Sport
Tennis

Stan Wawrinka est le joueur le plus sous-coté de l'histoire

U.S. Open men's singles tennis champion Stan Wawrinka takes a selfie picture as he poses for photos at the "Top of the Rock," in New York's Rockefeller Center, Monday, Sept. 12, 20 ...
Stan Wawrinka, US Open 2016.Image: AP

Selon un sondage, Wawrinka est le joueur le plus sous-coté de l'histoire

Un site spécialisé sollicite ses internautes pour désigner le joueur de tennis qui, sur l'ensemble de sa carrière, aurait mérité une meilleure considération. Et les vainqueurs sont...
17.05.2023, 08:0817.05.2023, 11:08
Plus de «Sport»

La question est posée par «The Tennis Letter», un repaire de puristes sur les réseaux sociaux: «In your opinion, who is the most underrated tennis player of all-time?» Ce que l'on peut traduire par: selon vous, quel est le joueur le plus sous-coté de tous les temps?

Sur Twitter, le sondage a généré près de 185k vus et des dizaines de réponses. En les parcourant, un nom émerge très nettement: Stan Wawrinka. Tout aussi majoritairement, les explications mettent moins la «faute» sur la capacité du joueur à se montrer mémorable que sur la nôtre à en avoir une perception objective.

Un internaute espagnol vote sans hésiter: «Stan the Man. A l'ère du Big 3, il ne lui manque que Wimbledon pour compléter sa collection de Grand Chelem. Il a gagné les Jeux olympiques (réd: en double) et un Masters 1000. Quand son niveau était élevé, ni Nole (2 fois), ni Rafa ne l'ont battu en finale de Grand Chelem. Stan the Man est assis à la même table que les plus grands du tennis. Cette finale à RG!!!»

epa04789253 Stan Wawrinka of Switzerland poses with the winner's trophy near the Eiffel tower after winning the men's final of the French Open tennis championships at Roland Garros, Paris, F ...
Stan Wawrinka, Roland-Garros 2015.Image: EPA

Un autre intervenant renchérit en anglais: «Stan pouvait battre n'importe qui dans un bon jour et c'était tout à fait somptueux à regarder. Mais, comme il l'admet lui-même, il n'avait pas la constance du Big 4.» Notons l'expression Big 4 qui, ici, associe Murray à l'âge d'or du tennis masculin. Tous ne le font pas et s'en tiennent au Big 3 - c'est là un autre dilemme que l'histoire devra trancher.

Un internaute américain pose la subtile question du point d'ancrage: sous-côté par rapport à qui, par rapport à quoi? «Stan n'est pas du tout sous-estimé puisqu'il appartient à l'histoire du tennis: il est considéré avec Murray (réd: toujours cet entre-deux-grades) comme le plus grand de sa génération derrière le big 3.» C'est un avis très répandu en France notamment, où les parents pauvres du triomphalisme l'ont un peu adopté.

Un joueur, surtout, apparait tout aussi mésestimé que Stan Wawrinka: Marin Cilic. Un intervenant rappelle sommairement que le Croate est «finaliste de 2 GC, demi-finaliste dans tous les GC et vainqueur à Flushing en 2014, Cincinnati 2016, 3e mondial en 2018, leader de la Croatie sacrée en Coupe Davis, vice champion olympique en double, etc»

epa04042758 Stanislas Wawrinka of Switzerland poses for photos in the locker room after winning the men's singles match at the Australian Open tennis tournament in Melbourne, Australia, 27 Januar ...
Stan Wawrinka, Open d'Australie 2014.Image: EPA

Deux autres noms reviennent régulièrement: David Nalbandian, aussi beau à voir jouer qu'il était déprimant à écouter, et Nikolay Davydenko, le seul No 3 à avoir disputé une saison entière sans sponsor. Point commun entre ces deux joueurs: leur personnalité relativement taciturne et fuyante. C'est aussi la (fausse) impression que peut donner Wawrinka auprès d'un public occasionnel.

Autres noms fréquemment cités

Tomas Berdych, David Ferrer, Lleyton Hewitt, Fernando González, Marcelo Rios, Marat Safin, Tommy Haas, Juan Martin Del Potro.
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Entre le Tour d'Italie et la Suisse, c'est «Je t'aime moi non plus»
Voilà deux saisons que le Giro jette son dévolu sur les routes helvétiques, pour le plus grand plaisir des amateurs de vélo et des professionnels du tourisme. Mais entre les refus des autorités, les conditions dantesques et les rébellions de coureurs, la venue du Tour d'Italie en Suisse est minée par les problèmes.

La Suisse entretient une longue histoire avec le Tour d'Italie. Proximité oblige, la mythique épreuve de trois semaines a souvent pris ses quartiers dans les montagnes helvétiques. C'est même en venant au Tessin en 1920, au Monte Ceneri non loin de Locarno, que le Giro a quitté ses terres pour la toute première fois.

L’article