ciel couvert
DE | FR
Sport
Tennis

Le contrôle antidopage de Djokovic crée la polémique

epa10956655 Novak Djokovic of Serbia reacts during his quarter final match against Holger Rune of Denmark at the Paris Masters tennis tournament in Paris, France, 03 November 2023. EPA/CHRISTOPHE PETI ...
Novak Djokovic n'a pas aimé être «dérangé» par des contrôleurs antidopage avant son match de jeudi en Coupe Davis face à la Grande-Bretagne. Image: keystone

Le contrôle antidopage de Djokovic crée la polémique: «Il doit être suspendu!»

Le tennisman serbe n'a pas voulu passer un test avant son match de Coupe Davis jeudi. Certains y voient un scandale tandis que d'autres défendent le numéro un mondial.
Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
27.11.2023, 18:5428.11.2023, 12:47
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Le sacre de l'Italie en Coupe Davis, dimanche, passe presque inaperçu après la grosse polémique suscitée par Novak Djokovic et l'équipe de Serbie. On rembobine.

Avant son match des quarts de finale, jeudi, contre la Grande-Bretagne, le numéro 1 mondial «refuse», selon le terme utilisé par plusieurs médias, de se soumettre à un contrôle antidopage peu avant de rentrer sur le terrain. Il s'en est expliqué en conférence de presse après sa victoire face à Cameron Norrie, très irrité par la demande de test – des prélèvements de sang et d'urine – seulement «une heure et demie» avant la partie.

«C'est scandaleux! (...) Ils m’ont informé du contrôle après l’échauffement. Or, j’ai une routine, je dois simplement me préparer pour entrer dans un match, et je n’ai pas besoin de cette distraction. En 20 ans de carrière, ça ne m'était jamais arrivé»

C'est vrai, le Serbe n'est pas habitué à subir un contrôle antidopage avant un match. Sur le circuit ATP, les prélèvements ne sont effectués qu'après les rencontres. Mais en Coupe Davis, organisée par la Fédération internationale de tennis (ITF), le règlement est différent.

Et Novak Djokovic était censé le savoir, comme ses coéquipiers serbes d'ailleurs. «Durant la réunion des capitaines avant le début du "Final 8", ces derniers avaient été informés qu'il pouvait y avoir des contrôles, au choix avant ou après une rencontre», rappelle L'Equipe. La colère du numéro 1 mondial en devient dès lors illégitime.

Serbia's Novak Djokovic, right, reacts as he listens to captain of Team Serbia Viktor Troicki during a training session of the Davis Cup in Malaga, Spain, Tuesday, Nov. 21, 2023. (AP Photo/Manu F ...
Novak Djokovic (à droite) avec le capitaine serbe Viktor Troicki. Image: keystone

Ce qui est vrai aussi, c'est qu'il avait le droit de décaler ce contrôle après son match, ce qu'il a d'ailleurs fait. «La première chose à dire est que Djokovic n'a pas refusé le test», recadre dans L'Equipe l'Agence internationale pour l’intégrité du tennis (ITIA), l'organe responsable des contrôles au tennis. Dans ce même média, un membre de l'organisation de la Coupe Davis précise:

«En Coupe Davis, les équipes sont notifiées avant le début de la rencontre. Cela permet aux joueurs de choisir s'ils préfèrent le faire (le contrôle antidopage) avant leur match, sinon ce sera après. Ils ont le choix.»

Produits indétectables après l'effort

Autrement dit, en choisissant d'être contrôlé après son match, Novak Djokovic n'a pas fauté. Malgré tout, des voix s'indignent de cette démarche. Parmi elles, celle de Marc Madiot, directeur de l'équipe cycliste Groupama-FDJ. En se basant sur le règlement de I'Agence mondiale antidopage (AMA), il demande purement et simplement la suspension du tennisman serbe:

«On a le droit de contrôler avant et après une compétition. Il a refusé le contrôle avant la compétition. Si l'organisme antidopage fait son travail, Monsieur Djokovic doit être suspendu»
Marc Madiot, directeur de l'équipe cycliste Groupama-FDJ à RMC Sport

Le Français s'étonne sur RMC Sport de la possibilité de déplacer un test antidopage après une performance sportive. «Il existe dans la gamme des produits dopants des substances détectables sur un temps extrêmement limité. Si vous ne faites pas de contrôle avant le début de compétition, le temps de la compétition permet d'éliminer les traces du produit dopant», explique-t-il.

