de prendre parfois le temps de s'interroger. Or cette année, le ras-le-bol semble général. Beaucoup sont déboussolés par ce qu'ils voient, voire même dégoûtés. Les soupçons s'intensifient: en voici les raisons.

L’article