assez ensoleillé
DE | FR
Sport
Rugby

Coupe du monde de rugby 2023: les Français ont le seum

France's head coach Fabien Galthie, left, and Antoine Dupont react at the end of the Rugby World Cup quarterfinal match between France and South Africa at the Stade de France in Saint-Denis, near ...
Le sélectionneur Fabien Galthié et la star des Bleus Antoine Dupont étaient dépités au coup de sifflet final.Image: keystone

Les Français ont le seum 🥴

Le XV de France est éliminé de la Coupe du monde de rugby, après sa défaite contre l’Afrique du Sud, dimanche (28-29). Depuis le coup de sifflet final, la polémique enfle autour de l’arbitrage. Mais y'a-t-il vraiment matière à scandale?
16.10.2023, 16:5416.10.2023, 21:36
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Antoine Dupont, titulaire contre l'Afrique du Sud moins d'un mois après son opération, n'est pas du genre à se plaindre. Le type, taiseux, sait souffrir en silence. Pourtant, à l'issue de son quart de finale contre les Sud'Af, il n'a pas manqué de critiquer l'arbitrage de M. O'Keeffe, le néo-zélandais aux commandes de la rencontre.

«C’est difficile pour moi d’avoir ce discours, il me tarde de revoir les images. Il y a des situations claires et évidentes qui n'ont pas été sifflées, mais je n'ai pas envie de faire l'aigri... Je ne suis pas sûr que l’arbitrage ait été au niveau de l'enjeu.»
Antoine Dupont, en conférence de presse

Si le sélectionneur Fabien Galthié n'a pas souhaité s'aventurer sur ce terrain, d'autres Français ont vite emboité le pas du capitaine Dupont, comme le centre Jonathan Danty.

«On voit à l'écran des décisions assez particulières où certaines images sont coupées. C'est particulier»
Jonathan Danty

Le Français fait surtout référence au déblayage du troisième ligne sud-africain Pieter-Steph du Toit, qu'il a subi de plein fer, au visage. Une action qui, dans d'autres rencontres, aurait pu être sanctionnée. Ou du moins, à minima, être checkée par les arbitres en charge de la vidéo.

La France a-t-elle été victime de l'arbitrage?

Un jeu rugueux, mais un arbitrage cohérent

D'autres situations prêtent à débat, comme ce placage tête contre tête d'Eben Etzebeth sur Uini Atonio. L'arbitre a sanctionné d'un carton jaune, plutôt logique étant donné les circonstances atténuantes. Mais d'autres auraient très bien pu voir rouge.

En fin de match, la France, qui poussait pour reprendre le score, a bien tenté de s'offrir une dernière pénalité, après une longue séquence de jeu au près. Là encore, certains diront que les mains baladeuses des Springboks, notamment celles de Deon Fourie, auraient pu être sifflées.

Est-ce que l'arbitre ne voulait pas décider du sort de ce match, par sa propre intervention, à un moment si crucial de la rencontre? Interrogé par L'Équipe, l'ancien arbitre international, Alexandre Ruiz, estime que M. O'Keeffe a «maintenu de la cohérence du début à la fin». Et c'est bien cela que l'on demande à l'homme en noir.

«Il est resté cohérent sur 80 minutes, permissif dans le jeu au sol où il a autorisé les plaqueurs à sortir de la zone, à dégager les mains, en leur donnant un signal. C'est quelque chose qu'il a mis en place dès la première minute en communiquant énormément.»
Alexandre Ruiz

La transformation contrée scandalise les internautes

Fait rare dans le rugby mondial, le botteur Thomas Ramos a vu l'une de ses transformations être contrée, par le Speedy Gonzales Cheslin Kolbe. Un sauvetage décisif, quand on sait que la qualification s'est jouée pour un point (28-29) et que Ramos aurait pu en inscrire deux s'il avait expédié le ballon entre les perches.

Problème, plusieurs images circulant sur les réseaux sociaux montrent l'arrière sud-africain voler le départ, et démarrer sa course avant que le Français ne déclenche la sienne. Ce qui est bien sûr interdit.

On ne dit pas que la France a perdu deux points, cette transformation - dans un angle fermé - étant de base difficile à convertir. Mais si l'arbitre avait accordé une nouvelle tentative au frappeur, personne n'aurait trouvé ça honteux.

Affirmer que la France a été victime de l'arbitrage est peut-être un peu trop gros. Il est vrai que M. O'Keeffe n'a pas fait de cadeaux aux hommes de Fabien Galthié, mais nous sommes encore loin d'un énorme scandale.

Le XV de France et ses 65 millions de fans peuvent néanmoins avoir le seum. D'abord à cause de tous ces petits détails qui auraient pu changer le cours du match, mais aussi et surtout, à cause du scénario cruel de la rencontre. Une défaite d'un point, à domicile, et des erreurs qui ont souvent coûté chères aux Bleus.

Sur les réseaux, le débat sur l'arbitrage reste en tout cas ouvert. Le spationaute Thomas Pesquet, fierté de la nation et grand passionné de rugby, a lui choisi son camp.

Et quand on le taxe de «mauvais perdant», il réplique, du tac au tac: «En plus de se faire voler, il faut se taper les mecs qui ne connaissent pas les règles». Le débat est loin d'être clos.

L'attaque du Hamas contre Israël, en images
1 / 12
L'attaque du Hamas contre Israël, en images
Des habitants de la ville d'Ashkelon, dans le sud d'Israël, évacués par la police.
source: ap / tsafrir abayov
partager sur Facebookpartager sur X
McLaren réalise un record au Grand Prix du Qatar
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les champions d’échecs ont beaucoup changé
Lors d'un tournoi à Berthoud (BE) ce mois, Ashwath Kaushik, âgé de... huit ans, est devenu le plus jeune joueur à battre un grand maître. Comme le Singapourien, les cracks de la discipline sont de plus en plus précoces, et ce n'est pas un hasard.

Mi-février, le jeune Singapourien Ashwath Kaushik, âgé de huit ans, a réalisé un exploit étonnant. Lors de l'Open Stadthaus de Berthoud (BE), cette pépite des échecs a battu le Polonais Jacek Stopa (37 ans) et est devenu le plus jeune joueur de l'Histoire à vaincre un grand maître. Il ne pourra peut-être pas conserver ce titre longtemps, tant les «enfants prodiges» des échecs sont de plus en plus jeunes.

L’article