Sport
Rugby

Rugby: les sélectionneurs pas sur le banc mais en tribune

Le sélectionneur français Fabien Galthié dans les tribunes du Stade de France pour suivre son équipe face à la Nouvelle-Zélande, vendredi dernier.
Le sélectionneur français Fabien Galthié dans les tribunes du Stade de France pour suivre son équipe face à la Nouvelle-Zélande, vendredi dernier. image: instagram

Pourquoi les sélectionneurs de rugby ne sont jamais sur le banc

On le voit à la Coupe du monde: contrairement à beaucoup d'autres sports, les coachs des équipes nationales de rugby ne prennent pas place derrière la ligne de touche mais dans les tribunes. Ils ont des bonnes raisons.
14.09.2023, 11:15
Suivez-moi
Plus de «Sport»

En football, quand un entraîneur est envoyé en tribune, ce n'est pas un bon signe pour lui. C'est généralement la conséquence d'une expulsion à cause d'un mauvais comportement sur le banc. Et les impacts sont négatifs: le technicien ne peut plus faire passer directement ses consignes à ses joueurs et ne peut que difficilement motiver ceux-ci avec son body language et/ou sa voix. Sans compter que les palabres avec les arbitres et autres officiels deviennent impossibles. En rugby, c'est tout le contraire: les sélectionneurs préfèrent prendre place dans les gradins. Et ils ont de bonnes raisons.

Lors du match d'ouverture de la Coupe du monde vendredi entre la France et la Nouvelle-Zélande, on a par exemple vu le Français Fabien Galthié et son homologue Ian Foster confortablement installés, à côté d'une partie de leur staff, derrière un pupitre équipé d'écrans TV et de casques audio au milieu des tribunes du Stade de France. Pourtant, aucun règlement ne les oblige à se placer hors du banc.

Vision panoramique et ralentis

«Une position plus haute permet d'avoir une vision panoramique», argumente Emmanuel Descamps, ancien entraîneur du Stade Lausanne (1re division suisse). Ainsi, les coachs peuvent mieux analyser la rencontre, notamment ses aspects tactiques, ce qui est plus difficile à observer à ras le gazon. L'ex-technicien lausannois précise:

«Le sélectionneur sud-africain a pu constater, depuis les tribunes, que ses joueurs extérieurs avaient tendance à monter très rapidement dimanche face à l'Ecosse. De cette position, on peut aussi voir par exemple si les défenseurs adverses tentent de plaquer à un ou deux hommes»
Emmanuel Descamps, ex-entraîneur du Stade Lausanne

Loin de la tension et de l'agitation du bord du terrain, les sélectionneurs hauts perchés ont aussi tout le loisir (et le temps) de visionner tranquillement les ralentis ou d'effectuer des arrêts sur image, là encore à des fins tactiques.

Proximité physique et motivation

Toutefois, même s'ils peuvent communiquer avec leurs joueurs via des casques-micros, les coachs perdent la proximité physique avec leurs protégés et se privent donc de la possibilité de galvaniser ceux-ci le long de la touche. «Si un joueur n'est pas motivé pendant un match de Coupe du monde, c'est qu'il y a un sacré problème», balaie Emmanuel Descamps.

«Les encouragements des supporters leur suffisent, et il ne faut pas oublier non plus que le sélectionneur voit ses protégés avant le match et à la mi-temps»
Emmanuel Descamps

L'actuel sélectionneur de l'Australie Eddie Jones avait néanmoins émis l'idée en 2020 de se rapprocher de la pelouse à un moment précis, dans des propos rapportés par L'Equipe:

«Dans l'idéal, vous pourriez passer la première période dans la tribune pour voir tous les schémas tactiques qui se mettent en place et les modifications à faire pour la deuxième période. Cette dernière se joue beaucoup plus sur l'émotion, la faculté à aller chercher au plus profond de soi et vous auriez plus de valeur en étant au bord du terrain. Quand j'entraînais au Japon, j'ai pu le faire et vous avez clairement une influence plus grande sur votre équipe.»
Eddie Jones, sélectionneur de l'Australie
epa10803629 Wallabies coach Eddie Jones speaks to the media during a press conference as the team departs for the Rugby World Cup 2023 in France; at Sydney International Airport in Sydney, Australia,  ...
Eddie Jones (aucun lien de parenté avec Indiana, malgré les apparences).Image: keystone

Et quid de la possibilité perdue, à cause d'un éloignement du banc, de parler à l'arbitre et tenter de l'influencer? Aucune conséquence: selon le règlement de la fédération internationale, les coachs ne sont pas autorisés à communiquer avec les officiels durant les parties.

Dans des clubs de foot, les staffs recherchent la proximité avec l'arbitre👇

Des staffs à rallonge

Les sélectionneurs ont donc plus d'avantages à aller en tribune plutôt que sur le banc. D'autant que les places sur celui-ci sont limitées et que les staffs des équipes de rugby sont grands. «Il y a beaucoup d'entraîneurs spécifiques: celui des touches, des mêlées, des placages, de l'attaque ou encore du jeu au pied. Sans compter les physios et le médecin», énumère Emmanuel Descamps. Soit des profils qui, contrairement au coach principal, sont davantage utiles au bord de la pelouse que dans les gradins. «L'un d'eux peut, en plus, avoir le rôle de relais entre le sélectionneur et les joueurs pour transmettre des consignes», ajoute l'expert.

Inutile donc de vous inquiéter si vous n'apercevez pas le sélectionneur de votre équipe préférée sur le banc. Il ne s'est pas fait expulser ou n'a pas été victime d'un malaise, il a juste mis toutes les chances de son côté pour faire gagner les siens.

Un puissant séisme à touché le Maroc
1 / 10
Un puissant séisme a touché le Maroc
L'armée travaille à la récupération des corps des victimes du tremblement de terre, à Tafeghaghte, le 09 septembre 2023.
source: epa / jalal morchidi
partager sur Facebookpartager sur X
Les hippies riches du Burning Man pataugent dans la boue
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
En recrutant ce joueur, Marseille prend un gros risque
Le transfert officialisé de Mason Greenwood sur la Canebière crispe les fans et jusqu'au maire de la ville en raison de la réputation de violent du joueur.

Relaxé par la justice, Mason Greenwood traîne des (grosses) casseroles: son club formateur (Manchester United) n'en veut plus, il ne sait plus quoi en faire et le prête au plus offrant, cherchant à vendre son (vilain) joyau qui valait, rappelons-le, 178 millions en juin 2021.

L’article