Sport
Ski de fond

Le repêchage de Lucas Chanavat met Swiss-Ski en colère

Lars Brönnimann (encadré) n'a pas apprécié la décision de la FIS concernant Chanavat et d'autres fondeurs.
Lars Brönnimann (encadré) n'a pas apprécié la décision de la FIS concernant Chanavat et d'autres fondeurs.Image: keystone

Le repêchage d'un fondeur français met les Suisses en colère

Alors qu'ils étaient hors délais, le sprinteur français Lucas Chanavat et onze autre fondeurs ont été repêchés ce week-end lors de la 2e étape du Tour de Ski. Au grand dam de Swiss-Ski.
03.01.2024, 11:5203.01.2024, 12:30
Team watson
Team watson
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Respecter les délais, cela n'est jamais simple quand on est sprinteur, que ce soit en cyclisme ou en ski de fond. Lors du 10 km classique de Toblach (Italie), 2e étape du Tour de Ski, ces délais correspondaient à 15% du temps du vainqueur, le Finlandais Hyvärinen.

A l'arrivée, douze athlètes n'ont pas terminé dans le temps imparti. Parmi eux, un nom retentissant: Lucas Chanavat. Le Français avait remporté la veille le sprint de Toblach, la manche d'ouverture du Tour de Ski. Il faisait également partie des favoris du sprint de Davos, prévu ce mercredi en nocturne, d'où son immense déception de devoir quitter la course à étapes la plus prestigieuse du circuit.

Il sera finalement autorisé à participer, comme tous les autres hors délais, après que le jury de la Fédération internationale de ski a choisi de les repêcher. Personne n'a été exclu le jour de la Saint-Sylvestre. En d'autres termes: les membres du jury ont fait preuve de clémence en décidant de ne pas appliquer le règlement.

Lucas Chanavat, l'un des bénéficiaires du repêchage de la FIS.
Lucas Chanavat, l'un des bénéficiaires du repêchage de la FIS.Image: KEYSTONE

La colère de Swiss-Ski ne repose pas réellement sur le fait que le Français puisse désormais prendre le départ à Davos. Pourtant, il privera peut-être le Suisse Valerio Grond, 5e du sprint inaugural, d'un podium. Le problème est ailleurs.

Lors du 10 km classique, les entraîneurs ont poussé les sprinteurs helvétiques à donner le meilleur d'eux-mêmes et à se dépasser pour atteindre le rendez-vous de la station grisonne. Et cela a fonctionné, en particulier pour Janik Riebli. L'Obwaldien était dans un mauvais jour et a dû se faire violence pour finir à temps. Sur la ligne, le soulagement était immense lorsqu'il a appris qu'il n'était pas éliminé. Mais avec un peu de recul, même sans une telle débauche d'énergie, il serait passé. Il aurait donc pu économiser ses forces pour la suite de la compétition.

Janik Riebli
Janik Riebli s'est dépouillé pour rentrer dans les délais.Image: KEYSTONE

La FIS dans son droit

Le jury de la Fédération internationale de ski peut, selon un article précis du règlement, ne pas tenir compte des délais. Il se peut en effet que les conditions météorologiques évoluent durant la course et que l'égalité des chances ne soit pas respectée du premier au dernier. Sur une piste difficile, «qui ne glisse pas», un athlète peut également se démarquer des autres avec du matériel de pointe, et éliminer la moitié des concurrents au départ. Tout cela n'a pas été le cas à Toblach.

L'instance mondiale du ski a justifié sa décision de manière différente: le Tour de Ski a déjà perdu trop de fondeurs en raison de la maladie. Décimer encore un peu plus le peloton n'aurait pas eu de sens. Il semblerait aussi que les 15% (et les 18% pour les femmes) ne soient plus vraiment d'actualité. Avec ce cut, certaines nations auraient été contraintes de quitter définitivement le Tour de Ski, ce qui va à l'encontre de l'esprit du ski de fond et des valeurs de la FIS, qui souhaite inclure le plus de pays possible.

Mauvaise approche

Lars Brönnimann, le boss du ski de fond chez Swiss-Ski, conteste surtout la façon de procéder. «Les arguments de la FIS sont discutables», dit-il. Il regrette d'avoir été informé par WhatsApp d'une décision déjà prise: «Nous avons été mis devant le fait accompli».

«Que l'on change les règles alors que la compétition est en cours est très, très difficile à comprendre»
Lars Brönnimann
Lars Brönnimann, chef ski de fond de Swiss-Ski.
Lars Brönnimann, chef ski de fond de Swiss-Ski.Image: KEYSTONE

Selon Brönnimann, le jury aurait dû attendre la réunion des chefs d'équipe, peser le pour et le contre, «d'autant plus que deux jours avant, lors d'une précédente réunion, le jury avait encore souligné que le règlement serait appliqué à la lettre».

La Suisse, comme d'autres délégations (on pense aux Italiens), estime que la règle des 15% aurait pu être anticipée et discutée en amont de l'événement. «Le soir du Nouvel An, j'étais en colère. Désormais, le regard est tourné vers l'avenir», souligne Lars Brönnimann. Et l'avenir, c'est Davos, avec un sprint mercredi puis une poursuite le lendemain.

(ats/roc)

Les acteurs de nos séries préférées, ils ont changé?
1 / 10
Les acteurs de nos séries préférées, ils ont changé?
partager sur Facebookpartager sur X
Un kayakiste espagnole bat un record sur une rivière de glace
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les fans anglais ont trouvé leur nouvelle cible: Phil «Frauden»
Phil Foden s'est mangé une foule de critiques après sa prestation contre la Serbie. Le joueur anglais brille en club et s'éteint en sélection. Des choix tactiques et l'ombre de Jude Bellingham causeraient du tort à la pépite. A lui de répondre sur le terrain face au Danemark, ce jeudi soir.

S'il fallait trouver un sac de frappe pour les supporters anglais, il se nommerait Phil Foden (24 ans), dernier entrant dans la liste des cibles des fans anglais aux côtés des Harry Maguire, Bukayo Saka, Marcus Rashford ou encore Harry Kane.

L’article