Sport
Trail

Virgilio a eu un problème de bâton lors du Swiss Canyon Trail

La mésaventure de cette traileuse romande peut aussi vous arriver

Audrey Virgilio a eu un problème de matériel lors du Swiss Canyon Trail début juin. La Neuchâteloise explique comment elle a réagi et ce qu'il faut faire quand la malchance se glisse comme un caillou dans la chaussure.
18.06.2024, 16:46
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Audrey Virgilio est une cador de l'ultra trail, une discipline qui consiste à parcourir de longues distances sur des sentiers dont autrefois seuls les mulets venaient à bout. La Neuchâteloise de 34 ans s'était imposée en 2023 sur le Swiss Canyon Trail et elle avait très envie de recommencer, début juin dans le Val-de-Travers, sur cette épreuve qui fait mal aux articulations rien qu'en observant la carte.

Le tracé, situé au nord-ouest d'Yverdon-les-Bains, serpente sur 114,8 km avec un dénivelé positif de 5294m. «Le changement d'altitude est sans pitié, les récompenses visuelles sans fin», vantent les o ...
Le tracé, situé au nord-ouest d'Yverdon-les-Bains, serpente sur 114,8 km avec un dénivelé positif de 5294m. «Le changement d'altitude est sans pitié, les récompenses visuelles sans fin», vantent les organisateurs.

Audrey Virgilio était bien au départ de l'épreuve le 8 juin dernier, mais tout ne s'est pas passé comme prévu. D'abord parce que la Neuchâteloise est tombée sur plus forte qu'elle (elle a terminé 3e en 13h17 derrière Marianne Hogan et Manon Bohard), ensuite parce qu'un incident bête, et qui peut arriver à tout le monde, l'a ralentie peu après la mi-course (elle était alors au 65e kilomètre), «au moment où j'étais le plus en difficulté».

«Comme 90% des traileurs, j'utilise des bâtons pliables, rembobine-t-elle. Or pour les déplier, il faut faire coulisser une partie métallique qui, cette fois, ne s'est pas ouverte correctement sur l'un de mes deux bâtons. »

Virgilio a eu un problème de bâton lors du Swiss Canyon Trail
Sur cette image, prise avant l'incident technique, on voit l'endroit où le système n'a pas fonctionné (cercle rouge). Image: Jonas Bloque
Dans cette vidéo, un coureur montre le système qui permet de déplier le bâton. Vidéo: YouTube/Trail Session Magazine

Audrey Virgilio avait pourtant pris les précautions d'usage. «Comme ça m'était déjà arrivé par le passé, à l'entraînement et en compétition, j'ai pris l'habitude de graisser les parties coulissantes des bâtons. Je l'avais d'ailleurs fait avant le Swiss Canyon Trail, mais ça n'a visiblement pas suffi.»

La Neuchâteloise aurait dû laisser tomber, ranger son bâton «grippé» et passer à autre chose. Mais elle a eu une réaction qu'avec un peu de recul, elle regrette.

«L'erreur que j'ai faite, c'est que je n'ai pas été très résiliente quand c'est arrivé. Je me suis énervée à essayer tant bien que mal d'ouvrir ce bâton. J'ai dépensé beaucoup d'énergie à essayer de régler ce problème, et ça m'a mis d'une certaine façon un peu dans le rouge avant la montée vers le Chasseron. Mais quand on est dans l'effort, avec l'adrénaline, on ne prend pas toujours les bonnes décisions.»
Audrey a toutefois pu poursuivre sa course.
Audrey a toutefois pu poursuivre sa course.Image: jonas bloque

L'athlète a donc rangé son matériel défectueux dans son sac (le règlement précise qu'il est obligatoire de conserver avec soi les deux bâtons, même en cas de casse) et a effectué l'ascension du Chasseron avec un seul bâton. «Il était là, autant l'utiliser», explique celle qui voit dans ce matériel une réelle aide apportée aux traileurs.

«Les bâtons sont précieux en compétition. C'est d'ailleurs quand ils sont interdits, comme sur la Diagonale des fous à La Réunion, qu'on mesure toute l'aide qu'ils nous apportent. Soudain, il manque quelque chose. Sans eux, les appuis sont différents, les flexions sur les chevilles aussi, etc.»

C'est pour bénéficier de l'aide de son matériel le plus longtemps possible qu'Audrey Virgilio voyage avec plusieurs «pièces» de rechange lorsqu'elle se déplace sur une épreuve: deux paires de chaussures, deux lunettes de soleil, deux shorts etc. et donc, deux paires de bâtons, qu'elle transmet avant le départ aux personnes qui l'attendent sur le parcours aux points de ravitaillements autorisés. «J'ai ainsi pu échanger mon bâton plus tard dans la course et terminer le Swiss Canyon Trail comme je l'avais commencé.»

C'est dans l'anticipation que se distinguent les cadors de la discipline, mais pas seulement: savoir relativiser un incident «mécanique» doit aussi faire partie de la panoplie des meilleurs. «Il faut pouvoir se dire qu'il y a tellement de choses qui peuvent mal se passer dans un ultra, comme des mauvaises chutes, des blessures ou des problèmes gastriques, qui si ce n'est qu'un bâton endommagé, ça va!»

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
C'est qui ce beau gosse de Netflix qui affole les Internets?
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Quand le Tour de France passait par Montreux et inspirait Freddie Mercury
Le 19 juillet 1978, la 18e étape de la Grande Boucle a emmené le peloton de Morzine à Lausanne en passant par Montreux, où le groupe Queen a vu la course. Il en a fait un tube.

Le Tour de France 1978 est resté gravé dans les mémoires pour plusieurs raisons, à commencer par l'affaire de dopage rocambolesque qui a éclaté après la victoire en solo du Belge Michel Pollentier à l'Alpe d'Huez. «Le maillot jaune avait été surpris avec une petite poire en plastique sous l’aisselle. Elle lui permettait de livrer une urine vierge grâce à un tuyau en caoutchouc fixé sous le maillot et se terminant dans le cuissard à la hauteur des parties génitales», se souvient le journaliste Bertrand Duboux sur le site de Swiss Cycling.

L’article