Et vous, pensez-vous que Djokovic doit être suspendu?

Un constat validé par le médecin du sport et spécialiste en dopage, Jean-Pierre De Mondenard, qui a pris position sur le réseau social X. «L’officiel de la Coupe Davis, en prélevant les joueurs avant la partie, a voulu éviter l’inefficacité de l’analyse après l’effort», écrit l'expert. Ce dernier va même beaucoup plus loin, avec des sous-entendus embarrassants pour Djokovic:

«A son (réd: Djokovic) niveau de professionnalisme, rien n’est anodin et certainement pas la gestion des aides à la performance avant le match afin d’être clean après la partie. Les sportifs de haut niveau médicalisés à outrance savent parfaitement comment se sublimer avant le match pour être propre après. (...) Les contrôles a posteriori n’épinglent que les débutants et les mal conseillés. Seuls les tests à l’improviste débusquent les tricheurs.»
Le Docteur Jean-Pierre De Mondenard

Des soutiens et un manque de cohérence

Dans le monde du tennis, les rares acteurs qui se sont exprimés sur cette affaire soutiennent généralement le Serbe et comprennent son coup de gueule. «D'être testé une heure et demie avant son match, je n'ai jamais entendu ça. Ce n'est pas pour le défendre, mais en général, les contrôles ont lieu après les matchs. Je trouve même ça aberrant», a tranché l'ex-numéro 10 mondial Arnaud Clément sur Franceinfo.

epa02090781 Arnaud Clement of France returns a shot to Guillermo Garcia-Lopez during their first round match at the Sony Ericsson Open in Key Biscayne, Florida, USA , 24 March 2010. EPA/ANDREW GOMBERT
Arnaud Clément (ici en 2010) défend Novak Djokovic quant au timing peu adéquat du contrôle antidopage. Image: keystone

Marion Bartoli défend elle aussi Djokovic par rapport à l'importance des routines d'avant-match (et, donc, la nécessité de ne pas les perturber) et affirme que les contrôles après les matchs – et non avant – sont «une règle unanime».

«Les tests pour vérifier un produit dopant sont plus proches de la réalité, car les urines sont plus concentrées. C'est faire un "procès" (réd: à Djokovic) qui est complètement faux. Ce n'est pas connaître les règles, ne pas avoir été dedans»
Marion Bartoli à RMC Sport

Novak Djokovic a réaffirmé le rôle crucial des contrôles antidopage, expliquant qu'il a «toujours soutenu les contrôles, pour moi ou pour tous les autres. S’il faut le faire cent fois, on le fait cent fois, aucun problème», tout en suppliant: «Mais jamais avant un match!»

On est en droit de se demander pourquoi les protocoles de l'Agence internationale pour l’intégrité du tennis – qui autorisent les joueurs et joueuses à décaler les tests – diffèrent de ceux de l'Agence mondiale antidopage, qui ne laissent pas le choix. Et pour quelle raison ceux de la Coupe Davis ne sont-ils pas les mêmes que sur le circuit ATP? Un peu de cohérence ferait sans doute du bien au tennis. Elle éviterait en tout cas l'incompréhension et la colère de Novak Djokovic.

Ces inventions «révolutionnaires» déjà vintage
1 / 9
Ces inventions «révolutionnaires» déjà vintage
source: shutterstock
partager sur Facebookpartager sur X
Andrea Bocelli fait pleurer Roger Federer
Video: watson
Plus d'articles sur le sport
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pogba suspendu 4 ans pour dopage
L'international français a été suspendu quatre ans pour dopage par le tribunal antidopage italien. La suite de sa carrière est compromise.

Le tribunal antidopage italien a validé la suspension de Paul Pogba pour une durée de quatre ans, suite à un contrôle positif à la testostérone en août dernier. C'est un sérieux revers pour la carrière du joueur français.

L’article