DE | FR
En 2017, une fillette de 8 ans a été victime d'abus sexuels commis par un septuagénaire vaudois qui siégeait dans un conseil communal en tant qu'élu UDC.
En 2017, une fillette de 8 ans a été victime d'abus sexuels commis par un septuagénaire vaudois qui siégeait dans un conseil communal en tant qu'élu UDC.Image D'ILLUSTRATION: Shutterstock

Peine confirmée pour un ancien élu UDC pédophile

Condamné à 20 mois de prison, un retraité suisse et ancien conseiller communal ayant abusé d'une fillette de 8 ans, a essayé d'atténuer sa peine pour des raisons médicales. Son recours a été rejeté par le Tribunal fédéral.
06.12.2021, 19:5307.12.2021, 06:35

Actes d'ordre sexuel avec des enfants, contrainte sexuelle et infraction à la loi fédérale sur les étrangers... En mai 2020, ces trois infractions ont valu une condamnation à 20 mois de prison ferme à Gaston*, conseiller communal UDC d'une localité vaudoise pendant la législature 2015-2021. Lors du procès au Tribunal de Lausanne, ce septuagénaire n'avait pas arrêté de répéter «Je n'ai pas touché la gamine». Gaston, marié cinq fois et déjà empêtré dans une affaire de pédophilie en 1968, a fait appel au Tribunal cantonal vaudois. Mais en novembre 2020, la Cour cantonale a confirmé la culpabilité de l'élu UDC et la sentence de la première instance.

Papy de substitution

Les faits ont eu lieu en 2017, Gaston était en couple avec Susana. Celle-ci a fait venir d'Espagne Adriana*, sa fille d'un premier lit, alors âgée de huit ans. Le retraité et élu politique allait chercher l'enfant à l'école à midi, lui préparait le repas pendant que Susana était au travail et couchait occasionnellement la fille le soir. Il était devenu un papa, ou plutôt un papy de substitution pour la fillette.

Trois dans un studio de 24 m²

Cette famille recomposée vivait dans un appartement de... 24 m². Le loup était dans la bergerie. Entre janvier et mi-février 2017, le retraité qui siégeait alors au conseil communal d'une localité vaudoise a abusé sexuellement de la fillette à plusieurs reprises. Un des épisodes d'agression sexuelle a eu lieu quand Adriana est sortie de la salle de bain et a vu Gaston, «assis, nu, sur un fauteuil, les jambes écartées». Selon le récit fait par l'enfant, son beau-père lui a déclaré que si elle voulait profiter du wifi et jouer avec la tablette, elle devait lui toucher le sexe. Malgré la peur, l'enfant n'a pas obtempéré. Fâché, Gaston s'est alors levé du canapé pour aller glisser ses mains sous les habits de la fillette. L'enfant l'a repoussé avant d'aller se réfugier dans sa chambre.

Plainte déposée par la maman

Entre janvier 2017 et mi-février 2017, le retraité suisse est accusé d'avoir touché à plusieurs reprises le sexe d'Adriana par-dessus ses habits, en passant sa main entre son pantalon et sa culotte et en faisant des mouvements de va-et-vient. Quand Susana a appris les faits, en mars, elle a déposé une plainte pénale.

Gaston a nié les faits. Prétendant que la fillette avait parlé sous l'influence de personnes adultes, il avait requis une expertise de crédibilité des déclarations de la jeune victime. Mais sa demande a été écartée par les juges cantonaux.

«Le juge doit recourir à une expertise de crédibilité notamment en cas de déclarations d'un petit enfant qui sont fragmentaires ou difficiles à interpréter, lorsqu'il existe des indices sérieux de troubles psychiques ou encore lorsque des éléments concrets donnent à penser que la personne interrogée a été influencée par un tiers»
Tribunal cantonal vaudois

Selon les juges, Adriana, huit ans et onze mois, lors des faits, «ne peut pas être considérée comme un petit enfant, ne présente aucun trouble psychique et ses déclarations étaient parfaitement claires et compréhensibles».

«La fillette a décrit les faits de manière claire et précise en utilisant des mots de son âge, en exprimant ses sentiments avec des termes reflétant un ressenti propre qui ne pouvait avoir été dicté par un adulte, et en illustrant des gestes par des mimes.»
Tribunal cantonal vaudois

Mariage deux mois après la séparation

A peine deux mois après la plainte de Susana et la séparation du couple, Gaston a épousé Fiona*, une femme originaire du Kosovo dont le statut de séjour en Suisse était en suspens et qui bénéficiait d'une «tolérance de séjour de six mois» en raison de sa procédure de mariage. Cette union a permis à la nouvelle épouse, vingt-quatre ans de moins que Gaston, d'avoir un permis de séjour. D'après les juges, il s'agit d'un «mariage fictif» ayant permis à la jeune femme de régulariser sa situation en Suisse. La Cour cantonale a notamment rappelé qu'au moment où la demande de tolérance de séjour pour Fiona avait été déposée, Gaston était en couple avec Susana et qu'il était question qu'ils emménagent ensemble dans un appartement plus grand. En plus, même après le mariage, Gaston et Fiona ne partageaient pas le même toit.

Peine de 20 mois de prison confirmée

Après son revers au Tribunal cantonal, l'ex-élu UDC a fait un recours au Tribunal fédéral. Dans un arrêt du 17 novembre, rendu public la semaine passée, les juges de Mon-Repos ont validé le verdict du Tribunal vaudois. Gaston devra donc purger une peine de 20 mois de prison, sous déduction de 17 jours de détention avant jugement et de deux autres jours pour détention dans des conditions illicites. (apn)
* Prénoms d'emprunt

«Risque de récidive élevé»
L'expertise de Gaston a dévoilé un diagnostic de «paraphilie de type pédophilique» avec un «risque de récidive élevé». Selon l'expertise, en niant les faits, le septuagénaire a fait preuve d'une «absence totale de prise de conscience». Dans le recours, l'avocat de Gaston a essayé d'atténuer la peine de prison pour des raisons médicales. Cet argument n'a pas convaincu le Tribunal. Selon les juges, même si Gaston a subi huit AVC, «la vulnérabilité face à la peine n'est admise qu'en cas de circonstances extraordinaires, notamment en cas de maladies graves».

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Pour ou contre le maintien de l'énergie nucléaire en Suisse? Donnez votre avis
Sondage watson. Malgré le vote de 2017 programmant sa fin, des voix réclament à nouveau le maintien d'une production d'énergie nucléaire en Suisse. Quel est votre avis sur cette question stratégique?

En 2017, le peuple suisse, suivant la position du Conseil fédéral et du Parlement, approuvait à 58,2% la sortie programmée du nucléaire, entre autres contre l’avis de l’UDC, qui avait lancé le référendum. Un an plus tôt, une initiative populaire sur le même thème, mais plus radicale dans ses objectifs, avait été rejetée à 54,2%. Le vote de 2017 intervenait six ans après l'accident nucléaire de Fukushima, au Japon.

L’article