DE | FR

La Streif encore rabotée: les skieurs seront limités à 140 km/h

Les organisateurs de la terrible descente, qui se dispute ce vendredi, ont réalisé de nouveaux travaux afin de réduire la vitesse des descendeurs. Le but: prévenir les accidents graves. Mais jusqu'où aller sans dénaturer le mythe?
18.01.2022, 11:3819.01.2022, 19:46
Suivez-moi

Il y a deux évènements qui font très peur chaque année: Halloween et la descente de Kitzbühel. Le premier effraie les enfants, le second les skieurs, lancés à plus de 140 km/h dans les contreforts du Tyrol autrichien, sur la piste la plus célèbre et la plus dangereuse du circuit.

La bourse course ou la vie 👻

La descente comme vous ne l'avez jamais vue, présentée par Red Bull. Vidéo: YouTube/Red Bull Snow

C'est sur ces pentes de la saison dernière que le pauvre schwytzois, Urs Kryenbühl, flashé à 146,7 km/h dans le mur final, avait subi une «Horrorsturz» (chute horrible) le laissant avec une commotion cérébrale, une fracture de la clavicule et une déchirure des ligaments internes et croisés du genou droit.

Le crash en vidéo

Michael Huber, le chef du comité d'organisation, avait par la suite décidé qu'il fallait agir. «Je n'ai plus besoin de ça. Sinon, nous allons finir par briser les coureurs», avait-il confié à la Wiener Zeitung, expliquant que les skieurs ne devaient plus dépasser les 140 km/h.

Pour les ralentir, il a décidé de plusieurs mesures, notamment celle-ci: élargir la portion de course située entre le «Hausbergkante» et le «Querfahrt», qui effectue un virage serré à gauche et plonge les skieurs tout schuss sur la bosse finale. Des pelleteuses ont fait le boulot à flanc de montagne en septembre.

La descente, cette année, sera ainsi rallongée de 20 à 50 mètres et des portes seront ajoutées, toujours dans le but de garantir une meilleure sécurité aux coureurs, qui ne pourront plus aborder le terrible saut final à des vitesses aussi extravagantes que par le passé (le record appartient à Michael Walchhofer, auteur d'une pointe à 153 km/h en 2006).

Daniel Albrecht avait été lourdement accidenté sur la dernière bosse en 2009.
Daniel Albrecht avait été lourdement accidenté sur la dernière bosse en 2009.Image: AP

Ce n'est pas la première fois que la Streif (apparue sur le circuit en mars 1931) subit un lifting. De tout temps, des mouvements de terrain ont été rabotés, des bosses adoucies et des compressions comblées.

«La Streif originelle n'existe plus: chaque partie du circuit a été modelée de manière réfléchie par l'homme»
Michael Huber, chef du comité d'organisation

Certains coureurs, comme Beat Feuz, se sont réjouis des aménagements effectués pour protéger les athlètes. D'autres ont fustigé ce qu'ils estiment être des concessions faites à la sécurité, estimant que la discipline la plus spectaculaire du ski alpin s'en trouvait presque dénaturée. C'est le cas du Valaisan William Besse qui, jeune retraité en 2003, avait affirmé être «dérangé» par une énième modification de la piste.

«On perd un peu l'esprit, le charme de la descente. Je comprends volontiers que l'aspect sécuritaire soit incontournable, mais les coureurs sont conscients des risques et la majorité aimerait des descentes plus sérieuses»
William Besse dans 24 Heures

«Herminator» avait employé d'autres mots, quelques saisons plus tard, pour dénoncer la prudence exagérée de certains organisateurs de descentes Coupe du monde:

«On n'est pas des poules mouillées! Chaque coureur a la possibilité de freiner s'il le souhaite. Réfléchir ne devrait pas être interdit»
Hermann Maier, légende du ski autrichien

Le défi permanent des organisateurs consiste à «tout faire pour protéger les skieurs sans dénaturer l'âme de la Streif», résumait Eurosport en 2019, rappelant qu'ici plus qu'ailleurs, le danger magnifie à la fois la montagne et ses acteurs.

«Il est difficile de trouver l'équilibre (ndlr: entre spectacle et sécurité)», reconnaissait le quintuple vainqueur Didier «CucheBühel» en 2011. «Mais si on arrive à un point où le public ne voit pas la différence entre la descente et le super-G, on va tuer l'esprit de la descente et le grand spectacle. Skier ici demande du courage.»

Le Neuchâtelois lors de sa victoire en 2010.
Le Neuchâtelois lors de sa victoire en 2010.Image: EPA

C'est toujours vrai en 2022. Car aucune modification n'a pour le moment affecté le mythe: Kitzbühel reste comme toujours l'évènement le plus attendu de la saison. Vendredi, il invitera une nouvelle fois les skieurs au rêve autant qu'à l'effroi.

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Fifa quittera-t-elle la Suisse? Voici ce qu'en dit Infantino
La Fédération internationale de football (Fifa) aurait l'intention de tourner le dos à Zurich. Son président valaisan Gianni Infantino aurait déjà quitté la ville pour le Qatar. Le patron de la Fifa s'est exprimé à ce sujet auprès de CH Media.

Six mois avant la Coupe du monde de football au Qatar, le président de la Fifa Gianni Infantino fait la promotion de cet événement majeur cette semaine au WEF. Côte à côte avec l'émir du Qatar. Ce dernier a affirmé lundi dans son discours que le Qatar était «violemment attaqué» par d'autres pays parce qu'il est un pays musulman et que l'on ne veut pas qu'il accueille un grand tournoi. «Le Qatar est victime de discrimination», a-t-il déclaré. Tamim Bin Hamad Al Thani n'a d'ailleurs pas répondu aux accusations selon lesquelles son émirat violerait les droits de l'homme.

L’article