en partie ensoleillé
DE | FR
1
Sport
Ski Alpin

Les skieurs n'aiment pas Kristoffersen et ne s'en cachent même plus

Là-bas au fond, Henrik Kristoffersen ravale sa frustration pendant que les trio gagnant et hilare.
Henrik Kristoffersen est là, à l'écart, à bouillonner après sa contre-performance.Image: RTS

Les skieurs n'aiment pas Kristoffersen et ne s'en cachent même plus

Le Norvégien est connu pour son tempérament de feu, son caractère bien trempé et, surtout, ses relations conflictuelles avec ses adversaires en Coupe du monde. Le slalom de Schladming en a été la parfaite illustration.
Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
25.01.2023, 18:4927.01.2023, 10:19
Suivez-moi

Il était prostré dans l'aire d'arrivée, alors que Clément Noël exultait pour sa première victoire de la saison, mardi soir dans la Mecque du slalom. Le Français ne lui a pas adressé le moindre regard, il ne s'est même pas approché pour le consoler. Aucun des trois premiers (Noël, Ramon Zenhäusern et Lucas Braathen) n'est allé le réconforter, ses rivaux l'ont purement et simplement ignoré. Henrik Kristoffersen, en tête après la première manche, était seul dans un coin de la raquette d'arrivée pour digérer.

Le trio gagnant et Henrik Kristoffersen, dépité, à l'écart.
Kristoffersen (à dr.) est resté prostré et isolé. Image: capture d'écran RTS

Le caractère du Norvégien est souvent décrié et sur le circuit les voix s'élèvent pour le taxer de diva. «Kristo» refuse de s'effacer, sa personnalité prend le dessus tant que la gagne n'est pas au rendez-vous, quitte à irriter la caravane du ski alpin mondial.

Justin Murisier s'était même emporté lors des finales de Lenzerheide en mars 2021. «Je ne citerais pas de nom mais il y a un concurrent qui n’arrête pas de pleurer parce que les géants ne tournent pas assez», pestait-il à l'issue de la seconde manche. Avant d'enchaîner qu'il «ne s'entraînait pas pour faire de la peau de phoque», et de rajouter une dernière compresse pour bien faire passer le message:

«Il faut arrêter de chercher à prendre un avantage, à tracer un parcours qui ne peut aller qu’à lui. Personne n’aime ça. Il (réd: Kristoffersen) est content, il va faire sa petite remontée»
Justin Murisier en 2021

Daniel Yule s'était montré moins virulent (ou plus diplomatique) et avait répondu au Blick alémanique qu'il trouvait que le Scandinave pouvait «se comporter différemment dans certaines situations». Nombreux sont les skieurs à déplorer son tempérament et ses coups de sang.

Le TagesAnzeiger avait révélé d'ailleurs que Kristoffersen s'était envolé avec le jet de son sponsor (Red Bull), d'Hinterreit, en Autriche, à Wengen, alors que son équipe restait au sol et avalait sept heures de route. Difficile pour la structure de gérer les émotions du talent? Jörg Roten, l'excellent entraîneur et frère de Karin Roten, ancienne skieuse de renom, expliquait que le bougre était «honnête et franc».

Dans le milieu, il est connu qu'il n'a pas beaucoup d'amis sur le circuit; il est de notoriété publique qu'il n'est pas en odeur de sainteté avec la fédération norvégienne pour une histoire de sponsor (personnel) réglée en 2019.

Lucas Braathen s'était exprimé en 2020 à ce sujet pour nettavisen.no: «Nous sommes tous les deux Norvégiens. Mais il a choisi «l'équipe Kristoffersen» avec ses entraîneurs et ses physiothérapeutes, et le reste d'entre nous est un groupe d'entraînement différent. Il ne me donne rien et je ne lui donne rien. C'est juste un autre compétiteur.»

Kristoffersen s'est retrouvé bien seul dans le brouhaha nocturne de Schladming. Lui qui avait été la cible de boules de neige lancées par des fans autrichiens, a connu les montagnes russes sur la piste Planai. Sa soif de vaincre le pousse à se retrouver dans cette position, celle de mardi soir, à l'écart et comme abandonné à sa frustration. Avec ses colères multiples, ses crises à la limite du puéril, «Kristo» récolte les fruits de sa rage de vaincre claironnée depuis qu'il joue les premiers rôles.

Mais le prodige norvégien, ce volcan prêt à dégainer, possède ses bons côtés. Jörg Roten assurait qu'il ne regrettait pas de collaborer avec le spécialiste de géant et de slalom: «Je sais toujours où j'en suis avec lui». Et même Marcel Hirscher, son grand rival devenu fournisseur de ses skis Van Deer, déclarait dans L'Equipe, qu'il n'aurait «peut-être pas dit ça il y a quelques années, mais c'est un type vraiment cool». L'Autrichien a fait savoir qu'il était impressionné par la volonté de fer du Norvégien.

Henrik Kristoffersen, lui, se moque des critiques. C'est un gagneur, un champion qui préfère avancer seul. Sa structure vit quasiment en autarcie, coupée du monde et des meilleurs skieurs de la planète. Alors que les fédérations s'entrainent ensemble, lui préfère se mesurer à lui-même avant d'enclencher en course pour conquérir le monde.

Un chien interrompt le Super-G de Bormio

Video: extern / rest
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Alisha Lehmann fait la paix avec la Nati
La footballeuse et influenceuse Alisha Lehmann réintègre l'équipe de Suisse sous la direction de la nouvelle entraîneur Inka Grings. C'est elle qui en a pris l'initiative après avoir claqué la porte.

Peu avant l'Euro 2022 en Angleterre, coup de théâtre: Alisha Lehmann renonce à y participer. «Je ne me sens pas prête mentalement à participer à un tournoi européen», déclare la footballeuse.

L’article